En plein cirage

Coinfection VIH-VHC et Traitement VHC

Un quart des personnes , VIH / VHC co-infectés , dans EuroSIDA ont reçu une thérapie VHC

le 12 Aout 2013

Un quart des personnes séropositives dans la cohorte EuroSIDA avec l'hépatite C virus co-infection chronique (VHC) ont reçu un traitement du VHC, une étude publiée dans HIV Medicine montre. La proportion de personnes traitées a augmenté de manière significative entre 1998 et 2007 puis a chuté, probablement parce que les patients et les médecins attendaient l'arrivée de nouveaux médicaments anti-VHC à action directe.

Plus inquiétant encore, l'étude a montré que seulement 36% des personnes traitées avaient une fibrose significative et qu'un cinquième des personnes non traitées avait des dommages au foie suffisamment grave pour justifier un traitement.

"Il reste des patients, dont certains avec une fibrose significative, qui n'ont pas été exposés à un traitement anti-VHC,» commentent les auteurs.

Une proportion importante des personnes séropositives sont co-infectés par le VHC. maladie du foie causée par cette co-infection est désormais une cause importante de décès chez ces personnes.

Le VHC peut être traitée et guérie. Les directives recommandent que les personnes séropositives atteintes de fibrose hépatique significative (stade F2 ou plus) devraient recevoir un traitement du VHC. Les personnes infectées par le VIH bien contrôlée (une numération cellulaire CD4 au-dessus de 350 cellules / mm 3) sont aussi un groupe de priorité pour le traitement.

Malgré ces recommandations, peu est connu au sujet de l'adoption de la thérapie du VHC chez les personnes co-infectées.

Les enquêteurs de l'étude de cohorte EuroSIDA donc analysé les données recueillies entre 1998 et 2010 pour voir si les taux de traitement ont augmenté, les facteurs associés à commencer le traitement, et si les patients en priorité par les directives recevaient un traitement.

La cohorte EuroSIDA comprend environ 18.300 personnes séropositives en Europe, en Israël et en Argentine. Un total de 4224 de ces personnes ont des anticorps anti-VHC. Mesures de charge virale VHC étaient disponibles pour 2663 de ces participants et 2008 (76%) ont été jugées ARN du VHC positifs. Certains de 1984 de ces personnes étaient VHC traitement naïf au départ et pouvant être inclus dans l'étude.

Ces 1984 personnes ont contribué 18 303 années-personnes de suivi. Pendant ce temps, 501 (25%) ont commencé le traitement du VHC, soit un taux de 2,74 pour 100 personnes-années de suivi.

L'incidence globale de traitement a augmenté au fil du temps à partir de seulement 0,33 pour 100 personnes-années de suivi en 1998 à 5,93 pour 100 personnes-années de suivi en 2007.

Entre 1998 et 2007, l'incidence de l'adoption d'un traitement a augmenté de façon significative de 26% chaque année (p <0,0001).

"L'adoption croissante de la thérapie anti-VHC reflète probablement l'introduction de peg-IFN [interféronpégylé], avec des taux de guérison d'environ 70% pour le VHC de génotype 2 ou 3 et 35% pour le génotype 1 ou 4», suggèrent les auteurs.

Toutefois, après 2007, la demande de traitement est tombé. En 2009, il était de 3,74 pour 100 personnes-années de suivi. "La tendance à la baisse absorption de traitement observée après un pic en 2007 s'explique par les différentes caractéristiques du patient et, éventuellement, la saturation du traitement des faciles à soigner les patients,» écrivent les auteurs. Une explication alternative proposée par les auteurs est que les patients et les médecins ont "choisi d'attendre que la première génération d'agents agissant directement".

Les gens en Europe du Sud sont particulièrement susceptibles de commencer le traitement, de même que les hommes gais. Les enquêteurs pensent que les taux de traitement plus élevés en Europe du Sud pourrait être due à une plus grande expérience du médecin. La plupart des infections chez les hommes gais ont été détectés pendant la phase aiguë et le traitement a un taux de réussite particulièrement élevé lorsqu'il est administré à cette époque.

