Sur le trottoir, effondré, en pleurs

Publié par Rédacteur-seronet le 11.09.2013
20 417 lectures

Il y a deux ans, j’ai dû affronter la problématique de la révélation de ma sérologie sur mon lieu de travail par la responsable des ressources humaines.

Je travaillais dans un grand établissement vaudois, où j’occupais un poste à l’année. Peu de temps après ma primo infection, j'ai eu un accident du travail qui m'a poussé à conseiller à un autre membre de l’équipe de faire un traitement post exposition. Au cours de l'incident, mon sang avait pu être en contact avec une des lésions qu'il avait aux mains et je ne souhaitais pas lui faire prendre de risque, conscient qu'au sortir de ma primo infection le virus était très actif dans mon sang.

Suite à cet évènement et sans qu'on me consulte, j'ai connu de nombreux changements au niveau de mon poste de travail. Je suis passé aux horaires du soir puis à ceux du matin, j'ai travaillé en semaine, puis le week-end et ceux en cycle répété et irrégulier. S'en sont suivis des reproches non fondés et des avertissements vides de sens. En octobre 2011, je suis convoqué par surprise dans le bureau de la direction des ressources humaines ; on me prévient à 17h45 que le rendez-vous est fixé à 18 heures. La responsable des ressources humaines, accompagnée du grand chef et d'une personne à la carrure imposante, me remet en mains propres une lettre qui annonce mon licenciement avec effet immédiat. A 18h15, je suis sur le trottoir, effondré, en pleurs.

Sur les conseils de l’association Aids Genève, j'ai pris un avocat à la suite de la révélation de ma sérologie aux autres membres de l’établissement. Depuis, j’ai mis mon ancien employeur devant les tribunaux. Mon affaire passera en septembre 2013 devant le juge, la conciliation n’ayant pas aboutie.

Commentaires

Portrait de jesuisdu13

c'est tout ce que j'ai à dire ...

QUEL HONTE !!

Portrait de Kio

Nous sommes tous avec toi 

Portrait de Paradixman

Bonjour,

Je suis révolté au point ou j'aurais mis une bombe dans son établissement.

Je viens de tomber sur ce site qui j'espère t'aidera en attendant ton procès.

J'espère de tout coeur que le juge plaidera en ta faveur.

Bisous 

Portrait de Detresse83

Bonjour,

 

Ton témoignage me révolte... et me peine aussi.

Il semblerait que tu sois en Suisse, je ne connais pas les lois qui sont différentes des lois françaises, je sais qu'ici avec certitude tu aurais gain de cause et je pense aussi que ton employeur aurait eu l'obligation de te réintégrer, en Suisse je ne sais pas...

De tout coeur j'espère que ce procès sera en ta faveur et que ton employeur devra payer pour l'honteuse décision qu'il a osé prendre...

Je te souhaite plein de courage car en plus de se battre contre la maladie et la bêtise des gens ,quand il faut en plus se battre dans le milieu professionnel c'est ereintant... Tu as tout mon soutien,

Amicalement.

Nath

Portrait de Felix77

ça me rappel mon licenciement par la SNCM en 97.

Le plus drôle est qu'aujourd'hui au niveau de pole emploi, on doit nous même affronter ces mêmes DRH, stressant encore plus, voyant ce qu'on a en face, pas sûr que cela arrange notre santé, ces pressions constantes, je comprend le suicide de certains amis.

Mais ce sont des faits, que nos bienfaiteurs, qui voudraient tant nous voir vivre normalement, en payant des impôts sans coûter un rond, ne veulent pas voir. Souriez, on nous surveille, on nous emmerde, car tout va pour le mieux, dans le meilleur des mondes. 

 

 

Portrait de Detresse83

Félix tu n'as pas été licencié pour ce motif rassures moi ?

Le mieux est de ne pas parler de notre santé à notre employeur, peu importe de quelle maladie on souffre, c'est confidentiel cela nous regarde, il n'a pas besoin d'être informé, il n'y aucune obligation à cela.

Portrait de Felix77

Quand à la confidentialité, elle saute, dès qu'il y a un soucis, malaise, fatigue, absence chronique, etc. Il arrive un moment, hardelé, tu finis par dire ce qu'il ne va pas pour te justicier auprès de la curiosité de l'environnement. Je te dis pas le froid que ça jette à l'annonce et le changement d'attitude des gens, s'ils ne prennent pas la fuite, c'est assez drôle et radical pour avoir la paix.

Portrait de Detresse83

Naaaa ???!!! j'espère que tu n'as pas laissé faire, ca me révolte d'une force !

Oui c'est sûr on se sent obligé de se justifier c'est surtout ca... quand on cumule fatigue et arrêt de travail c'est pas facile, si on veut pas passer pour des glandeurs on se sent obligé de le faire... Après tu peux très bien dire que tu souffre d'une maladie chronique, que tu es soigné mais que parfois tu ne peux éviter la fatigue et les arrêts, sans mettre un nom sur ta maladie, c'est confidentiel, le rh et les collègues n'ont pas à savoir. Je me doute que ca doit créer un froid mais je ne comprend pas encore pourquoi... pourtant il y a quand même une information riche sur le sujet, être séropositif n'est pas être pestiféré bon sang ! ca m'enerrrrrrve !

Portrait de GuyZ

*** un propos a été modéré *** Ca me mets en rage, ces attitudes homophobes ! Je ne les supporte plus qu'en exprimant (verbalement, je rassure tout le monde, seulement verbalement) une haine sans bornes.

Désolé d'en être arrivé à des mots aussi excessifs. Mais eux seuls expriment la cruauté gratuite de ces gens.

Tu as donc raison de te battre. Mets-les à genoux ! Casse-les publiquement dans un procès que j'espère retentissant ! Bats-toi ! Sèche tes larmes du revers de ta main, remonte le menton, regarde aussi loin que tu le peux ta ligne d'horizon et go ! Eux représentent le côté mort de la société. Toi, tu es la Vie !

