J'accepte une fois de plus de ne pas être dans le moule

Publié par maya le 30.07.2014
5 203 lectures

Ma non sexualité date d'une dizaine d'années ; j'ai choisi de vivre avec mon meilleur ami séropo, avec lequel j'ai une relation très complice, affectueuse, même amoureuse mais sans sexe. Qu'il soit séropo est important, il ne s'inquiète pas pour rien, comprend certains trucs sans qu’on ait à parler. On s'accompagne chez nos médecins respectifs, il me sert d'oreille bien souvent… comme ça on sait exactement où en est l'autre.

Nous avons choisi la vie en commun pour nous entraider, ne pas vieillir seuls, jouer la solidarité ; nous pourrions être deux ou quatre mais nos sommes deux ! Je crois que beaucoup de solitaires devraient envisager ce mode de vie, avec un ou une ou des ami-e-s proche-s : ça aide énormément ! Nous sommes là l'un pour l'autre quoi qu'il arrive, cette colocation nous a encore rapprochés. Nous dormons ensemble avec notre chat qui partage la couche.

De toutes façons, il est impuissant et sans aucun désir depuis plus de 15 ans ; il a bien essayé le Cialis et le Viagra mais ça lui occasionne des maux de tête très violents, alors il a abandonné. De mon coté ma libido est très fluctuante et la plupart du temps en sommeil, mais j'ai encore parfois des désirs. Quand j'ai appris ma séropositivité j'avais en moi comme un panneau d'interdiction "STOP" me sentant comme une bombe humaine sur pattes et cette saloperie je ne voulais la filer à personne. J'ai changé d'avis depuis. Beaucoup moins radicale, je comprends les "ras-le-bol du tout kapote" mais il y a la solution Hirschel. The famous rapport Hirschel qui n'a eu sur moi aucun impact : je ne suis pas sous traitement donc pas concernée. A ma connaissance, sans traitement il y a toujours une CV existante même si elle est faible. Mais je suis sacrément heureuse qu'il existe car ça a du soulager pas mal de personnes en couple. Reste à être prudent, faut faire gaffe car beaucoup résument ce rapport à : indétectable = allons-y ! Mais il y a d’autres critères à prendre en compte, ce que tout le monde oublie semble-t-il : être sous traitement depuis 6 mois, avoir une charge virale indétectable, être observant et pas d’IST. C’est pas juste indétectable ça !

Je suis bisexuelle, or les lesbiennes (sauf exception) ne sont pas touchées par l'épidémie. Je ne vais pas plus vers les femmes que vers les hommes. Je ferais beaucoup de mal à mon compagnon, pourtant il accepterait en toute logique que j'aille voir ailleurs. Mais je sens bien que je trancherais la fusion à vif. Notre relation est tellement bénéfique, enrichissante, il m'apprend des foules de choses géopolitiques, je l'aide à rédiger en français correct... Son avis est souvent juste, je lui fais une confiance totale.

Lui faire le moindre mal ? Je m'en voudrais à vie... Donc ma non sexualité est parfois une tension douloureuse, participe surement au manque de confiance en moi mais elle fait partie d'un choix de vie. Mais je compense, je dois composer sans cette partition et me focaliser sur toutes les bonnes choses que m’apporte cette relation et elles sont foultitude.

J'accepte une fois de plus de ne pas être dans le moule, mais ça c'est pas trop dur.

Commentaires

Portrait de kapcod

Bonjour Maya,

J'ai lu ton post avec beaucoup d'intétêt. je suis dans la même situation que toi, depuis 2002 plus de sexe et je ne m'en trouve pas plus mal. je précise je suis gay. Je vais bien physiquement et mentalement mais ma libido n'existe plus et je n'en souffre pas. Je suis très bien comme ça et je suis comme toi, la peur de refiler cette saloperie à l'autre me titaniserait pendant le rapport.

Ta façon de vivre est géniale et je t'envie mais trouver le partenaire pour mener une telle vie est difficile.

Beaucoup de bonheurs à ton couple.Wink

Portrait de cyril13

... dont je n'ai encore trouvé le courage de m'exprimer ici.

Tu m'ouvres donc le chemin ...

et je ne manquerai pas d'y revenir lorsque j'aurai fait le tri dans l'ensemble des raisons qui nous ont amenés à vivre notre vie de couple (mariés) sans plus aucun rapport sexuel , ou presque, depuis...peu de temps après l'annonce de ma séropositivité, 3 mois avant la naissance de notre fils (1990).

Même le rapport Hirschell n'a pas pu, malgrès deux ou trois tentatives, nous ramener l'insouciance que nous avions dans nos ébats au temps jadis...

Et "life in plastic" is not fantastic !...