Plusieurs caractéristiques des patients étaient également associées à la réception de la thérapie. Ceux-ci comprenaient une charge suppression virale du VIH (p = 0,012), une charge virale VHC plus élevé (p = 0,049) et élévations des taux d'ALAT (p <0,0001).

Informations sur la fibrose hépatique était disponible pour 800 participants (40%). Les personnes atteintes de fibrose significative étaient 60% plus susceptibles (p <0,0065), avoir reçu un traitement par rapport aux personnes atteintes de lésions hépatiques moins graves.

Toutefois, seulement 36% des individus de patients traités avaient une fibrose F2 ou plus, et 22% des patients atteints de fibrose sévère attendaient toujours de commencer la thérapie.

«Nous avons constaté une augmentation de l'incidence du traitement de l'infection par le VHC dans EuroSIDA, avec les personnes sélectionnées pour un traitement essentiellement aligné avec les lignes directrices actuelles», concluent les auteurs. Toutefois, ils expriment leur préoccupation qu'une proportion importante des personnes atteintes de fibrose hépatique grave ne sont pas traités. "Les études futures sur les raisons de cette situation sont justifiées."

Référence

. Grint D et al variations temporelles et les différences régionales dans l'absorption de traitement de traitement de l'hépatite C dans EuroSIDA HIV Medicine, doi:. 10.1111/hiv.12068 2013

Coinfection VIH/VHC , Fibrose avancée , Décompensation

15 Aout 2013

Traitement de l'hépatite C est nécessaire chez les patients atteints de fibrose avancée qui sont co-infectés par l'hépatite C et le VIH, car ils sont à risque de décompensations hépatiques, les chercheurs en Espagne ont suggéré.

"La fibrose hépatique progresse rapidement chez les sujets VIH / VHC patients co-infectés et, en conséquence, après les premiers patients de décompensation meurent rapidement", ont écrit les chercheurs dans Clinical Infectious Diseases. "Ce sombre pronostic peut être modifiée par un traitement contre le VHC. Les personnes infectées par le VIH et compensé la cirrhose liée au VHC obtention d'une réponse virologique soutenue au traitement contre le VHC sont à un risque réduit d'événements hépatiques. "

L'étude de cohorte rétrospective a inclus 892 patients atteints du VIH / VHC co-infection qui ont été traités à partir de Novembre 1990 to Juin 2012. Ils n'avaient pas reçu un traitement préalable par le VHC ou avaient reçu un traitement mais pas atteint une réponse virologique soutenue. Tous les patients avaient une fibrose avancée diagnostiqué par biopsie du foie ou de la raideur du foie mesure. Les chercheurs ont évalué le nombre de décompensations hépatiques enregistrées au cours de la période de suivi.

Parmi les 317 patients qui ont eu une biopsie hépatique, 40 patients décompensation hépatique expérimenté, avec un taux de 2,3 décompensations pour 100 personnes-années. A 5 ans, la probabilité de rester libre de décompensation hépatique était de 90%. Douze patients atteints de fibrose stade 3 au départ développé une décompensation hépatique, soit une incidence de 1,4 pour 100 personnes-années. Vingt-huit patients atteints de cirrhose au départ développé une décompensation hépatique, soit une incidence de 3,1 pour 100 personnes-années.

Parmi les 575 patients qui ont eu la mesure de l'élasticité hépatique, 53 patients atteints de décompensation hépatique expérimenté, avec un taux de 3,98 décompensations pour 100 personnes-années. A 5 ans, la probabilité de rester libre de décompensation hépatique était de 77%. Six individus avec une mesure de l'élasticité hépatique de ≥ 9,5 kiloPascal (kPa) et <14,5 kPa et 47 patients avec une mesure de ≥ 14,6 kPa à décompensations expérimentés base de la cirrhose. Les taux d'incidence de 0,9 pour 100 années-personnes et 4 pour 100 personnes-années, respectivement.