Portrait de sam

En effet tu n' avais aucune obligation de le dire , mais tu la dis par soucis de l' autre et ton comportement est exemplaire par rapport a cela . Plus dure est la déception vu les remerciements!!! Cette histoire est " moche" , je ne trouve pas d' autre mot ... Ça fou la rage!!! J 'espère que tu sortiras la tête haute de ce combat injuste et suis de tout cœur avec toi!

 J' ai moi aussi annoncé mon VIH a mon DRH il y a 3 ans environs pour d autres raisons , un changement de cap professionnel que je devais justifié concrètement pour ne pas passer pour un instable et me grillé niveau crédibilité . Parfois on est un peu "obligé" d' en arrivé la . 

De mon côté me suis entouré de representants   syndiquaux qui on encadré l entretien et assuré mes arrières .

Je suis resté en stand by un an avec une légère promotion niveau salaire puis j'ai eu une promo définitive comme promis par mon DRH. 

Si je raconte tout cela c' est simplement pour dire aussi que parfois nous n' avons pas le choix et qu'il ne faut pas obligatoirement avoir peur , il n' y a pas que des "connards". Restons prudents avec cela mais que cela ne nous donne pas une fois de plus une raison de flipper et se cacher comme des pestiférés ! 

Courage courage nous sommes avec toi !! Je croise les doigts ! 

Sam

Portrait de Panda1901

Felix77 wrote:

Quand à la confidentialité, elle saute, dès qu'il y a un soucis, malaise, fatigue, absence chronique, etc. Il arrive un moment, hardelé, tu finis par dire ce qu'il ne va pas pour te justicier auprès de la curiosité de l'environnement. Je te dis pas le froid que ça jette à l'annonce et le changement d'attitude des gens, s'ils ne prennent pas la fuite, c'est assez drôle et radical pour avoir la paix.

Liste des 30 Affections Longue Durée (ALD 30) : 

La liste des Affections de Longue Durée a été modifiée par le décret n° 2004 - 1049 du 4 Octobre 2004. (Journal Officiel. du 05 10 2004)

  • Accident vasculaire cérébral invalidant.
  • Aplasie médullaire et autres cytopénies chroniques
  • Artériopathies chroniques avec manifestations ischémiques.
  • Bilharzioze compliquée.
  • Insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves
  • Maladies chroniques actives du foie( hépatites) et cirrhoses.
  • Déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le Virus de l'Immuno-déficience Humaine (VIH).
  • Diabète de type 1 et diabète de type 2
  • Formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie), épilepsie grave.
  • Hémoglobinopathies, hémolyses, chroniques constitutionnelles et acquises sévères.
  • Hémophilies et affections constitutionnelles de l'hémostase graves.
  • Hypertension artérielle sévère.
  • Infarctus coronaire.
  • Insuffisance respiratoire chronique grave.
  • Maladie d'Alzheimer et autres démences.
  • Maladie de Parkinson.
  • Maladies métaboliques héréditaires nécessitant un traitement prolongé spécialisé.
  • Mucoviscidose.
  • Néphropathie chronique grave et syndrome néphrotique primitif.
  • Paraplégie.
  • Périarthrite noueuse, lupus érythémateux aigu disséminé, sclérodermie généralisée évolutive.
  • Polyarthrite rhumatoïde évolutive grave.
  • Affections psychiatriques de longue durée.
  • Rectocolite hémorragique et maladie de Crohn évolutives.
  • Sclérose en plaques.
  • Scoliose structurale évolutive (dont l'angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu'à maturation rachidienne.
  • Spondylarthrite ankylosante grave
  • Suites de transplantation d'organe
  • Tuberculose active, lèpre.
  • Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique.
Portrait de Felix77

Mais, je ne suis pas un menteur ! j'ai fais mon travail d'acceptation de mon sort, maintenant, c'est en face de faire le leur ! Je n'ai pas à tout porter tout seul en silence ! quand à mon procès, il a était bacler et on me l'a fais perdre, car j'ai eu la stupiditer de croire y arriver seul, la prochaine fois, ça sera act up et télé, afin de montrer au gens comment ça se passe dans la vrai vie !

Mais j'avoue que je me suis jamais remis de cette ultime humiliation. Depuis, c'est grève générale, jusqu'à ma total guérison, ce qui veut dire tenir sans traitement ! supporter une maladie grave n'est déjà pas simple à gérer, mais alors, si la société en rajoute une couche, là, ça ne le fait plus du tout, donc sitting sur le tas, en attendant que les singes gagnent un peu plus de neurones. 

Portrait de bordelais33

Salut!

moment très difficile, jesuppose!

Pas évident detoujours cacher sa séropositivité à ses collègues!

moi meme ,ej n'en n'ai parlé à aucun de mes collègues car cela risque tot ou tarde se retourner contre soi!

comme le dit le proverbe:" pour vivre heureux vivons cachés" meme si heureux n'est pas le mot approprié, du moins, on s"évite des problèmes.

j'espère d'ailleurs que cela est considéré comme de la discrimination au meme titre que le racisme ou l'homphobie.

Portrait de vénus

mon soutien total et que le victoire te revienne devant ces ignorants et peureux . Va jusqu'au bout du combat nous sommes tous derrière toi ;

Donnes des suites eéservées à cette affaire qui nous interpelle!

 tiens bon ça s'arrangera et servira de leçons pour d'autres chefs et patrons qui condamnent injustement!

 salut!

Portrait de Felix77

maintenant, il y a préscription ! Mais, je le vous dis tout net, le jour où vous avez un liecenciement à cause du hiv, n'allez pas au front seul et n'accepté pas, alerté les assos qui ce devront vous soutenir juridiquement, conseil et moralement, il se pourait même que la télé s'en méle. On a plus à subire ce genre d'abération, si on garde le silence, on risque un procès le jour où, si on le dit on risque la porte, c'est dingue. 

Portrait de Detresse83

Félix a raison il fatu jamais y aller seul. 

Ils sont forts ils ont de bons juristes et de bons avocats capables de te faire penser que c'est toi qui a tout faux. 

