Un compagnon de longue date

Mots clés  : condylomes

Condylomes et VIH

Bonjour la communauté,

Voila ce qui m'amène ce soir : j'ai consulté un procto récemment et il m'a détecté des condylomes intra-can alaire, comme si j'avais besoin de ça en plus !

Du coup j'ai rendez-vous le mois prochain pour brûler tout ça sous anesthésie générale.

Je me pose pleins de questions et je n'ai trouvé aucun sujet ouvert sur le forum. J'aurais aimé avoir le témoignage de quelques uns d'entre vous qui sont passés par la, sur l'intervention en elle même mais aussi les suites : douleurs post op ? Récidive (apparemment importante quand on a le VIH)? reprise d'une vie sexuelle ensuite (anale, bien entendu Tongue Out)...

Ça me fout clairement en bad, surtout que j'entretiens une relation depuis quelques mois après un long célibat. C'était clairement pas le moment ...

merci pour vos retour d'expérience et au plaisir d'échanger.

Comment dire au mec avec qui on veut construire sa vie qu’on est indétectable ?

Bonjour à tous, 

je Suis ici pour vous demander un peu d'aide, en général je ne met jamais rien sur les forums afin d'éviter les jugements, mais cette fois si je suis perdu et je ne sais vraiment pas comment faire.

j'ai rencontrer un mec avec qui le feeling et très vite passer, nous avons vite sympatiser et aussi par la suite décider de se poser ensemble et voir ce que ça donnerais, le souci c'est que je suis séropositif indetectable depuis 2014 sous traitement  et je ne sais vraiment pas comment lui annoncer cela, nous n'avons toujours pas coucher ensemble et cela me rassure car je ne veux absolument pas qu'il se sente trahis ou qu'il pense que j'ai menti, mais je tien énormément à lui et je ne veux vraiment pas qu'il fuit j'ai 25 ans j'ai découvert ma séropositivité jeunes car l'homme avec qui je vivais m'a trompé et ne m'as pas dis qu'il allez ailleurs et ma fais ce cadeau empoisonné si puis-je dire mais je veux absolument  pas qu'il pense que je veux lui mentir je le vois ce soir et j'aimerai vraiment trouver une manière de lui dire 

je vous remercie d'avance pour vos réponses. 

Mots clés  : diabèteTriumeq

Triumeq + diabète sous insuline = nouvelle expérience

Bonjour,

Je suis S+ depuis 1989 et Diabétique sous Insuline depuis 2001. J'ai changé de Traitement en novembre 2018 et je suis passé à un comprimé par jour avec le Triumeq.

J'ai eu de nombreux passages d'hyperglycémies depuis ce changement de médication et je pense avoir trouvé une solution à ces fortes perturbations glycémiques (et pas anodines) car jusqu'à ce jour comme me l'a dit mon Diabétologue : "il n'y a pas de littérature disponible dans ce domaine qui est trithérapie et Diabète Insulino dépendant !"

Donc nous avons opté pour un changement radical à savoir : passer de 3 à 4 injections par jour (3 injections matin, midi et soir de FIASP et une seul injection de Lantus chaque début de nuit (23 heures plus ou moins une heure).

Ce n'est pas la panacée mais bon cela evite des complications à venir je le pense. Pour ceux qui seraient dans mon cas et qui chercheraient un alternative, en voilà une !

Bonne journée à vous.

Mots clés  : vaccin

Libération du lot clinique d’un vaccin anti-VIH

Libération du lot clinique d’un vaccin anti-VIH : une étape majeure pour le programme de développement vaccinal du Vaccine Research Institute.

http://www.anrs.fr/sites/default/files/2019-11/VRI_CP_25-11-2019.pdf

 

http://www.anrs.fr/fr/presse/communiques-de-presse/674/liberation-du-lot-clinique-dun-vaccin-anti-vih-une-etape-majeure

 

 

Mots clés  : recommandations PVVIH

Nouvelles recommandations PVVIH

EACS 2019 — Une nouvelle version des recommandations européennes concernant les adultes positifs pour le VIH en Europe a été publiée :

