Connaissez-vous Jérôme Bertin ?

Publié par jfl-seronet le 13.09.2016
3 248 lectures
Notez l'article : 
5
 

Difficile désormais d’ignorer qui est Jérôme Bertin. Vous ne voyez pas ?

Faîtes un effort ! C’est lui qui interprète depuis 2013 le personnage du commissaire Patrick Nebout dans la série "Plus belle la vie", l’interminable saga franco-française "ave" l’accent du sud (plus de 3 000 épisodes depuis 2004). Il y a remplacé Franck Sémonin qui a quitté la série pour jouer les flics sur TF1 (mieux payé ?). Bon, si on en croit les revues télé, le remplacement de Franck par Jérôme a été chaud. Il a suscité des messages, pas très sympas, de fans de Franck forcément déçus des prestations en demi-teintes de Jérôme… Et puis, ouf, tout est rentré dans l’ordre dans la série, dans le quartier du mistral et au commissariat.

Vous ne voyez toujours pas qui est Jérôme Bertin ? Faîtes encore un effort, le site Purepeople a consacré un article à son PaCS en 2014 avec sa "sublime compagne Mariah Tannoury". Si vous avez raté (tout comme moi) l’épisode, sachez que l’événement s’est déroulé au tribunal d'instance du 15e arrondissement de Paris le 18 juin 2014. C’est là, selon la formule consacrée, que le "couple a décidé d'officialiser son histoire d'amour". Il était en costume classique. Elle étrennait une robe noire sexy. Les amoureux se sont "montrés plus amoureux que jamais à la sortie du tribunal. Sourires, baisers... Impossible de ne pas voir qu'entre eux c'est une question d'alchimie". Bon, d’accord, les formules sentent le Barbara Cartland à dix bornes… mais on se fait tout de même une belle idée du bonheur.

Vous ne voyez vraiment pas qui est Jérôme Bertin ? Vous êtes inexcusable. La presse people ne parle que de lui (ou presque), de nombreux papiers lui sont consacrés y compris dans "Le Figaro". Et ce n’est pas pour nous parler de l’évolution des ressorts psychologiques de son personnage de commissaire, THE famous Patrick Nebout. Non ! C’est pour parler de sa santé… Et plus précisément d’hépatite C.

Début septembre 2016, le scoop sort dans une interview à "Télé 7 jours"…  Il est vite repris sur différents sites. Purepeople qui manifestement suit sa carrière de près publie un long papier sur lui. Bon, c’est dans le style habituel du site : "Si certains connaissent probablement son personnage par cœur, nombreux sont ceux à ignorer le mal qui a rongé l'homme de 50 ans pendant longtemps" et autres : "Atteint d'hépatite C, il raconte son calvaire". Fort heureusement, plus intéressante est l’approche de "Télé 7 jours", plus sobre et même pédagogique dans le bon sens du terme.

Infecté lors d’une transfusion lorsqu’il a 13 ans, Jérôme Bertin est diagnostiqué lorsqu’il a 25 ans. Il est suivi médicalement et prend un traitement en 2000. Il exerce alors comme journaliste sur LCI, un boulot pas de tout repos. Le traitement marche dans un premier temps, puis échoue. Aujourd’hui, Jérôme Bertin suit un nouveau traitement. Sa volonté de se traiter de nouveau, il explique l’avoir eue après l’annonce du décès de David Bowie des suites d’un cancer du foie. "Je me suis dit : "C’est peut-être ce qui t’attend. Est-ce que tu as vraiment envie de mourir d’un cancer du foie ?" Aujourd’hui, j’ai 50 ans, une fille de 10 ans que j’adore, une femme magnifique que j’aime… Donc non ! Je savais qu’il y avait un nouveau traitement, qui avait eu des résultats spectaculaires aux Etats-Unis, avec un taux de réussite de 90 %. J’ai donc pris contact avec mon médecin, et comme mon foie était suffisamment abimé, j’ai eu droit à ce traitement", indique l’acteur dans "Télé 7 jours".

Mais pourquoi en parler aujourd’hui ? La raison est simple, l’acteur entend "sensibiliser le grand public sur cette maladie responsable de 2 700 décès par an en France". Dans son interview, il explique d’ailleurs : "D’après l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, 367 000 personnes ont été contaminées par le VHC en France et 232 000 d’entre elles sont porteuses chroniques du virus. L’hépatite C chronique serait responsable de 2 700 décès par an. Donc je veux sensibiliser les gens, notamment à se faire dépister. Quand on est atteint d’une maladie, il est important de la traiter le plus tôt possible. Ensuite, je veux qu’on se mobilise pour obtenir une baisse des tarifs, de sorte que la totalité des malades soient traités. C’est un traitement qui coûte très cher, 38 000 euros pour trois mois, et ce n’est pas normal de devoir attendre d’être suffisamment malade pour pouvoir être soigné".

C’est peu fréquent, cette situation, lorsqu’une interview people prend la tournure d’un engagement citoyen voire politique. C’est rarissime dans le domaine de la santé et presque un cas d’école pour une vedette française qui parle ouvertement et courageusement de sa vie avec une hépatite virale et en profite pour délivrer un message militant. Aujourd’hui, l’acteur suit toujours son traitement. Il espère qu’il y n’aura pas rechute, "mais d’après les médecins ça serait très surprenant. Et surtout, je me sens mieux. J’ai 50 ans et je revis", explique-t-il.

Vous ne voyez vraiment pas qui est Jérôme Bertin ? Eh bien vous avez tort !

Commentaires

Portrait de Butterfly

Oui moi aussi je m'en suis sorti au bout de 25 ans de fatigue de ce vhc et que maintenant enfin depuis que 2014 novembre car j'ai fait des rejets avec le traitement uniforme on va dire ... interferon ribavirine EPO ds poches de sang hospitalisé pdt 2 mois bref je ne peux détailler le calvaire pdt un an .. et la en 3 mois pfiout disparue ! fallait attendre presque 30 ans c triste ....  Même si j'ai tjrs le vih je me sens plus légère .. En tout cas tu n'est ou n'a pas était seul et c le principal .. on est de la même génération donc si t célibataire welcome mdr voilà tout simplement si tu lis et sais que tu est sur seronet mdr !! Voilà . Bon week A ts 

Portrait de jl06

le salut viendra de Femmes et d,hommes médiatique pour dédramatisé nos maladies ! encore un peut de courrage cher people !

Portrait de unepersonne

moi je dirai beaucoup

il y a quelques jours j'etais en consute chez mon infectio, elle est cool on parle franco, je me plaignais de ma solitude, elle me repondait que le VIH fait aussi peur que dans les années 80 meme si on ne croise plus de zombies dans les couloirs des hostos

mais tu as raison il faut dedramatiser la maladie genre c'est pas avec un bisou qu'on va tuer quelqu'un ou boire dans son verre, y des gens qui en sont encore là les pauvres

puis il faudrait que le sidaction se  fasse deux trois fois dans l'annnée meme si c'ets pas pour faire du fric mais pour explqiuer le truc , moi j'en ai assez de faire fuir les gens surtout les femmes si je dit que je suis HIV