Dans vos contrats habitation prenez bien la protection juridique les avocats sont pris en chapour dans beaucoup de situation. vous payez a peine plus cher mais une protection juridique complète vous permets de vous garantir des frais de procédure a 100% et franchement c'est très utile dans des cas comme ça ou d'autres d'ailleurs. Ils interviennent pour la sante, le travail, mais aussi pb de voisinage etc... 

Ca vous évite de bouffer votre énergie l'assureur et l'avocat  s'occupent de tout et ils font moins les malins quand il y a un avocat. 

Bises a tous et courage a ceux qui en ont Besoin. 

La discrimination me révolte Grrrr. 

Portrait de lionail

Nous sommes tous  avec toi et merci beaucoup pour ton partage!

Tiens nous au courant ;-)

Portrait de Felix77

donc, utilisez le ! car les avocats personnel, ne sont pas forcément de votre côté, ils peuvent être acheté par la partie adverse pour bacler l'affaire, surtout, s'ils sont sérophobe et/ou homophobe sans que vous le sachiez, ce qui veut dire confiance mesuré et surtout suivre l'affaire de prêt.

Portrait de Paradixman

On est déjà le 26 Septembre, j'aurais bien aimé connaitre la suite de cette affaire, à moins qu'elle ne soit toujours pas passé devant le juge.

Dans l'attente j'espère enfin nous espèrons au nom de tous les seronautes avoir des nouvelles bientôt, en espèrant des bonnes de préfèrences!!!

Bises

Portrait de lala

Je croise les doigts pourn toi

Bises

Portrait de saltimbanque47

Et oui j'ai appris mon vih  quand j'etais militaire dans un régiment pro je me suis vite retrouvé sur la touche avec une inaptitude outre mer mais cela me rendais fort de me sentir exclu une rage une soif de vivre d'exister, je passais des examens et reussi a devenir Sous off mutation dans un autre régiment et la une connerie un coup de blues evidement dans ce milieu je gardais tout j'imagine que certains officiers devaient etre au courant j'ai mis 8 ans à en parler à ma famille une solitude extreme donc cette connerie il décidais de statuer sur mon cas une commissions consultatives se reunis et me dégrada caporal chef je me disais c'est encore bon cela peu me permettre de rester jusqu'a 15 ans mais non cette commission était seulement consultative un Genéral en décida autrement et me degrada au rang de caporal il me restai deux ans de contrat pour essayer de regagner ce qui avait été perdu je fus muté dans un regiment opérationnel en compagnie de combat mon chef de section me responsabilisa vite au vue de mes capacités et je me retrouvais a diriger des groupes avec des chefs d'equipes que je dirigeais et qui etait en fait  plus gradés que moi, je me disais ca va payer tout de même vont me redonner ma sardine putain que j'ai été con de croire à ses foutaises et en plus évidement j'etais dans l'est de la france avec les hivers rigoureux à me donner a fond et quand ma compagnie partait en opération moi je restais sur place a rejoindre les compagnies d'instructions et evidement au niveau financier je n'avais pas droit à recolter mon labeur qui devenait payant en opération. il va de sois que ce con de géneral avait tout fait pour que je ne reste pas en me degradant de la sorte et les chefs que j'ai eu malgré les responsabilitéés qui m'etaient echues n ont fait que me laisser de faux espoirs en se servant de moi.

J imagine que les données de la grande muette concernant le vih sont en deca de la réalité, il est vrai lorsque l'on appartient a ce milieu ou que l'on en vient on peine a se plaindre néanmoins j'ai reussi a entendre une fois de par  des potes infirmiers qu'une compagnie c'est  environs 140 mecs dépistés sur place au tchad au bout de 3 mois 4 cas de VIH avait déja étaient relevés  c'est assez énorme non 

bien et de mon coté je fus invité à prendre la porte au bout de 9 ans et demi que de rancoeur et de haine contre ce systéme a ce moment qui m' avait volé ma jeunesse crédule comme un imbécile que j'étais .

De toute maniere j'ai appris des années plus tard je ne sais si c'est encore le cas qu'un sous officier sous contrat ne pouvait ete activé de carriere si il etait porteur du vih .

je viens bcp poster ici en ce moment suis un peu à cran j'espere que je vous saoule pas 

Portrait de jean-rene

Tu peux confirmer, Saltimbanque, qu'on ne peut pas être militaire d'active si on est porteur du VIH ?

Portrait de Felix77

En fait, faut oublier tout les emplois qui pourrait être sujet à des blessures ou de gros efforts soutenus. Militaire en tête (on fait comment pour soigner un prisonnier de guerre au milieu de nul part ?). C'est pas parce qu'un plongeur sportif australien sero+ à gagné une médaille aux dernier jeux olympique, qu'on est apte à faire tout et n'importe quoi. Parce que franchement, il n'y a rien d'exténuant à faire des sauts périlleux dans une piscine. Par contre, j'ai pas encore vu de séro+ gagner au triathlon ou tour de France. Faut être raisonnable et sensé. Quand j'ai fais un bout de Compostelle, j'étais ravi d'y arriver, mais alors, j'ai morflé, il était temps que ça se finis, et ça ne veut pas dire pouvoir le faire sur plusieurs mois.

@ bordelais 33

Je ne suis pas un rat ! Depuis quand les cygnes se cachent-ils ? L'avantage de s'exposer, est qu'on a surment moins de monde autour de soi, certe, mais au moins le peu qui reste, sont des gens de confiance sur qui compter ! Avoir toujours été différent des autres, gay, séro+, ultra sensible, ne m'a jamais dérangé. Par contre, ce qui me dérange et qu'on me dicte comment je dois être pour plaire à tout le monde, en y mettant toute la pression possible. Rassurez vous, tout le monde ne me plait pas, et c'est tant mieux, je reste moi même, profond,

Portrait de jackdaniel87

On se crois dans philadelphia

Portrait de saltimbanque47

En fait tu peux etre militaire d'active evidement mais tu sera sous contrats succesif et nullement de carriere en gros t'aura que des CDD jusqu'a une certaine limite evidement bon a une époque c'etait comme ca pour ma part je cherche ancien ou actuel militaire porteur du VIH pour echanges d'idées, tu sais felix a l'armée même avec le vih je faisais de tres longues marches des semi marathons des stages commandos et j'etais plutot dans les bons alors tu sais mm avec ca bien entrainé tu gardes la patate, et figure toi qu'il ya surement d'autres sportifs de haut niveaux avec le vih  

Portrait de Lauraplusplus

Tout d'abords je tiens à remercier tous le monde pour tout ces conseils qui apporte beaucoup!

