Entre massages, Qi jong et énergie !

Publié par Jimmy le 01.11.2011
1 108 lectures

Pourquoi proposer des massages et du Qi Gong ? Les massages, c’est la première fois que j’en propose dans un week-end comme ça ! D’habitude, c’est moi qui me fais masser ! A mes yeux, c’est la suite logique de mon évolution en rapport avec la maladie. Non, d’ailleurs surtout pas le mot "maladie". Du VIH, du sida, des gens sous traitements. Depuis de nombreuses années, je constate qu’à côté du versant médical, des médecins, etc., y’a aussi le côté bien-être qui englobe beaucoup de choses. On sait tous, même les médecins, que le moral joue pour un gros pourcentage sur la réussite du traitement et la qualité de vie des personnes. Dans n’importe quelle "mal à dit" !

Je me suis engagé dans des voies parallèles où, très vite, j’ai été amené à flirter avec  l’énergétique ; selon différentes techniques. Au début, je me suis intéressé à la méditation. D’abord seul, puis en groupe. Et j’ai participé à des ateliers "Vision force" tirés de la méthode du Dr Carl Simonton, cancérologue aux Etats-Unis. C’est une méthode de relaxation avec des visualisations, une méditation guidée, fondée sur des souvenirs et/ou des images positifs. Positifs - Oup's – positives !

Quand j'ai eu la force de remarcher et d’aller à la délégation, ça m’a beaucoup aidé à une période où j’étais au plus bas. Puis une amie m’a parlé de Qi Gong. Et là, j’ai découvert toute l'étendue de la "maîtrise de l’énergie". C’est une traduction de Qi gong. J’ai démarré cette pratique il y a douze ans. En 1996, mes médecins avaient annoncé à ma famille que c'était la fin. C’est d’ailleurs peut être pour ça, même sans le savoir, que j'ai repris la main. La partie n'était pas finie !

Ce que m’apporte le Qi Gong ? Enormément, cela m’a fait tenir, encore et toujours maintenant. C'est ce qui entretient ma force vitale. Ça améliore mon moral, avec l’agréable sensation de travailler sur le corps, le cœur et l’esprit. Je me l’applique et l’enseigne dans une maison de quartier où je donne des cours deux fois par semaine. J’ai eu comme élèves des danseuses classiques "cassées" par leur art. Beaucoup de personnes arrivant en retraite fatiguées, usées par un rythme "auto boulot dodo" qui décident de s’occuper d’elles. Mais pas de séropos, enfin, pas que je sache. Quand le corps commence à se fatiguer, là, les gens réagissent, enfin, à l’écoute de leur corps.
Quand je fais une pause, je peux me faire des automassages, ça délasse et redonne de l’énergie.

Je propose du Qi Gong demain matin – si ça t’intéresse.

Cette pratique m’a transformé et amené beaucoup plus loin dans la gestion de l’énergie, de ma forme. C’est mon dernier WES en tant que personne proposant un atelier. Je sens que c'est le moment pour moi de passer à autre chose : sortir de la tribu gaie séropositive de AIDES. Ça restera toujours un peu une "seconde famille". J’y ai beaucoup d’amis. J’ai besoin qu’on prenne aussi un peu soin de moi.

Oui ? C'est vrai, je t’ai fait un massage d’une très grande douceur ! La clé, c’est quand c’est fait avec le cœur, ça passe toujours !

Propos recueillis par Renaud Persiaux.