Sélection des patients pour le TAR

Les principaux changements de la section concernant le TAR portent sur la sélection du meilleur schéma pour une personne adulte vivant avec le VIH (PVAV) et naïve de traitement. Les recommandations suggèrent un examen critique des critères suivants :

• si la personne est une femme qui souhaite concevoir un enfant (traitement antirétroviral non recommandé) ;
• si la personne est une femme enceinte (un TAR spécifique est indiqué dans • les recommandations ; la section entière a été mise à jour avec des conseils thérapeutiques selon différents scénarios) ;
• si la personne présente une infection opportuniste ;
• si la personne est atteinte de tuberculose (TB) ;
• si la personne présente des comorbidités pouvant potentiellement limiter le traitement ;
• si la personne est traitée avec d’autres médicaments ;
• si la personne a des difficultés à déglutir.
Une section spécifique fournit des suggestions adaptées à chacun de ces scénarios.

Mettre l’accent sur les comorbidités

Dans cette section, tous les tableaux ont été mis à jour pour y ajouter le bictégravir (BIC) et la doravirine (DOR), tandis que des médicaments antirétroviraux plus anciens (y compris les inhibiteurs de la protéase plus anciens, la DDI et la stavudine) ont été retirés de toutes les sections, à l’exception de celle concernant la lipoatrophie.

Un commentaire concernant l’utilisation des cigarettes électroniques a été inclus dans la section portant sur les interventions sur le mode de vie.

En ce qui concerne le dépistage de la maladie rénale, l’utilisation du rapport albumine/créatinine pour la maladie glomérulaire et du rapport protéine/créatinine pour le dépistage et le diagnostic de la tubulopathie liée aux antirétroviraux est recommandée.

Les cibles concernant les lipides ont été mises à jour, et le seuil de modification du TAR est passé d’un risque de MCV de 20 % à 10 ans à un risque de MCV de 10 % à 10 ans.

Les cibles concernant la pression artérielle ont également été mises à jour, et la prise en charge médicale de l’hypertension comprend désormais des suggestions modifiées sur la séquence d’administration des médicaments et des recommandations relatives aux médicaments à utiliser.

Dans la section concernant la santé sexuelle, une déclaration sur les infections indétectables/intransmissibles a été incluse ; elle comprend la manière dont ces informations affectent les options pour concevoir un enfant des PVAV et de leurs partenaires et le dépistage de la ménopause.

Une déclaration concernant l’impact de la dépression sur le bien-être général a été incluse et, dans la section portant sur les recommandations relatives à la cognition, les recommandations préconisent que les modifications du TAR s’appuient soit sur les tests de résistance à l’écoulement du liquide céphalorachidien, soit sur la toxicité probable du TAR.

Fragilité et vieillissement

Une nouvelle section concernant la fragilité et le vieillissement a été ajoutée ; elle définit la fragilité à partir du phénotype clinique et suggère comment évaluer, interpréter et traiter la fragilité.

Les recommandations principales sont les suivantes :

• maintenir la fonction physique et rétablir les troubles de la fonction physique et la sarcopénie en prescrivant une activité physique comprenant un entraînement de résistance ;
• prendre en compte la polymédication en réduisant ou en interrompant tout médicament inadapté ou superflu ;
• dépister et traiter les causes modifiables de fatigue ;
• dépister les causes réversibles de perte de poids non-intentionnelle et envisager la fortification alimentaire et une supplémentation en protéines ou en calories ;
• prescrire de la vitamine D en cas de carence.

Références :

EACS Guidelines 2019 https://www.eacsociety.org/guidelines/e ... ines.html. Special session. Presented at 17th European AIDS Conference – EACS (Basel, Switzerland).