Je voudrais reagir au commentaire de felix 77 puis vous raconter mon experience avec le milieu militaire ... plutot bleu que kaki à vrai dire!

En effet Felix77 , je ne suis pas tout à fait d'accords avec toi car je suis tres sportive et pour le moment cela ne me pose pas de soucis (semi marathon, piscine, velo, equitation, tennis...etc) (sero+ depuis 10 ans).

Je pense qu'etre gendarme , militaire ou tout simplement cuisinié ne change pas la donne! et oui n'importe quel travail a son lots de risques! en cuisine tu risque de te blesser autant qu'en entreprise etc si on part comme ca on ne peu plus travailler? et sans parler de boulot, si je me blesse lourdement dans la rue on ne m'aidera pas ? et bien si sous peine de non-assistance à personne en danger! mon dentiste m'a dit une chose que je trouvais tres sympa : toute personne est a considérer comme etant à risque! le tout est de faire attention !

sans parler les militaire ou gendarme ou autre (sero+) qui s'ignore!

Mon histoire à moi c'est que j'etais gendarme adjointe volontaire tout en connaissant mon probleme qui finalement n'en est plus un ( j'ai fini par accepter d'avoir été contaminé a mon premier rapport sexuel par qu'elqu'un qui ignorait son état) bref j'ai servis pendant 5 ans sans soucis particulier et sans le signaler!

J'ai adoré mon boulot et donc j'ai passé le concours souc officier! réussi! integration en école sous off et là, grosses fatigues! je suivais sans probleme mais extremement fatiguée... examen médicaux et mon medecin m'annonce que c'est le moment de prendre un traitement ! cela faisait 9 ans sans traitement avec cd4 a plus de 500 et faible CV! et en pleine ecole de sous off , cd4 a 200 a peine et cv environ 235 000...

je pense pas que cela vienne de l'ecole bien que rhytme tres soutenu mais plutot que c'etais LE moment.

Bon vu le soucis et le fais que j'etais bloqué la semaine , j'ai du en parler à l'infirmiere de l'ecole, ... vous auriez vu son visage !!! elle n'a cessé de me dire "comment etes vous arrivé jusque là sans qu'on le sache",  "mais vous vous rendez compte???" bref elle m'a accablé! elle à meme ajouté " mais vous avez menti sur le formulaire a la question : avez vous fais un test du vih! " je lui ai simplement repondu que je n'en ai pas fais car je suis au courant de mon soucis et à la question " prenez vous un traitement VIH" j'ai repondu que non et je n'ai pas menti! bref ce fut un enfer  mais je ne suis pas du genre à me laisser faire donc j'ai demandé de voir un expert militaire...

je suis tombé sur un homme fantastique qui m'a fait une derogation pour que je puisse finir la formation car je supportais le traitement et que tout etait redevenu au TOP . il a ajouté qu'il se battais pour que les lois sur le vih dans l'armée évolu en meme temps que le progres mais c'est pas gagné!

Ensuite je rentre à l'ecole avec ma derogation et là stupefaction la colonel ( medecin) m'explique que la derogation ne suffit pas ( je l'a fais courte mais il y avait un soucis de SYGICOP) . Elle decide de me mettre inapte école de sous officier! Bon je finis par quitter l'ecole et ne pouvant pas rester sans boulot, je fais un dossier pour la gendarmerie dans l'administration. refusé !!!! et oui madame la medecin colonel s'est permise de me mettre inapte gendarmerie et tout corps d'armée!

Je l'appel quelque peu enervé en lui demandant Qui elle etait pour se permettre de décider de mon avenir, de quelle droit allait-elle a l'encontre de l'expert ( qui est au dessus d'elle) et j'en passe.

elle s'est radoucit quand je lui ai dit que je n'en resterai pas là .

du coup je suis au chomage , en forme mais au chomage!!!

Tout cela pour dire qu'il y a des gens qui se permette encore d'avoir des appriori sur vous par rapport au vih alors que l'evolution est là!

Je me demande si un jour je pourrai arreté d'inventer des escuses à tout bout de champs pour expliquer mes prises de médicament!

J'ai un ami qui prend son insuline devant moi ! pourquoi devrons nous nous cacher nous? par ce que c'est une maladie qui fait peur? par ce que ca s'attrape par le sexe en partie? c'ets tabou ??? Juste Marre!

La medecin  n'etais meme pas renseigné sur le VIH ... c'est pas abérant  ça???!

Voila...

Portrait de ulysse027

         Bonjour,

       

         je suis surpris par ton récit, car j'étais également militaire sous contrat lorsque j'ai appris ma séropositivité et cela ne m'a pas empêché de passer de carrière.

Certes j'avais quelques appréhensions car je devais également passer en commission (le corps médical et certains supérieurs étaient au courant de ma séropositivité), et je te parle d'un temps ou les trithérapies n'existaient pas.

Je ne dis pas que c'est evident, mais cela n'est pas impossible et je n'étais pas le seul à être séropo.

En plus je n'ai jamais entendu parler de personne qui était rétrogradé (sauf pour faute grave), du fait d'être séropo.

Tant que tu peux assurer ta mission, cela n'est pas pour moi incompatible avec la vie de militaire.Certaines personnes S+ pouvaient partir en OPEX, si leur bilans de santé étaient bons et si elles le désiraient.

Après la différence réside peut-être dans le corps d'armée, ou bien par la hierarchie.

Faut du temps pour faire évoluer les mentalités....

