"Quand je leur ai annoncé ma séropositivité, ça n’a pas changé leur amour"

Publié par Bebe le 29.03.2014
4 508 lectures

Je suis une femme vivant avec le VIH. Ce n'est pas grave, ma principale préoccupation est que je sois aimée de mes amis et de ma famille.

Quand j'ai appris que j’étais infectée, il était très difficile pour moi de savoir quels allaient être mes problèmes. Je commençais à voir des choses venir sur ma peau et de nombreux autres symptômes. Avec les circonstances de ma vie précédente, je vis avec le VIH et le VHB et je dois vivre avec un traitement pour le reste de ma vie. Je ne suis pas capable de dire où et comment j'ai été infectée. J'étais une prostituée travaillant dans la rue et j’avais aussi un petit ami qui fréquentait d’autres femmes. Etre prostituée, dans la rue, c'est pas facile. Quand vous devez vous occuper de vos enfants la vie ne laisse pas le choix. Je sais que ce n'est pas une bonne chose ni facile d'être une prostituée. Ce n'est pas un travail et c'est dangereux, les personnes peuvent être infectées, tuées aussi car on peut rencontrer des hommes cruels.

J'ai deux enfants et j'ai du prendre une décision, trouver la manière de leur dire.

Après j’ai su que c’était la bonne solution parce que de toutes les manières j’ai l’obligation de les protéger. Quand je leur ai annoncé ma séropositivité, ça n’a pas changé leur amour, ils ne m'ont jamais vue différente. Avec le temps, j’ai réussi à comprendre le problème et j’ai obtenu des informations de personnes qui ont de l’expérience. Par exemple, mon médecin m’a tout expliqué sur les modes de contamination du VIH, j’ai reçu toutes les informations dont j’avais besoin. Il est facile de vivre avec le VIH. Je vis une vie normale, comme tout le monde. Au début, je voulais me tuer et je continuais à dire que je voulais mourir, mais maintenant je ne me sens plus pareille. J'espère que les personnes qui entendront mon histoire pourront devenir plus fortes, prendre leurs médicaments, rechercher les informations chez un médecin qui a l'expérience des traitements des personnes vivant avec le VIH et avoir la chance de vivre une vie normale. Il y a dix ans, il n’y avait pas encore de bons traitements, mais aujourd’hui c’est différent. Maintenant, on peut vivre normalement et devenir vieux !

Si on n’avait pas d’enfants, c’est maintenant possible, avec les traitements on peut avoir des enfants qui naissent sans le VIH !

J'ai deux sœurs à qui j’ai parlé de ma maladie, elles me montrent le même genre d'amour sans discrimination. J’ai aussi trouvé une seconde famille à l’association AIDES qui m'encourage à vivre.

Je veux que les personnes sachent que si on a le virus VIH, ce n'est pas la fin du monde. Ce n'est pas que je sois heureuse d’avoir le VIH, j'espère qu'ils trouveront un remède bientôt. Je pense toujours positivement car j'ai foi en Dieu et avec Dieu tout est possible.

Si des personnes ont besoin d'informations sur la façon de vivre avec le VIH, le médecin est un professionnel dans ce domaine, vous pouvez aussi contacter l'association AIDES. Avant d’avoir des infos sur le virus, c’était difficile, mais maintenant, à ce stade de ma vie, c'est mon temps de penser positivement. Je vis à la fois avec les virus VIH et VHB mais je ne me dis pas que je suis positive à tous les virus ! Je prends mon traitement comme prescrit par mon médecin, je vis une vie normale et je ne me plains pas.

Plusieurs d'entre vous voudront peut-être savoir ce qu’est le VHB. C'est une maladie sexuellement transmissible, le virus attaque le foie et ça peut évoluer en cirrhose, cancer… Mais il est contrôlable, il faut voir le médecin et il vous donnera plus de détails. Je veux juste vous recommander d’aller chez votre médecin ou à AIDES faire un test et être sûr. Que vous soyez positif ou négatif, vous serez sûrs, vous pourrez parler et obtenir de l'aide comme je l’ai fait. Il y a de nombreuses maladies, soyons courageux, ce n'est pas la fin du monde. Merci d’avoir écouté mon histoire. Don’t worry, be happy !

Commentaires

Portrait de amsty baby

vraiment je suis touchée par ce temoignage elle ne sont pas nombreuses celle là qui peuvent le faire du courage

Portrait de Lutecienne

J'ai été contaminée fin 1983 lors d'une intervention...

C'est vrai qu'au début on veut juste mourir... le ciel nous tombe littéralement sur la tête et on perd TOUS espoirs... tous rêves... tous désirs... on est déjà un peu mort en fait et on l'attend.

Puis... plus ou moins doucement... la vie reprend le dessus et, pour peu que l'on ait la Foi... comme le dit Bebe... c'est peut être un peu plus facile de supporter tout cela.

Cela fait donc près de 30 ans que cahin-caha je suis mon petit bonhomme de chemin et que, contre toute attente, je suis toujours là.
C'est vrai que je suis parfois très déprimée, vraiment fatiguée d'avoir toujours porté seule ce lourd fardeau, ce lourd secret, mais peut être que grace à ce genre de témoignages l'espoir et une certaine "force" va rejaillir en moi.

Merci Bebé pour ce témoignage d'espoir.

Portrait de topmen7

  merci ma soeur pour ce temoignage tres poignant,

  moi ,j'ai connu mon statut serologique depuis 2009 mais jusqu'aujourd'hui je ne sais le partagér avec personne ni dans ma famille , ni à mes amis moins encore dans mon milieu professionnel

 cependant , je pense qu' il est plus important de le dire pour se liberer d'un si lourd fardeau , dans toutes les façons si les gens doivent nous aimer malgré notre état de santé tant mieux et s'ils nous rejettent aussi tant pis le monde est ainsi fait.

 

 soyons forts

Portrait de missinconnue78

La vie n'ai pas facile tout les jours,c'est réconfortant de voir des personnes aussi courageuses et se battre chaque jours pour vivre...moi j'ai une maladie génétique de la peau qui l'empoisonne déjà la vie quotidienne parfois suicidere tellement je ne me supporte plus et si je rajoute ça je pense que j'aurai du mal â me relevé j'ai tellement peur d'être renier car ma famille est très ferme  et pas envie de mettre ma famille en danger je préfère mourir que de leur infliger ça