Seule pour l’annoncer à mes enfants

Publié par Hortense et Grace le 01.08.2015
5 547 lectures

Je m’appelle Hortense et j’ai 3 enfants qui ont 3, 4 et 11 ans et la question qui me turlupine c’est quand dois-je leur parler du VIH et comment ?

Mon mari est séronégatif et je suis la seule de ma famille à être séropositive. C’est mon mari qui l’a annoncé à ma famille dans mon dos, à un moment où ça n’allait pas entre nous. Il l’a fait dans un moment de colère. Ma famille a très mal réagi, il a fallu que j’explique longuement, que je rassure. En plus, on est tous éloignés géographiquement entre le Kénya, les Etats-Unis, le Cameroun, la République démocratique du Congo et la France. Aujourd’hui ils l’ont accepté et compris mais ça a pris du temps. J’ai été piégé par cette annonce et je ne veux pas que ça se produise avec mes enfants.

J’ai décidé de m’entretenir avec Grace qui a élevé 5 enfants qui sont tous au courant aujourd’hui de sa séropositivité. Grace a 55 ans et elle est de nationalité ivoirienne. Ces enfants ont aujourd’hui 32, 25, 18, 17 et 14 ans. Elle est séropositive depuis 2006 et elle a débuté son traitement en 2009. Toute sa vie Grace n’a rien dit puis après l’avoir confié à une amie, la rumeur a couru jusqu’en Côte d’Ivoire alors elle a décidé de le dire à ses enfants par téléphone. Elle a appelé sa fille ainée qui avait 28 ans à ce moment là. Elle lui a longuement expliqué et la chargée de le dire à ses frères et sœurs. Si au début ils ont été choqués et marqués par la nouvelle, ils ont décidé de faire bloc autour du sujet.

Grace elle-même a été très choquée quand son amie a essaimé la nouvelle. En Afrique, il y a confusion entre le VIH et le sida et l’image qui reste est celle du malade, la peau sur les os et agonisant. Grace a alors décidé de se rendre à Abidjan pour voir ses enfants et leur expliquer de vive voix : qu’ils se rendent compte par eux même qu’elle allait très bien et était en forme. Depuis Grace vit mieux avec sa pathologie, ses enfants sont heureux et garde espoir pour elle. D’un point de vue personnel ce voyage d’annonce à ses enfants à transformer Grace qui depuis se sent une autre personne.

A travers le témoignage de Grace j’ai affiné mon avis sur quand et comment le dire à mes enfants. Je vais laisser passer du temps, il faut qu’ils soient en âge de bien comprendre et que je puisse échanger avec eux tous ensemble. Aujourd’hui ils savent que je suis malade, que parfois j’ai besoin de me reposer et que je dois prendre des « vitamines » chaque jour.

En attendant, je les laisse grandir.

Commentaires

Portrait de ballif

ma copine l'avait et elle avait aussi cette question elle passait à la TV le visage brouillé lorsqu'elle sait décidé ces enfants lui ont répondu "nous le savont"

moi j'ai attendu d'être devant ma famille pour leur annoncé en 1989 je ne savais pas ce qui m'arrivais leurs réaction c'est l'hypochisie elles ne veulent pas que je touche leurs bébés pourtant une travaille pour la traduction des revues  médicales

ma mère comme toujours est restée sourde son mari n'y comprennait rien

en 1998 j'ai eu la chance de rencontrer des femmes qui soiguaient cette pathologie ce ne fût pas du plaisir enfin j'ai pu comprendre mes réactions lorsque je cherchais une femme et les raisons de ces difficultés

en Belgique il y a eu l' affaire DUTROU je ne m'imaginais pas que c'est aussi la mienne sans mort et en plus le VIH à l'âge de 12 ans avec strangulation pour perte de connaissance

lorsqu'en 1998 je leur ai annoncé que cella date depuis longtemps(1972) ils ne m'ont pas cru comme tout les autres du corps médical

ces jours ci j'ai eu des tracas au sexe et aux jambes nous ne sommes pas d'accord sur les causes ils sont omnibulés par le nombre de T4 cella ne me fait plus peur cet hiver pour la première foi je n'ai pas eu de problèmes ORL

pourquoi j'ai pu découvrir toutes les raisons qui m'ont ammenné cette maladie elles ne sont pas apprises en fac alors impossible

mes difficultés sont de faire accepter cette situation aux femmes

bon vent à tes enfants

Portrait de Isa

Tu vois Baillif, j'ai été dans la même situation que toi. Je sais que j'ai été contaminée avant 1983 et bien mon médecin a aussi douté. 

 Mon mari et moi n'en avons pas parlé à nos familles à ce moment. Nous l'avons annoncé en 1995 à ses parents et moi à ma soeur seulement. Je ne voulais pas que ma maman se fasse du soucis, je le lui ai avoué seulement en 2003.

Depuis le décès de mon mari en 2005. J'ai eu des rapports sexuels mais avec 2 séropo. et sans précautions étant donné que ma virémie était indétectable depuis 6 ans.

J'habite près de la frontière avec le Doubs et vu que c'est toujours aussi tabou, je n'en parle pas. J'ai eu un début d'aventure mais quanf je lui ai demandé s'il avait des préservatifs, ce qui nétait pas le cas et je lui ai dit non. Il est parti et sans gêne à parler à ses amis que j'étais séropositive et ça à fait le tour des 11 communes que compte le Val-de-Travers.

Depuis, je me suis fais une raison et si je retrouve quelqu'un un jour, je préfère qu'il soit séropo.

Cette année j'ai la chance de partir une semaine en Ardèche avec des personnes vivant avec le VIH, l'association à trouver les fonds. Cela me permettra d'agrandir mon cercle de futurs amis.