                                     @ bientôt....

Portrait de saltimbanque47

Bonjour 

j'ai étais dégradé pour faute, mais malgré l'avis de la commission consultative ue Général à décide lui de me degrader de deux grades ce qui ne me permettait plus de rester, malgré mon abnégation à me battre contre cette injustice qui à mon sens viens essentiellement du fait que j'etais sero, moi mes departs opex c'etait direction l'instruction alors que j'étais plutot tres en forme terminant dans les premiers à chaque examen j'avais l'impression d'etre un pestiféré pour avoir été ecarté de la sorte, je dois penser que tu a du certainement avoir plus de chances que moi avec tes interlocuteurs militaires;

j'imagine que cela dois dependre du corps d'Armée.je me rapelle la premiere fois ou j'ai été ecarté c'etait avant un départ au Tchad, j'ai eu du mal a comprendre alors que je pété la forme.

En tout je te remercie d'avoir contribué et donner ton avis de la sorte mais force est de constater avec le témoignage de lauraplusplus que nous avons pas tous été logé à la même enseigne  tant mieux pour toi mais je pense que d'autres on surement du supporter une certaine indifférence et un mépris anormal, je sais et j'ai vécu des comportements abjects à mon égards alors que je n'essayais que de faire mon job c'est pour cela que je suis toujours intérréssé par de nouveaux témoignages   

a bientot

  

Portrait de ulysse027

            Pour moi, le personnel militaire représente une part de la population française. Il y a des personnes intelligentes mais il y a également des c...

C'est vrai j'ai sans doute eu plus de chance, malgré le nombre de fois ou j'ai annoncé ma séropositivité. Comme lors d'une séance de tir ou je me suis légèrement blessé et ai demandé à faire retirer l'arme de peur qu'il y ait du sang dessus.

Après c'est vrai que chaque fois que je l'ai annoncé, je me suis interrogé pour savoir si c'était le bon interlocuteur. Que ce soit auprès des médecins militaires, supérieurs  ou de certains de mes collègues qui sont aujourd'hui des amis.

C'est vrai dans ce milieu très fermé ce n'est pas évident de faire son "coming out" de la séropositivité.

Mais à mon avis que ce soit dans le milieu militaire, dans le monde du travail civil ou dans la vie de tous les jours : il faut y réfléchir à 2 fois

    

    à savoir

       - si on le dit

       - a qui on le dit

et que seules les personnes proches avec qui on se sent bien ou que l'on a confiance peuvent connaître la vérité.

Après si on le dit trop on s'expose à tomber sur des individus peu scrupuleux.

Chaque expérience est différente, il n'y a pas de solution miracle, c'est à chacun de savoir ou mettre les limites en essayant d'anticiper pour mieux se protéger tout en ayant conscience des risques.

      malheureusement : "l'homme est un loup pour l'homme"

                                                                        

Portrait de jeo

je suis vraiment triste que des gens peuvent être aussi cruelles quel honte a eux qui ont voulu nous enterrer avant notre mort bon courage

Portrait de Silve

2013... Après avoir été militante chez Aides durant des années en region PACA, je m'appercois encore aujourd'hui qu'il y a encore beaucoup à faire qu'en aux mentalités de "rejets" que doivent affronter les VIH. En effet, ayant du saisir les tribunaux pour une banale affaire de divorce personnel, j'ai appris " officieusement", bien sur!... Que la magistrature, lors des procès, ne porte pas un regard bienveillant face aux personnes VIH car elle estime que les VIH ont du être contamine " pour des raisons pas très morales" et que la société a assez payé pour la population VIH en prenant en charge financière non seulement la recherche mais egalement les traitements. Le contribuable a donc assez payé et, dans le cadre de couple serodiscordant, lors de demande de divorce, il n.etait pas de bon ton de pénaliser encore le pauvre contribuable non sero qui pouvait travailler et donc être encore rentable pour la société, même si celui ci à été une véritable ordure ... Le problème est d'autant plus important dans les tribunaux de provinces car dans les grandes villes, la magistrature se méfie des associations qui pourraient dénoncer le problème. Aux armes citoyens! Y´a encore beaucoup beaucoup de lutte et de combat à gagner contre ces mentalités!

engagez vous.. Ou si vous n'avez pas de disponibilité soutenez les assoc qui se mobilisent cœur et ame, benevolement, pour nous!

Portrait de Felix77

Mais bon, la France (une partie), malgré ses erreurs d'appréciations et ses peurs, vis à vis de moi, ne m'a pas laché, merci quand même.

On m'a mis certe au placard avec mon AAH, fallait bien me donner un os à ronger, mais cela n'en demeure pas moins injuste. Quand aux formations, c'est super bien, c'est motivant d'essayer de trouver une autre passion, mais ça serait mieux, si nous avions un accompagnement jusqu'à l'emploi en tout honnéteté, parce que j'ai pas eu la force de pêter les portes seul. Me reste plus qu'à bouder dans mon coin, ça m'a trop saoulé, toutes ces incohérences, cette désorganisation globale, ces descriminations, ces trajet difficile à faire 2h le matin, 2h le soir, mes courses, ma fatigue, etc... Kaput

Portrait de Philippe HAZOTTE

Bonjour,

je viens de lire les différents commentaires et vécus face au monde du travail et surtout face à la hiérarchie mal intentionnée.

Je vais vous reconter mon histoire qui j'espère vous redonnera un peu de bonne humeur.

En 1993, suite à un contrôle que je faisais régulièrement, mon médecin me convoque pour m'apprendre ma sérologie. Je ne vais pas m'étendre sur ce que j'ai ressentis car je pense que pour beaucoup c'est le ciel qui s'éffondre.

Connaissant ou supposant ce qu'allait devenir ma vie, j'ai demandé un entretien à mon supérieur ( j'ai oublier de vous dire que j'étais éclusier dans les Vosges, je ne vous parle paas de la mentalité ) pour l'informer de ce qui m'arrivait, il m'a simplement demandé pourquoi je lui racontais cela, je lui ai expliqué que je risquais d'être malade, fatigué et donc d'être souvent en arrêt de travail.

