Ma libido se réveille au soleil, avec le printemps

Publié par GILA le 07.08.2014
10 324 lectures

Quand j’ai appris ma séropositivité, j’ai eu une image déplorable de moi, une image pourrie ! A l’époque je me maquillais, j’avais un look marrant, je me pomponnais ; j’ai arrêté net. Le truc positif c’est que j’ai aussi arrêté de me détruire à partir de ce moment là. J’avais déjà arrêté la came mais j’étais toujours dans une logique de vie où je pensais que j’allais mourir très jeune. Comme j’aimais la fête, j’y allais à fond. Il a fallu ce déclic pour que j’arrête de vivre à court terme.

Pendant les années qui ont suivi, je n’ai plus regardé mon corps, je ne l’ai plus vu. Il n’existait plus du tout. Mon miroir était vide, je n’existais plus, j’étais gommée. Pourtant, j’ai continué à rencontrer des gens, je travaillais dans le milieu du spectacle, un milieu très relationnel où je côtoyais du monde, beaucoup de monde dont des hommes.

J’avais très peur de contaminer, alors peu de temps après l’annonce de ma séropositivité, je me suis mise avec un garçon séropositif, une manière de régler ce problème. C’était un ancien toxico, très beau. Un ange et un démon à la fois quand il buvait. Ca fonctionnait super bien entre nous. On n’a jamais utilisé de préservatif malgré les rumeurs de surcontamination qui courraient à l’époque et il ne nous est rien arrivé. Un jour il a réalisé qu’il avait trouvé une nouvelle forme de défonce. En fait c’était moi. Il voulait sans arrêt qu’on fasse l’amour, c’était épuisant, je n’en pouvais plus. J’étais devenue sa nouvelle dépendance. A l’époque, je travaillais, il fallait que je gère le jour et la nuit. Je me forçais pour qu’il me laisse tranquille, pour qu’il me laisse dormir. Il n’y avait pas de dialogue possible et c’est allé jusqu’au dégoût, jusqu’au blocage. Même les amoureux dans la rue, je ne pouvais pas les regarder. Après ce fou, je suis restée des années sans sexe.

Avec mon dernier compagnon avec qui j’ai vécu pendant 5 années et qui est mort en 2010 on avait uniquement une relation spirituelle. Pas de vie sexuelle, on vivait ensemble, on partageait le quotidien, on s’aimait. Il n’était pas très demandeur de sexe alors ça c’est fait comme ça.

L’an dernier, j’ai rencontré quelqu’un qui m’a fait redécouvrir mon corps par des massages. Il a réveillé ma libido et là catastrophe, je me suis rendue compte que je ne pouvais plus avoir de relations sexuelles. Mon corps est complètement crispé.

Aujourd’hui je n’ai toujours pas de sexualité mais dans ma tête, ce n’est pas un truc de bloqué ni de fermé. Hirschel et son avis suisse sont passés par là et ça change tout pour moi. J’aime les hommes, par forcément pour avoir une relation intime, j’aime leur compagnie.

Je me suis inscrite sur des sites de rencontres où je passe peu de temps derrière mon écran, ce qui m’intéresse c’est la rencontre en réel. Dès la première rencontre je brandis ma séropositivité comme un étendard, comme ça on peut de suite passer à autre chose. Presque tous ceux que j’ai rencontrés m’ont dit : "Ce n’est pas grave". Peut-être que j’ai eu de la chance. La plupart du temps on ne se revoie pas parce que ça ne marche pas entre nous. Un d’entre eux est devenu mon ami parce qu’on a eu des parcours de vie similaires.

Il y a peu, j’ai rencontré un nouveau mec. J’ai envie de lui mais la pénétration n’est toujours pas possible, alors on fait l’amour autrement. Il est séronégatif, s’il n’y avait pas eu le rapport Hirschel, la relation ne serait pas possible parce que la capote c’est niet.

Ma libido se réveille au soleil, avec le printemps. Après l’été, l’envie s’en va alors avec les hommes c’est difficile parce qu’eux ne sont pas saisonniers… C’est mon corps qui est bloqué après 12 ans sans relations sexuelles. Au fond de moi, je pense que j’en ai bien profité, que je me suis bien amusée que j’ai eu tous les hommes que je voulais. Ca ne m’ennuie pas réellement aujourd’hui cette situation, c’est quelque chose que j’accepte. Je ne me sens pas frustrée. Je m’en fous en fait. Le sexe a été important à un moment de ma vie, ça ne l’est plus. Je le compense avec des amitiés et tous les gens que je vois. J’ai réussi à me préserver du dégoût de l’autre parce que c’est lui qui fait des ravages.

J’ai voulu faire ce témoignage car à notre époque d’ "hyper sexualisation", dire que l’on a pas de sexualité, c’est être une fois de plus "à part", voire "anormale". Pour avoir évoqué le sujet dans des groupes de paroles entre séropositifs, je me suis bien rendue compte que c’était un sujet tabou.