«Décompensations hépatiques chez les VIH / VHC patients co-infectés peuvent apparaître peu de temps après la détection de la fibrose avancée", écrivent les chercheurs. "Dans ces patients, le traitement anti-VHC immédiate doit être envisagée."

http://translate.googleusercontent.com/ ... hOMiY55ZVA

Mots clés  : effets indésirables VHC

Effets indésirables, traitement VHC

Bonjour à tous, je vient poster ici un billet sur les effets secondaire du au traitement de l'hépatite C.

j'ai fini mon traitement (interferons pegasus) le 21 avril 2012, je suis guéris, j'ai subis les effets secondaire d'une façon assez violente, y a pire mais j'ai déja pas mal souffert, 

déprime, envie de sucide, énervement pour tout et n'importe quoi, perte de poids, grosses fatigue, sensibilité acrue au bruit et d'autre mais que j'ai oublié avec le temps.

ma force de caractére ma trés vite fait remonté la pente à la fin du traitement, mais je me suis apperçue que depuis maintenant une grosse année, j'ai des remontéés d'effets secondaire, cela arrive de temps en temps, (énervement, qlqs idées de sucide alors que je suis pas qlqs1 comme ça) une certaine fatigue qui est presente de temps en temps, je ne supporte plus l'alcool (limite ça c pas plus mal)

je voulais savoir si d'autre personnes on les méme resentie et symptome.

je ne m'inquiéte pas à mon sujet, je c que ces effets vons finir par disparaitre avec le temps, mais les témoignages d'autre personne sont tjs bon à prendre et peut aider les personnes qui commenceraient le traitement.

bonne journée à tous

biz

Interféron et HPV

Bonjour,

 

Avant tout ceci est un nouveau poste, mais si vous envie vraiment envie de m'aider, lisez déjà ceci

http://www.seronet.info/billet_blog/condylome-anal-je-nen-peut-plus-au-bord-du-gouffre .

 

Vous l'avez compris, y'a un mois j'ai subit m'a 12 interventions en changeant de professeur et d'hopital y'a 10 mois).  La bientot 4 semaines après ma derniere je peut me mettre un doigt dans mon anus (pas fait depuis 2 ans) mais j'ai déjà vite compris qu'il es TRES probable que je lance la 13 ieme opérations.

Je sens des petites boules au meme endroit ou y'a les récidives donc je ne me fait pas d'illusion.

 

A ma grande stupeur, je vient moi même de "trouver " une information dont j'ai besoin de vous.

A savoir que j'ai subit 11 opérations en electrogoagulation et 1 en mode "troue profond au scalpel" je vient de vois que l'interféron peut aussi, aider dans le traitement du HPV.

Je pense qu'etre opéré 12 fois en 2 ans, c'est une torture pur et dur dont m'ont âme commence à en etre desespéré.

Quelle serait le bénéfice/risque de prendre de l'interféron ?

 

donc demain matin rdv chez mon procto si il me dit recidive, j'avance mon rdv avec mon virologue, oui je suis HIV+ et a mon avie le procto me le délivra pas.

Mon virologue, tellement consciencieux de sont patient '***' m'a proposé le vaccin hpv donné au femme. En parlant a mon médecin traitant elle m'a dit quelque chose que je savais déjà ' etre infecté du virus c'est déjà en etre immunisé"... oui le vaccin m'apportera surment rien surtout avec les écos de ce vaccin.

 

Interféron pour le HPV ou y'a eu 12 AG (sans compter l'azonte liquide)

A savoir que ma récidive et depuis 2 ans, toujours et systématiquement au même endroit, intracanalaire et progresse en 3 semaines, puis de + en plus vite chaque jour.

 

Interféron? chimio ? laser ? je sais plus, je veut juste guerrir de ces petits bouttons qui me pourrissent m'a vie social, profesionnel...

 

 

A savoir que depuis tant de souffrir, personne ne m'a proposé interféron, moi j'ai déjà fait des pieds et des mains pour avoir le Zelitrex mais meme moi j'y croyais pas, je pense qu'interféron aurai plus de chance de marcher

Mots clés  : vhchépatite C

Bénéfices/risques du traitement contre l'hépatite C

Bonjour,

Je suis co-infectée hiv/hvc.