Ce supérieur était un ancien militaire, j'ai pris un risque en lui avouant cela, eh cet homme qui professionnellement était imbuvable a gardé le secret. Ce secret n'en a plus été un au bout de 18 mois environ car tout le monde était au courant de mon homosexualité, et les plus simples d'espris et les plus méchants on vite fait le rapprochement.

J'ai donc supporté des discréminations de la part de certains collègues, ce que je ne pouvait plus accepter car le risque, c'était que mes enfants l'apprenent et vu leur âge cela aurait été traumatisant pour eux car découvrir en une seule fois que leur père étais pédé et malade du sida, vous imaginez les dégats.

J'ai donc demandé un entretien au DRH à la direction, accompagné du sindicats et de documentations de chez AIDES.

Le DRH a écouté mon histoire ansi que toutes les autres personnes de la direction ( une dizaine environ ) et me dit être désolé de ce qui m'arrivait mais qu'il ne pouvait rien faire pour moi, je lui ai répondu ceci:

Il est écrit dans le code du travail que si quelque chose perturbe le bon fonctionnement de la tache qui m'est confiée, la hiérarchie doit intervenir, alors deux chose l'une; soit ils intervenaient auprès des agents qui me nuisaient et l'affaire était étouffée dans l'oeuf, soit ils ne faisaient rien auquel cas je portais plainte contre ces personnes et contre mon employeur pour ne pas avoir réagit, et évidament je médiatisais avec l'aide des associations.

Eh bien je peux vous dire qu'un semaine plus tard, je n'entendais et ne subissais plus rien de descréminant.

Voilà mon histoire, j'ai surement eu de la chance de travailler dans cette administration, et je reste convaincu que pour stopper les abus commis par des cons, ils faut les mordre en premier (dans la mesure du possible)

Portrait de GAY_Motard

Helvète ou Gaulois ! ce genre de problème est monaie courante.
INNACCEPTABLE tout dsimplement et Mal Honnête de la part de l'employeur. 

Portrait de volcan63

Nous sommes toujours dans "Philadelphia"...Surtout ne rien dire ou dire que l'on a une des 30 maladies chroniques pour expliquer fatigue,médocs etc....Mais jamais dire qu on est séropo....J'ai du déménager de Toulon car naif je l'ai dit à un ami qui l'a dit à un ami etc....En peu de temps beaucoup savaient jusqu'à des collègues de travail....Invivable,les questions dérangeantes,les regards,les rejets de toutes sortes...Nous sommes en 2014 mais la majorité de la population française n'a pas évolué d'un pouce depuis les années 80...Tant que cela ne les touchent pas directement ils sont tolérant,compréhensifs mais des qu ils sont confrontés à un séropo là tout change...En dessous du vernis de la civilisation il y a l'animal,la peur atavique de la maladie....30 ans de fausses informations,30 ans de bourrage de crane vis à vis de cette maladie (télévision,journaux,médecins et même certaines associations)...Ce n'est pas en 6 mois que les mentalités changeront...Il faudrait une grande campagne d'une année (au moins) télévision,journaux,medecins,internet,associations,affiches,flyers etc...Pour expliquer clairement ce qu'est en 2014 le VIH et qu'en prenant un traitement,en étant indetectable nous ne sommes plus contaminant!!!!!!Que c'est une maladie chronique comme tant d'autres...

Portrait de Felix77

arrive invariablement quand on se base sur le mensonge. La vérité fini toujours par se savoir, donc autant en garder le contrôle pour pas que cela dérape sur des fantasmes ! Le bon coté est que finalement, même si le réveil est dur, mieux vaut peu d'amis sûr qu'un troupeau de faux cul et de parasites autour de soi !

Portrait de GAY_Motard

Felix77 wrote:

mieux vaut peu d'amis sûr qu'un troupeau de faux cul et de parasites autour de soi !

ALORS ÇA ! j'adore cette phase

Portrait de bonheur9

Philippe HAZOTTE wrote:

Bonjour,

je viens de lire les différents commentaires et vécus face au monde du travail et surtout face à la hiérarchie mal intentionnée.

Je vais vous reconter mon histoire qui j'espère vous redonnera un peu de bonne humeur.

En 1993, suite à un contrôle que je faisais régulièrement, mon médecin me convoque pour m'apprendre ma sérologie. Je ne vais pas m'étendre sur ce que j'ai ressentis car je pense que pour beaucoup c'est le ciel qui s'éffondre.

Connaissant ou supposant ce qu'allait devenir ma vie, j'ai demandé un entretien à mon supérieur ( j'ai oublier de vous dire que j'étais éclusier dans les Vosges, je ne vous parle paas de la mentalité ) pour l'informer de ce qui m'arrivait, il m'a simplement demandé pourquoi je lui racontais cela, je lui ai expliqué que je risquais d'être malade, fatigué et donc d'être souvent en arrêt de travail.

Ce supérieur était un ancien militaire, j'ai pris un risque en lui avouant cela, eh cet homme qui professionnellement était imbuvable a gardé le secret. Ce secret n'en a plus été un au bout de 18 mois environ car tout le monde était au courant de mon homosexualité, et les plus simples d'espris et les plus méchants on vite fait le rapprochement.

J'ai donc supporté des discréminations de la part de certains collègues, ce que je ne pouvait plus accepter car le risque, c'était que mes enfants l'apprenent et vu leur âge cela aurait été traumatisant pour eux car découvrir en une seule fois que leur père étais pédé et malade du sida, vous imaginez les dégats.

J'ai donc demandé un entretien au DRH à la direction, accompagné du sindicats et de documentations de chez AIDES.