Recommandations EACS 2019 : les nouveautés en initiation de traitement :

https://www.youtube.com/watch?v=4bcO-SgxnXg&feature=youtu.be

Mots clés  : douleur coeur

Douleurs au niveau du coeur

Bonjour à tous,

J'ai posté cet été une message suite à une bataille avec mon infectiologue qui ne voulait pas entendre ma souffrance et mes effets secondaires dû à mon traitement avec Genvoya, après des explications houleuses et des réflexions de la part du toubib, il a finalement accepté de me changer de traitement et m'a prescrit JULUCA, en me disant que je n'aurai pas le bénéfice que j'attendais.. 

En sortant de ce RV compliqué et déstabilisant, j'ai décidé de changer d'infectiologue ! La vie n'est déjà pas simple avec cette maladie, si les toubibs me la complique en me sermonant comme si j'étais une gamine, ça ne va pas le faire ! Je précise que j'ai 60 ans, que je suis contaminee depuis 1985, sous traitement depuis 1996, que j'ai eu ma dose d'effets secondaires graves et irréversibles et dû changer pas mal de fois de traitement. 

Je suis donc allée voir un nouveau toubib, qui a été moins désagréable mais plutôt du même avis que l'autre, c.a.d. qu'il ne voulait pas trop que je garde le nouveau traitement (Juluca) car il y avait plus de risques avec une bitherapie qu'avec une trithérapie. J'ai refusé de reprendre le Genvoya, il m'a alors proposé de prendre le Biktarvy et de voir ce que ça donnait. Sauf qu'en lisant ensuite la notice, j'ai vu qu'il y avait la même molécule dans les 2 médicaments, l'Emtricibatine et le tenofovir af ...donc je risquais encore les même problèmes au niveau du poids et de l'augmentation de la glycémie, raison,pour laquelle je ne voulais plus prendre Genvoya ! 

Ça fait donc un peu plus de 2 mois que je prends Biktarvy, et il se trouve que j'ai de plus en plus de douleurs au niveau du coeur, il s'agit d'une douleur comme un pincement très fort qui est douloureux mais qui dure moins d'une 1mn. Au début, c'était de temps en temps et maintenant, c'est pratiquement tous les jours, je vais d'ailleurs envoyer un mail au toubib pour lui demander son avis mais je voulais savoir si vous aviez déjà vécu ce genre d'effet secondaire ?

MERCI d'avance..

 

 

Mots clés  : bithérapie

Ma bithérapie en 1/14 fonctionne.Un traitement à 47,35€ par mois

Infécté en 2015, j'ai appris à écouter mon corps et à suivre un dosage me permettant de me sentir bien chaque jour tout en étant suivi.

En 2015 lors de mon infection, j'ai vite perçu les malheurs de la trithérapie, douleurs, fatigue, déprime etc... Réduire le traitement ou survivre, j'ai choisi la première option.

Après 6 mois de traitement en 7/7, la réduction du traitement a commencé, jusqu'à arriver après quelques années en 1/7. Après plus d'une année en 1/7, et une CV toujours parfaitement indétectable, mon infectiologue m'a prescrit la bi-thérapie en 1/7, nouveau succès suite à des mois écoulés. Puis je suis passé en bi-thérapie 1/14. Après 6 mois de traitement, je suis toujours indétectable, mes dernières prises de sang confirment cette situation.

Quel ressenti aujourd'hui ?

Je dois vous avouer que je me sens bien, étant très très sensible au traitement, mes maux ont disparu à 95%, il m'arrive encore de ressentir un léger passage de la chimie sur mon corps, c'est pour ceci qu'il n'est pas impossible qu'un jour, le dosage diminue encore surtout que les nouveaux traitements tel Islatravir (qui n'est pas mon traitement actuel) promettent encore de meilleurs résultats.

Je suis alors persuadé que cette réduction n'a que des bienfaits sur mon corps, que mes organes ne peuvent que se porter mieux.

Quand à l'écologie, ce n'est qu'un plus ! Moins de pollution,  des nappes phréatiques moins polluées, moins de gaspillage, un traitement adapté à une juste posologie.

Je me suis amusé à calculer ce que je coûte à la sécu par mois ! Il faut savoir que je donne chaque mois exactement 190€ par mois à la sécurité sociale. Mon traitement en bi-thérapie coûte exactement 710.18€. Mes prises de sang et analyses pour vérifier ma charge virale coûtent 56.97€ tous les 3 mois.