J’ai juste envie de dire que l’on peut vivre tout à fait sereinement et que le plus important, c’est de ne pas être isolé affectivement.

Commentaires

Portrait de alsaco

puisque témoignage il y a  - je vais essayer de te répondre  -

Je n ai pas envie de m 'étaler sur mes pratiques sexuelles  

   tu dis  Au fond de moi, je pense que j’en ai bien profité, que je me suis bien amusée que j’ai eu tous les hommes que je voulais. -

a cette époque  où tu t 'éclatais   moi je me cherchais   c 'est surement 1 parcours contraire   -  vivre tout les délices qui m 'étaient  défendus  avant  sans culpabilité

Pour moi la relation amicale  autorise le phantasme   sans avoir a le pratiquer   .

C 'est tellement compliqué  le quotidien avec ce que l 'on a pris  dans la tête  (étant jeune)  et dans le cul  ( + tard )

Pkoi se poser tant de questions   -   la libido  fait partie de notre patrimoine génétique   - elle est présente et se cache  quelque  fois

C 'est ainsi    toi ss hommes  moi avec

j 'accepte et me bats pour concilier  tous mes défits  amoureux  avec  mon  statut  de Mec  indépendant ....

bonne journée Smile

Portrait de frederic16

Ton commentaire est tres sympa a lire.Des bisous pour toi.Pascal

Portrait de jeuneseropo31

Ton temoignage personnel était un peu touchant, c'est vrai que la sexualité reste quelquechose de complexe et tabou alors qu'au final ca touche ..tout le monde.Je pense qu'il faut vivre les choses comme on le sent..au moment présent et en terme de sexualité avoir un echange complet et honnete avec le (les) partenaire. Merci pour cette agréable lecture

Portrait de maya

que de similitudes dans nos parcours sista...

tout ce que tu ecris me parle à l'intérieur.

et puis j'aime ta façon d'écrire, si directe et franche

'et ce, sans flagornerie aucune ;-).

thanks and lov' maya

Portrait de lipote

 c'est sincére  et ca me parles  au fond nous revons tous du grand AMOUR   Gainsbourg disait que l' amour physique est sans issue  à méditer!  trés beau témoignage profond et sensible bises lipote

Portrait de concombremasqué

même combat 

mais je me dis ca vas revenir 

et j'attends celui qui vas me faire m'oublier un peu 

merci pour ton post princesse Pollux 

de qui tu sait :o)

Portrait de gys

Je me reconnais dans ton témoignage, avant d'être séropo j'ai vécu 18 ans avec le père de ms enfants atteint de priapisme. C vrai que j'étais dégoutée par la fréquence mais je n'ai jamais été bloquée.

Quand j'ai rencontré la spiritualité bouddhiste je me suis lancée à dof dedans pour comprendre mon égo et mon fonctionnement, je suis restée 5 abstinante.

Puis ma libido m'a secoué a nouveau et depuis je n'ai jamais arrêté, je pense que je suis dépendante mais je ne couche pas avec n'importe qui n'importe quand, il faut que la personne ait 1 ptit truc accrocheur, pas sa beauté, mais son allure, son esprit, son humour, bref, je ne me suis jamais cachée que j'aimais le sexe, pour moi c comme la nourriture, c mon carburant.

Comme le tabou est important, tout le monde aime "baiser" mais personne en parle...en tant qu' animatrice j'ai trouvé 1 façon d'aborder, de dédramatiser, d'en parler, de partager en militant à Aides, les ateliers Séxualité/Santé c super, ça laisse libre cours à tout, fantasmes, interrogations, échanges de pratique, questions sur tout c qui concerne les rapports sexuels et humains et ceci dans la confidentialité, alors pourquoi se priver !

Bonne soirée à tous !

Portrait de paille de riz

j'étais en couple avec un séronégatif.

comme nous avons la cinquantaine, il n'était pas du tout, mais alors pas du tout adepte du préso.

il y a bien des pratiques amoureuses sans pénétration, Nous nous sommes fréquentés 6 ans et je savais bien répondre à ses demandes .Effectivement, ancien alcoolique, il avait beaucoup d'envies, et heureusement que nous ne nous voyions que le WE...

on s'est séparé (because of beaucoup de paramètres contraires), mais pas à cause du sexe.

Portrait de Exavier

Pour ma par, je trouve que la libido est revenu, mais c'est plus de la frustration qui m'habite, ne pas pouvoir concrétiser une relation, Etre sérop n'arrange rien, le physique non plus, enfin en ce qui me concerne.

Portrait de paille de riz

pour le physique, il faut travailler sur l'Estime de Soi

la volonté de se mettre au sport et à une vie  bien réglée - si possible-

Bon, sinon, il paraitrait qu'il y aurait des crèmes soin du visage, qui repulpent bien la peau.je sais pas lesquelles.

et le look

Portrait de anita1981

De ma part je prefere rester et frequenter les gens comme moi sero.Trop dur d'etre ou de trouver un homme seronegatif qui aimerait construire avec une sero une vie.. courage et bisous a  vous tous