Le DRH a écouté mon histoire ansi que toutes les autres personnes de la direction ( une dizaine environ ) et me dit être désolé de ce qui m'arrivait mais qu'il ne pouvait rien faire pour moi, je lui ai répondu ceci:

Il est écrit dans le code du travail que si quelque chose perturbe le bon fonctionnement de la tache qui m'est confiée, la hiérarchie doit intervenir, alors deux chose l'une; soit ils intervenaient auprès des agents qui me nuisaient et l'affaire était étouffée dans l'oeuf, soit ils ne faisaient rien auquel cas je portais plainte contre ces personnes et contre mon employeur pour ne pas avoir réagit, et évidament je médiatisais avec l'aide des associations.

Eh bien je peux vous dire qu'un semaine plus tard, je n'entendais et ne subissais plus rien de descréminant.

Voilà mon histoire, j'ai surement eu de la chance de travailler dans cette administration, et je reste convaincu que pour stopper les abus commis par des cons, ils faut les mordre en premier (dans la mesure du possible)

bonjour j ai lu votre  histoire avec attention , moi j ai été  comtaminé betement car je pensais que le vih  n existe pas , donc lorsque j ai fais la démarche de me faire dépisté  je vous  avoue  que je m  attendais  au résultat  car  j étais souvent malade à mon  travail et j allais travaillé comme ça  fébrile  , mon  était  comme  ci j avais la grippe  du mal à tenir sur mes jambes mes yeux tout brouillé  qu on arrive pas  à distingué la couleur si ils  étaient noisetttes ou brun  et aussi  les  vertiges  et peur de tomber  dans les pommes  devant les clients  et j avais des gestes lents alors qu avant j étais dynamique et une manager me disais que j avais manger du lion, tout ca  cest avant les traitements  car le medecins disait que  c était encore urgent car je contolais bien le virus  , j ai été  découvert  séropositif  en  2012 et en faite  j ai été  contaminé  en  2009  mai je crois  donc en  2014 j ai demander  à avoir le traitement car j en pouvais plus d avoir une santé en dents de scie  , par  exemple je pouvais resté  5 mois en parfaite santé  et  vlan  au bout des  5 mois d un coup  je me sentais mal  , pendant  15 jours  et ce qui m as sauvé si je puis dire  c est la prise  d  AIL et  de  Citron et oignons cru  tout les jours  , l AIL j en mange toujours beaucoup  ,je me dis pas que c est un  remède miracle mais cela mas permis  de vivre des mois entiers en pleine forme , ensuite l ail est super  quand on prend un traitement cela  empeche  que les reins soient  polluer  , mais ne remplace pas  les  tritérapie  je précise pour pas que les gens croient  que l AIL sauve de tout  mais il  est  un aliment  important quand on a le vih ,  et  je précise une chose pour les gens comme  moi  qui ont le vih  l importance de manger beaucoup de citron et d agrume tout les jours  et  baies de goji  les anti oxydants super important  , la papaye aussi est importante  et graine aussi

là nous sommes en 2017 et je suis de l Est de la France  et donc je suis rentré fin décembre 2016 en pleine forme et vla que je chope une bronchite alors qu avant  sans  traitement  je n avais  jamais  attrapé  meme  la grippe   et donc  j avais une peur bleu d  aller  à un medecin  de ma  localité  petite ville  d  arriéré  de l est de la France  , ou les gens savent tout sur tout le monde et je suis allé voir ce medecin , il mas de suite demandé  si j avais traitement en cour  sans que je lui pose la question comme ci , j avais fait de la télépahie avec lui  et sans regarder ma carte vitale il mas posé  la question  et  j ai dit la chose et je lui ai dit  que j avais peur qu il me prenne pas  en consultation car j ai le vih , il  a  été  surpris , il mas dit  qu un medecin ne doit  meme pas  le dire  à la Famille  pour des choses  aussi  grave  , meme  à l Hopital quand les familles vont voir leur proche  , les medecins ne doivent pas  dire   à la famille  que la personne  à le  VIH  Si le malade  à demander de garder le secret  jusqu au bout si il faut  et les infirmières  doivent faire pareil  et  ce medecin à été  très compréhensif  et mas meme dit qu il est choqué  que des medecins fassent les comères de village  , et je l ai remercié  que Dieu le bénisse  ce medecin et il mas dit  à la pharmacie  aussi les pharmaciens ne doivent jamais  dire  à votre  famille  votre  maladie  car il arrive souvent que  les  villages  cousins  et  frères et soeurs vont dans les memes pharmacie et  que les  pharmaciens  ont la langue bien pendu  et  ce medecin  mas dit que les medecins et pharmaciens doivent couper  à la  conversation  si  les  personnes de la famille deviennent instante  et  trop familière 

Ce medecin mas dit  que pour pas  se tromper  quand il  reçoit beaucoup de membre d une meme famille  , il ne leur dit pas 

vous  avez cela  ou cela pour ne pas se tromper de personne  autrement  la  situation risque  devenir  insupportable 

Là nous somme en Février 2017 et j ai fais une rechute  , j ai à nouveau une bronchite  et rebelotte antibiotiques depuis  ce matin   , le medecin mas demandé de ne pas les prendres avant  48h pour voir si c était virale ou pas  , et comme cela mas donné de la fièvre  donc c est bactérien et mon medecin qui me suit à Paris , me dis que cela à rien à voir avec le vih , franchement j en doute  car  faire  deux  bronchite  en 1 mois  cela m est jamais arrivé  de toute ma vie  , depuis que je prends les traitements je vais super bien  et je suis indétectable 

et je me rends compte qu en France les medecins généraliste ne connaissent rien au VIH et  aussi ils ne veulent rien savoir , ils s en foutent et ils disent tous la meme chose  on ne connait peu de chose sur cette maladie  , je trouve ça  abbérant

Portrait de bonheur9

volcan63 wrote:

Nous sommes toujours dans "Philadelphia"...Surtout ne rien dire ou dire que l'on a une des 30 maladies chroniques pour expliquer fatigue,médocs etc....Mais jamais dire qu on est séropo....J'ai du déménager de Toulon car naif je l'ai dit à un ami qui l'a dit à un ami etc....En peu de temps beaucoup savaient jusqu'à des collègues de travail....Invivable,les questions dérangeantes,les regards,les rejets de toutes sortes...Nous sommes en 2014 mais la majorité de la population française n'a pas évolué d'un pouce depuis les années 80...Tant que cela ne les touchent pas directement ils sont tolérant,compréhensifs mais des qu ils sont confrontés à un séropo là tout change...En dessous du vernis de la civilisation il y a l'animal,la peur atavique de la maladie....30 ans de fausses informations,30 ans de bourrage de crane vis à vis de cette maladie (télévision,journaux,médecins et même certaines associations)...Ce n'est pas en 6 mois que les mentalités changeront...Il faudrait une grande campagne d'une année (au moins) télévision,journaux,medecins,internet,associations,affiches,flyers etc...Pour expliquer clairement ce qu'est en 2014 le VIH et qu'en prenant un traitement,en étant indetectable nous ne sommes plus contaminant!!!!!!Que c'est une maladie chronique comme tant d'autres...

