L’hépatite B est pour moi comme un phantasme

Publié par Didier le 29.08.2015
2 418 lectures

Dans le cadre d'un atelier d'échange autour du parcours de vie avec une hépatite, organisé par AIDES en avril 2015 à Gruissan, Didier a partagé l'histoire de sa vie avec une hépatite B.

Comme mes deux frère et sœur, je suis porteur sain de l’hépatite B, c’est-à-dire asymptomatique avec un taux faible de virus dans le sang. Nous avons été contaminé par notre mère d’origine thaïlandaise. Je suis porteur du VHB depuis ma naissance, il y a 45 ans. Mon père est la seule personne de notre famille proche à avoir guéri spontanément. Mon frère a déclaré une jaunisse pendant son adolescence et il aurait contaminé une de ses copines d’enfance. A l’heure actuelle, ni moi, ni mes frère et sœur, ni ma mère n’avons développé cette maladie. Mes neveux et nièces sont séronégatifs et vaccinés.

Dès que je fus en âge de comprendre, mes parents m’ont informé sur ma maladie, en m’expliquant les modes de contamination et les précautions à prendre pour protéger mon entourage : attention au sang et au sperme, pas de danger avec la salive. Comme il n’existait aucun traitement et que la probabilité d’une évolution vers une cirrhose semblait faible malgré tout, je n’avais plus qu’à oublier ma maladie tout en protégeant mon entourage, en m’efforçant d’avoir une vie saine (pas trop d’alcool et du sport).

Dans ma vie sexuelle, j’ai oublié d’informer ma première petite amie. Je le lui ai dit après notre première nuit ensemble. Son test s’est révélé négatif. Ensuite, nous avons eu des relations protégées. Par la suite, j’ai averti toutes mes partenaires. Parfois, d’un commun accord, nous avons eu des rapports non protégés, sachant que ma charge virale est faible et bien que mon médecin n’ait jamais accepté de me dire que je ne peux pas contaminer.

En résumé, l’hépatite B fut et est pour moi comme un phantasme qui revient au premier plan lorsqu’il engage d’autres personnes avec lesquelles, je souhaiterais avoir des relations sexuelles.

Est-ce que cela a joué dans ma vie ? Est-ce que cela a compté dans l’appréhension de ma vie sexuelle et sentimentale ? Sans doute. Est-ce que parfois j’ai eu peur à cause de mon hépatite ? Oui.

Je pense que j’ai un travail plus conscient et positif à faire envers cette maladie qui reste quelque chose d’enfoui en moi et de confus.