Certes, si le sexe , c'est pas obligatoire, j'avoue avoir souffert d'une certaine frustration de notre inactivité. Estimant que dans la construction de notre couple, la fidélité est une des bases (c mon point de vue ainsi que celui de mon épouse, mais je comprend qu'on puisse ne pas le partager..), je n'ai donc jamais eu d'amantes (ni d'amants !).

Donc, aujourd'hui, si je devais définir mon "groupe sexuel" (le mot "groupe" me dérange un peu, mais bon...), je dirais simplement "Autosexuel"...

Voici donc un premier commentaire pour "entrer" dans le sujet !

Et encore Merci, Maya, pour ton témoignage.

Bonne journée.

cy.

Portrait de maya

oui parce qu'il concerne une partie essentielle : parler de notre non sexualité ! le contraire est bcp plus fun mais bon on compose avec sa partition, pas toujours choisie, plutot imposée par notre corps ( pour ceux qui ne bandent plus cause traitement, ou ceux pour qui la libido n'existe plus) et il y en a , quand on en parle en apparté, mais l'avouer publiquement le dire est une autre affaire je crois..il ya de la culpabilité, de la honte à ne pas jouir de l'existence" comme on devrait" !

je le sais je le vis après l'avoir écrit.

Le monde entier court après le sexe, pas moi , comme si je n'existais plus quelque part, je ressens à la relecture quelque chose est morbide la dedans...

bonne semaine à tous

ca bruine sur paris, un peu de fraicheur...:-)

Portrait de juliette06000

chere maya j'ai beaucoup aime  ton temoignage , tu vis avec  ton ami seropo l'amour a plusieurs  visages meme celui de  la  non sexualité !!!

voici mon temoignage a moi , j'ai toujours ete tres active sexuellement , j'aimais l'amour ,pas  seulement le  sexe non l'amour la passion le desir , sans desir pas  de  sexe pour moi a l'epoque !! j'ai eu pas mal d'amants et apres un mariage raté par ma  faute j'ai eu des aventures par desir !! et j'ai rencontré celui qui partage ma vie  en ce moment ; helas j'ai aussi eu la malchance de contracter le  vih , j'etais  trop confiante et  voila pas de chance !! mais mon mari que j'ai rencontré a  accepté ma maladie et nous avons meme  eu  quelques annees de plaisirs partagés meme si   je regrettais de ne pouvoir  faire tout  ce  qui me plaisait  dans le sexe "cuni etc

"heureusement  je suis une femme vaginienne donc  ca  allait , helas  au fil du temps ma libido et meme celle de mon mari a  fortement diminuée , mais  l'amour  etait la quand meme .

aujourd'hui des problemes de  douleurs  helas  ne me permettent pas d'avoir une vie  normal 'beaucoup de mal a marcher douleurs etx "

 

avant de  connaitre mon mari j'avais moi aussi envie de  vivre avec  un  homo en le  laissant  libre de vivre sa  sexualite et moi la  mienne  ,mais juste pour  avoir un ami un  soutient moral et meme financier "pourquoi le cacher" je ne  crache pas sur l'argent meme si c'est pas le moteur de ma vie .

 

perso le  vih sur le plan amoureux  ne m'a  pas gené ,bon un peu de  frustration sexuelle !!mais avec le temps tout  s'en va comme  dis  ferré !!

l'amour  est de plus en plus la ,mon mari est mon meilleur soutient , et je  dis  meme que je  n'aurais peut etre pas connu le  veritable amour  sans le  vih !! maintenant le  vih me pése  beaucoup a  cause  des  douleurs inexpliquées , sinon je suis  heureuse ,me manque  juste de marcher vivie l'amour  vive la vie  vive le  sport vive le plaisir " les plaisirs " que chacun trouve  ou il veut homme  ou femme aucune  importance  seul compte d'etre heureux epanoui dans sa  vie  et si nous n'avons pas de  grands chagrins  ou de  grandes douleurs alors mes  amis  chaque  jour devrait  etre une  fête , !!!bises a  tous !!!

Portrait de jl06

on pourait parler jusqua demain on a tous une vie a raconter , je suit bi , donc marié , sero depuis 1 an , la chance pour le moment de pas avoir de probléme (douleur ou autres ) les médoc c vrais on fait de réel progrés , quand a ma sexualité , malgrè mon 67ans...ben je me plaint pas trop !

Ma vie de couple  ('40ans de mariage) se transforme en complicité amicale , ma femme a toujours douté de ma double attirance et je lui en suit reconnaisent d,avoir accepté ,a mon age plus rien a prouvé ,quand jai le bourdon sa arrive ...la pienture l,opéra,aide ,

jai toujours autend d,amis Gay ou Lesbien ,

je retiens qu,une chose de ma virologue (qui et supert ) profité de la vie un max !!!

désolé pour mon français (Italien d,origine )

bises a toutes et tous