Je suis 100% d 'accord avec vous  , biensur qu il ne faut pas le dire quand on est séropo , moi j ai une bronchite  dans ma région natale de l Est de la France et c est la campagne bien arriéré  avec  une grande famille  qui fréquente les medecins et pharmacies des alentours et quand je lui allé  au medecin car plus le choix , ma bronchite infecté  il me fallait agir  et  quand j ai dis au medecin  que j étais  traité  pour le VIh , il mas dit  de suite  que le secret médicale doit etre gardé coute que coute  par les medecins qu ils soient en ville ou à l hopital car  si le patient ne veut pas que sa famille  le sache et que cela pourrait engager  de lourdes conséquence  sur le malade  , et donc cela m avais étonné de tombé  sur un medecin  vraiment  sympa et compréhensif

Concernant le milieu du travail  il ne faut jamais le dire sinon c est la fin de tout , par contre  la SNCF et la RATP licencie toute personne  qui à le  VIH et  n embauche pas  les personnes avec le VIH , car quand j ai postulé dans les deux entreprises ils nous ont dit que des prises de sang sont effectué pour soit disant cherché les gens qui se drogue , ils ne cherchent pas les drogues mais bien les gens qui ont un traitement VIH , c est une véritable  chasse à l homme  que ces entreprises font et l état ne dit rien du tout face à ses pratiques là  , et  aucun candidat à la prédisentielle  ne parle  de la recherche sur le VIH , normalement des maladies comme ca  , il devrait y avoir des énormes sommes pour la recherche le vih

et je suis d accord avec vous quand vous dites  que les gens tant qu ils sont pas  concerné  , ils sont soit disant torélant , par  exemple  sur Paris , je compte meme plus les  medecins qui ne sert plus  la main  de leur patient séropositif et quand une nouvelle  personne  arrive et annonce  qu il a  un traitement  antirétrovirale  , souvent si ils  y  attendent pas du tout 

Concernant les médias , je ne comprends pas pourquoi ils ne disent pas  qu'une personne  indétectable n est pas contaminant

il y a une célèbrité  Française  qui à  le  VIH , elle  dit  souvent  nous sommes  séro inoffensif  , depuis le temps qu elle le dit  les gens devraient comprendre  , biensur  certain le savent bien  et  d ailleurs  il  y a  de  superbe  histoire entre des séropositif  indétectable  et des femmes  sero négative  et qui ont eut des enfants  sain et  le  mec  n as jamais contaminé sa femme  donc cela veut bien dire quand on est indétectable  , nous sommes pas  contaminant  le risque est nul 

Ce qui fait aussi  plaisir  sur Paris et un peu partout aussi en France  c est que de plus en plus de medecin sont gay ou bisexuel

et donc ils sont plus compréhensif  sur le vih et très discret  et je pense que c est une bonne chose  et  un exemple que les medecins hétérosexuel devraient suivre 

J ai été long mais j avais envie de me confié un peu  Merci à ceux qui me lisent  et j aimerais des témoignages de personne qui  ont  eut des bronchites  à répétitions du jour au l an demain  car mon medecin me dis que c est pas lié  à infection au VIH

Portrait de bonheur9

Felix77 wrote:

Mais bon, la France (une partie), malgré ses erreurs d'appréciations et ses peurs, vis à vis de moi, ne m'a pas laché, merci quand même.

On m'a mis certe au placard avec mon AAH, fallait bien me donner un os à ronger, mais cela n'en demeure pas moins injuste. Quand aux formations, c'est super bien, c'est motivant d'essayer de trouver une autre passion, mais ça serait mieux, si nous avions un accompagnement jusqu'à l'emploi en tout honnéteté, parce que j'ai pas eu la force de pêter les portes seul. Me reste plus qu'à bouder dans mon coin, ça m'a trop saoulé, toutes ces incohérences, cette désorganisation globale, ces descriminations, ces trajet difficile à faire 2h le matin, 2h le soir, mes courses, ma fatigue, etc... Kaput

Chose important à prendre qu on a le  VIh c est de la Spiruline  pour la fatigue c est vraiment super  efficace  , j en ai pris pendant  pas mal de temps  un sachet qui mas duré  1 année , juste  une cuillère à café dans le jus de fruit le matin  , par contre la  Spiruline bio est  chère tout de meme  par  contre  tellement efficace  , quand on le VIH il faut  lésigné sur les vitamines et la Vitamines C à gogo , nous  on ne prendra jamais assez  de vitamine le matin  et pour ceux qui peuvent  rapporter avec eux que le lieux de leur travail  du jus de citron pressé  à boire pendant la journée et manger des kiwis très souvent et prendre de l Acérola bio  1 comprimé par jour  et biensur bien manger  et bien dormir  et  la chose importante prendre du cucurma bio et poivre  noir  avec un yaourt 

Jai une question cela à été long de se faire reconnaitre pour  l AAH et  quel est le montant de l AAH , car  à chaque fois que je postule pour un poste  , j ai une hantise  c'est d etre  fatigué et de ne pas honoré  mon contrat  , je sais il faut pas que je sois parano  et il me faut travaillé  car je suis au RSA et cette situation est insupportable  , j ai besoin de travaillé