Si je ramène ceci par mois, le coût du traitement est alors de 47,35€ par mois car le traitement me permet de durer 15 mois. Mes prises de sang et analyses me reviennent donc à1 8,99 € par mois, soit un coût mensuel de 66.34€ par mois.

Résultat, comme je donne 190€ par mois, j'ai encore un excédent de 123.66€ à ma faveur, n'ayant aucun autre traitement et pas d'autres soucis de santé.

Evidemment, je ne dis pas que cette situation est à globaliser, je pense qu'il faut que chacun reste prudent. Je voulais simplement dire que ces situations sont possibles.

Je vous souhaite une bonne journée. 

 

Mots clés  : TPE

TPE urgence

Bonsoir à toutes est à tous, 

Je me présente je m'appelle Emrk j'ai 19 ans et j'ai eu il y'a 10 jours un rapport non protéger avec un gars! 

après ce rapport j'ai beaucoup flipper je lui ai donc proposé daller faire un test le lendemain de bonheur (il était 2h du matin). 

le lendemain il vient me voir pour me dire que  le test était positif.. Paniqué on débarque à lhopital pour débuter une trithérapie d'urgence! 

cela fair maintenant 10 jours que je suis sous trithérapie (odefsey) mais je me pose énormément de question par rapport à la trither d'urgence notamment son efficacité ? A l'hôpital on me dit 80% la spécialiste me dit 99,2% je suis perdue! 

est-ce que quelqu'un a déjà eu recours à la trithérapie d'urgence ? Quelqu'un connaît-il la fiabilité de ce traitement ? 

merci beaucoup <3 

 

Mots clés  : souche VIH

Une nouvelle souche de VIH

Une nouvelle souche de VIH a été découverte pour la première fois en 19 ans : trois cas rapportés

  WASHINGTON. Les scientifiques annoncent avoir découvert une nouvelle souche du VIH, le virus qui cause le sida, depuis 19 ans. L’étude, publiée dans le Journal of Acquired Immun Deficiency Syndrome, révèle en quoi cette souche appartient à la famille M, la même que celle qui a provoqué la pandémie. Il s’agit de la première nouvelle souche identifiée depuis que les directives pour la classification des sous-types ont été établies en 2000. C'est le dixième groupe du groupe M.

"Cette découverte nous rappelle comment mettre un terme à la pandémie, nous devons considérer ce virus en transformation constante et utiliser les technologies et les ressources les plus avancées pour suivre son évolution", a déclaré l'une des auteurs de la recherche, Carole McArthur, au Université du Missouri, à Kansas City. Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a assuré que les traitements actuels contre le VIH sont efficaces contre cette souche. "Il n'y a aucune raison de paniquer ni même de s'en inquiéter", a déclaré Fauci. "Peu de personnes sont infectées. C'est une valeur anormale".

Selon les laboratoires Abbott, qui ont mené les recherches conjointement avec l’Université du Missouri, il n’ya que trois personnes infectées par cette nouvelle souche. La version du groupe M du virus VIH est responsable de 90% des 37,9 millions d'infections actuelles, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé. Unaids estime qu'en 2016, environ 1,8 million de personnes ont été infectées. Pour que les scientifiques puissent déterminer qu'il s'agit d'un nouveau sous-type, trois cas doivent être détectés indépendamment. Les deux premiers cas de cette nouvelle souche ont été découverts en République démocratique du Congo en 1983 et en 1990. Le troisième échantillon, toujours présent au Congo, a été prélevé en 2001 dans le cadre d'une étude visant à prévenir la transmission du virus par la mère un fils.

Des raisons de s’inquiéter ?

Le docteur Anthony Fauci a toutefois indiqué auprès de CNN qu’il n’y avait pas de raison de se préoccuper, les actuelles méthodes de traitement étant efficaces contre la nouvelle souche, dont la détection offre la possibilité d’examiner l’évolution du VIH et d’élaborer des méthodes plus précises de diagnostic.