Comme beaucoup d'entre vous, je suis traitée pour le HIV.

Et pour l'hépatite que j'ai probablement depuis 30 ans, l'hépatologue ne jugeait pas nécéssaire de me soigner, parce que mes résultats sont bons, je ne bois pas et ainsi, me disait-il, je n'agrave pas mon cas.

De plus, ayant des tendances "un peu" dépréssive,le traitement ne semblait pas être pertinent pour moi.

Aujourd'hui, mon hépatologue, voyant mon moral au beau fixe, me demande de prendre RDV afin de commencer le traitement hvc en tri-thérapie.

Question : pour les personnes qui étaient dans mon cas et qui sont guéries du VHC, est-ce qu'après le ttt, vous vous êtes sentis vraiment mieux ? moins fatigués ? est ce que le ttt contre le VIH est plus efficace pour vous maintenant ?

Voilà.Je n'ai pas trouvé de réponse dans le forum sur ce sujet.Si j'ai mal cherché, peut être quelqu'un peut me dire où je peux trouver une réponse...

Merci de votre aide.

Mots clés  : vhchépatite Cgénotypage

VHC : quel génotype ?

salut , voilà depuis 1986 je suis sero et depuis 95 j'ai été depisté VHC

je n'ai jamais voulu prendre le traitement pour l'hepatite C car je n'en ai eu que de mauvais echos mais depuis quelques semaines j'ai des vertiges alors le toubib qui me suit pour mon VIH et VHC m'a fait passé une echographie abdominale plus une consultation chez l'hepato

d'apres l'hepato, mon foie va bien, bien, ainsi que la rate et tout le toutimmais moi je me sens mal

puis de retour chez mon toubib , je lui demande pourquoi avec un foie qui va bien j'ai des vertiges , là aucune réponses , ah si elle me dit, l'hepato n'a pas mentionné le genotype de votre hepatite donc je ne peut pas vous en dire plus pour le moment waouh !

alors ok , puis plusieurs jours apres en reflechissant je me suis demandé : est ce que d'apres les resultats d'une echo abdominale on peut connaitre le genotype d'une hepatite C , le genotype ne se trouve t'il pas à partir d'analyse du sang? moi il me semble apres je ne suis pas docteur 

depuis je me pose des questions sur ce docteur !

VIH et VHB

Bonjour a tous !!!!!

Voila je suis seropo mais je n'ai pas d'hepatite ni B ni C ni autre et un ami seroneg avec qui j'ai eu des relations protégées sauf pour la fellation m'appelle hier et me dit qu'il a une hepatite B et que ça vient de moi !!!! Que dois-je pensée ? je n'ai meme pas l'hepatite B mais comme je ne suis pas bien tres informé sur les VHC VHB j'aurai voulu votre avis et vos conseils !!!!!

Je me demande si il n'a pas inventé ça pour que je continu a le voir !!!!! ( il en ait capable, ben oui les fous ne sont pas tous enfermés ), et si c'est le cas je vais me regaler ( c'est pourtant pas mon genre mais je trouve qu'on ne rigole pas avec ça )

Merci pour vos réponses qui je pense vont m'éclairer

Mots clés  : vhc

Coinfections VIH-VHC et Inhibiteur de protéase VHC

L’UTILISATION DES INHIBITEURS DE PROTEASE DU VHC DE PREMIERE GENERATION CHEZ LES PATIENTS CO-INFECTES PAR LE VIH ET LE VHC, DE GENOTYPE 1

http://www.sfls.aei.fr/ckfinder/userfil ... ection.pdf

Prise de position de la SPILF, l’AFEF, la SFLS et la SNFMI sur l’utilisation des inhibiteurs de protéase de 1ere génération du VHC chez les patients co‐infectés par le VIH et le VHC de génotype 1 – 22 Mars 2013