A bientôt

Isa

Portrait de IMIM

Détectée 1987 avec une fillette de 5ans sans aucun espoir de VIVRE

Jusqu'en 1998, 1er traitement efficace sur moi 

Soit 11années à me demander jusqu'à quand je pourrais l 'accompagner .......

Ne + accepter qu'elle vienne le matin ds mon lit, parce que la sueur, à cette époque, était considérée comme un mode de contmination.....

Devoir la rendre automne le + vite possible ss pour autant la faire grandir trop vite...

Refreiner mes angoisses, cacher mes peurs...

Et bien sur  les ENORMES coups de fatigue, les rdv hospitaliers, les examens, les medocs à mettre au frigo....

Quant à l'annonce, je ne m'y suis jamais résolue Je l'ai repoussée 100fois 

Et puis un jour, entre 2 portes, une conversation Elle a compris Elle avait 12ans c t en 1994

Et pourtant très peu sure de ce que j'avançais, je lui promettais d'être forte et de rester en vie

1 an + tard les premiers traitements arrivaient....

Aujourd'hui tt est + facile......

Cest une maladie "chronique"......

Portrait de mimilabelle

Depistee depuis fin 2009 et sous ARV depuis avril 2014, grossesse dont le bb garçon est né seronegatif et dcd six mois plus tard, je vis avec ma fille de 14 ans dans un pays où sero=assassin en puissance. J'ai commis la betise d'en parler à quelqu'un qui en a parlé à un autre, et toute la ville est au courant, du moins le corps enseignant.

Or ma fille frequente le lycee où j'enseigne, et je suis morte de peur à l'idee de la façon dont elle pourrait reagir si jamais elle apprenait ma seropositivité.

Pourtant elle semble tres forte psychologiquement, pyisqu'elle a mieux reagi que moi au décès de son frere. Mais mon medecin me deconseille vivement de lui en parler. D'apres lui ça pourrait la destabiliser dans ses etudes.

Pour l'heure elle sait que je dois prendre des medicaments tous les soirq à la meme heure pour soigner ma ''typhoïde'', et elle a juré de devenir medecin pour pouvoir me soigner elle meme.

C'est d'ailleurs elle qui me donne mes comprimés tous les jours.

Dois je le lui dire? Dois je attendre? Le lui dirai je un jour? Je n'en sais rien. Et comme elle est tout ce qui me reste, je suiq perdue.

Portrait de IMIM

Tu chantes toujours des airs d'opéra, j'espère !!!! (ton profil)

Je ne vais pas avoir de "conseils à te donner", chaque situation étant différente l'une de l'autre

Tu dois essayer de peser le pour et le contre par rapport à la connaissance que tu as de ta fille, la confiance et la complicité que vous avez, et bien sur sa capacité à "encaisser".....

Tu peux tester..Avancer.à petit pas Faire "des approches", si tu veux le lui dire

Mais surtout dédramatiser (malgré le contexte sérophobe du Cameroun)

Lui parler des médicments qui font que tu vas VIVRE Et lui dire qu'elle est déjà "infirmière" puisqu'elle s'occupe de te donner ta médication!!...

Il va être indispensable de parler sexe

Aborder ce sujet délicat avec nos pré-ados ou ados n'est jamais chose simple

Parce que bien souvent, si tu parles préservatif, tu parle "Q" !! Il(elle) se défile : "pourquoi elle mparle de ça ???!!!"

14ans ?? Est-elle assez mure pour savoir, entendre, comprendre certains sujets!!?? 

Nous voyons nos enfants toujours comme des bb et pourtant, à peine le temps de faire ouf!...et c déjà des grands....

Et si elle l'apprenait par autrui, comment pourrait-elle réagir? C'est une question qui nous taraude aussi Comment lui présentera-t-on les choses?

Peux-tu de ton coté continuer à le lui cacher ?

Est-ce vraiment si grave ds ta tête à toi d'être s+ ?

Il est possible aussi qu'elle se fache à l'annonce Ne crois pas que ce soit contre toi...C juste face à ce qu'elle ressent comme une injustice....Ne te victimise pas Ce serait faire preuve de faiblesse Or, elle aura besoin de sentir tt ta force et ta détermination 


Il n'y a que toi qui puisse faire la part des choses.....

Elle retiendra ce que tu lui feras passer.....ou pas


Bien à toi


Portrait de mimilabelle

Ça me fait tellement de bien de me retrouver au mileu de gens qui me comprennent vraiment. Je crois bien qu'ici je pourrai retrouver le sourire. Merci pour tout ce que vous faites.

Pour ma seropositivité, je n'en ai jamais été derangee. Je crois bien que jusqu'ici la seule personne à qui j'ai peur d'en parler c'est ma fille. Et je crois que je comprends pourquoi.

Pourtant j'ai pu me rendre compte apres le deces de son tout jeune frere qu'elle etait bien plus forte que ce que je croyais! 

Peut etre trouverai je le moyen de le lui annoncer un jour. En attendant, je fais ce dont j'ai le plus horreur. Je lui mens. Et ça m'ennerve.

Portrait de mimilabelle

La vie reserve parfois de ces surprises! Apres vous avoir lu j'en ai eu marre de continuer à mentir à ma fille. Je l'ai fait venir pres de moi. Et quand j'ai évoqué le sujet, elle m'a tout bonnement répondu qu'elle le savait déjà! Et depuis plus d'un an de surcroît! Je crois que si j'avais le droit de prendre de l'alcool, je m'offrirais un bon Martini rosé, tellement je suis en joie

Portrait de IMIM

Nos enfants sont souvent bien plus murs que nous le croyons !!!!

Ils nous épatent tous les jours !!!!

Ravie de cet épilogue

Trinquons ensemble ! Virtuellement ça fait pas de mal !!mdr

Bonne continuation