Rien ne m'a empêché de poursuivre mon propre parcours

Publié par Francisco le 04.08.2008
1 130 lectures
Je m'appelle Francisco. Je fais partie des anciens qui vivent avec le VIH. Je suis infecté depuis juillet 1987, donc depuis 21 ans cette année.
zero.jpg

Je veux tout simplement dire que depuis toutes ces années que je vis avec cette maladie, rien ne m'a empêché de poursuivre mon propre parcours. Forcément, durant toutes ces années, il y a eu de bons et de mauvais moments autant physiquement que moralement, dans ma vie professionnelle comme affective. J'ai dû affronter des problèmes pas toujours évidents à résoudre. Pour ma part, il a été difficile durant ces années de pouvoir en parler librement avec la famille, les amis. Finalement, c'est une réalité qui, avec le temps, est devenue une amie plus qu'une ennemie. Je l'ai adoptée, jour après jour, avec les différents traitements que j'ai eus, les rejets, les contraintes. Si je dois vous dire quelque chose à vous qui êtes dans la même situation que la mienne, c'est de prendre les choses du bon côté. La recherche avance peu à peu. Elle permet d'obtenir des résultats. J'en suis un exemple parmi tant d'autres. J'avance dans la vie à grand pas, jour après jour. Je voudrais dire, comme ancien séropo aux nouveaux séropos, que, malgré la maladie, j'ai toujours regardé devant moi et jamais derrière moi.


Pour moi, la vie est plus importante que la mort. Je continuerai mon bout de chemin le plus loin possible. Peut-être dans les années à venir, dans dix ou vingt ans, il sera enfin mis au point un vaccin pour stopper ce fléau mondial. Enfin !


Il est important d'avoir confiance en l'avenir et j'espère que je serai de ce monde pour voir la fin de cette maladie. Si j'apporte ce témoignage, c'est pour vous prouver que la vie en vaut vraiment le coup, qu'il ne faut pas se laisser aller au désarroi et au malheur. Il est important d'avoir confiance en la médecine, en nos professeurs, en nos chercheurs qui travaillent chaque jour à la mise au point d'une solution. C'est pour moi aussi, une façon de leur dire le bien qu'ils font à beaucoup de gens comme moi. La preuve, je suis encore de ce monde grâce à la médication actuelle. Pour ma part, je prends une trithérapie qui apparemment fonctionne. Il y a deux ans, mon taux de T4 était à zéro, maintenant il progresse peu à peu et j'ai une charge virale indétectable. J'ai confiance en la recherche. Et si je devais terminer par un mot, je vous dirai tout simplement : VIVEZ !


Mon témoignage a été recueilli par Aline, volontaire à AIDES, que je remercie beaucoup pour son écoute et son amitié.


Le témoignage de Francisco a été présenté lors des Universités des Personnes en Traitement (rassemblement de personnes séropositives) organisées à Saint-Dié des Vosges en 2007 par la délégation régionale Grand Est de AIDES.