Crimes de guerre… à la drogue !

Publié par jfl-seronet le 18.10.2016
2 413 lectures
Notez l'article : 
0
 

Très honnêtement, on ne peut pas dire que cela nous manquait les chefs d’Etat barges. Il y en a eu beaucoup, certains ont quitté la scène, d’autres sévissent toujours, d’autres enfin viennent d’arriver ou presque.

C’est le cas du président philippin, Rodrigo Duterte. Lors de sa campagne électorale, certaines sorties avaient suscité pas mal d’inquiétude… On pouvait croire qu’il s’agissait de sorties de route caricaturales pour faire parler de lui, emballer les foules et mobiliser les suffrages en sa faveur… comme une sorte d’esbroufe, dérangeante certes, mais pas complètement inquiétante. On devrait toujours croire ceux qui appellent au meurtre, même lorsqu’ils le font le sourire aux lèvres, en en faisant des tonnes… comme s’ils ne croyaient pas eux-mêmes à l’énormité de ce qu’ils affirment.

Depuis son arrivée au pouvoir à l’issue d’élections régulières (c’est encore plus navrant), Rodrigo Duterte, un avocat de 71 ans, multiplie les sorties particulièrement grossières contre le pape, Barack Obama, les Etats-Unis, l’Union européenne. C’est atypique pour un chef d’Etat, étrange, mais c’est un péché véniel au regard de sa conduite sur la question de l’usage des drogues. En fait, son positionnement est parfaitement inédit et d’une violence stupéfiante. Il existe de part le monde pas mal de chefs d’Etat qui conduisent des politiques néfastes en matière d’usage de drogues… C’est même la majorité des cas. Dans de nombreux pays, on enferme les consommateurs, on les prive de leurs droits, on les considère comme des criminels, on les discrimine, on leur refuse l’accès aux soins, etc. Dans certains pays, trafiquants et parfois consommateurs sont condamnés à mort… mais rarement on a atteint ce niveau de violence verbale comme réelle dans les Philippines d’aujourd’hui, façon Duterte. Bien sûr, alors qu’il était candidat à la présidentielle, Duterte avait promis d’employer la force contre les trafiquants et les usagers de la drogue dans le pays, mais peu de monde pensait que cela irait aussi loin.

Le 30 septembre, Rodrigo Duterte, fait un parallèle entre la "guerre meurtrière" qu’il livre à la drogue et l’extermination des Juifs par Adolf Hitler, affirmant publiquement qu’il serait "heureux de massacrer" des millions d’usagers de drogues. "Hitler a massacré trois millions de Juifs. Bon, il y a trois millions de drogués aux Philippines. Je serais heureux de les massacrer", proclame-t-il lors d'un discours, cité par les agences de presse. Pas de quoi rire, il ne s’agit pas d’une boutade. Dans la foulée, Duterte présente ses excuses… après avoir pris connaissance des critiques très sévères d'Israël, des Etats-Unis et du congrès juif mondial et pris la mesure (on imagine...) de l’indécence de ses propos.

Comme le rappelait récemment une dépêche de l’agence de presse Reuters, plus de 3 000 personnes ont été tuées dans le cadre de la campagne de Duterte contre la drogue depuis sa prestation de serment et son investiture, le 30 juin dernier. Ces "assassinats" ont été commis par la police, mais aussi par des civils invités par le chef d’Etat en personne à faire justice eux-mêmes. Il semble, selon les infos données par les agences de presse, que Duterte mènerait aujourd’hui au plan national, ce qu’il est soupçonné d’avoir fait dans une grande ville méridionale de l'archipel, Davao, dont il a été le maire. Mais les infos ne sont pas uniquement étrangères. Ainsi la principale chaîne philippine, ABS-CBN, rapporte que 603 personnes ont été tuées depuis l'élection de Duterte, dont 211 par des hommes armés inconnus. Récemment le site d'informations Risk Map rapportait que huit personnes soupçonnées d'être des trafiquants avaient été abattues par la police à Navotas et Caloocan, deux villes situées au nord de Manille. Ces crimes de guerre… à la drogue ont évidemment fait réagir depuis des mois de nombreuses organisations des droits humains et des gouvernements occidentaux… Duterte n’a rien changé. Il a, au contraire, durci son discours et a multiplié les insultes. Il y a les crimes, nombreux désormais, mais aussi les arrestations en masse. En juillet 2016, la police indiquait avoir arrêté 20 000 personnes et tué 1 234 suspects, affirmant à chaque fois agir en légitime défense. Autre chiffre incroyable et cité par l’équipe de Duterte : près de 700 000 personnes identifiées comme consommateurs ou vendeurs de drogue se seraient rendues aux autorités. "Le problème, a déclaré le président, c’est que je ne peux pas tous les tuer. Ils sont tellement nombreux". Comment peut-on en arriver là ? Par des encouragements venus de haut, Duterte a publiquement encouragé les civils à tuer les personnes consommatrices de drogues et les trafiquants. Il a indiqué qu'il ne poursuivrait aucun policier pour des exécutions extrajudiciaires. Bien sûr, le pays tente dans ce climat criminel de donner le change à l’extérieur. Une Commission sénatoriale a été créée pour enquêter sur ces "tueries extrajudiciaires". Rapidement, elle a changé son objet, abandonné ce terme, jugé trop connoté, pour le remplacer par l’expression "morts en cours d’investigation". Cela ne change rien pour les victimes et leurs proches… et tente ignominieusement de faire croire que ce ne serait pas trop grave !

Aujourd’hui, tout le monde s’indigne de cette violence d’Etat incontrôlée, mais personne ne parle de mesures de rétorsion contre les autorités philippines. En fait, on le laisse s’asseoir sur les droits humains. Il avait prévenu expliquant lors de sa campagne : "Oubliez les lois sur les droits de l'Homme. Si je suis élu président, je ferais comme j'ai fait en tant que maire. Les revendeurs de drogue, les voleurs, et les bons à rien, vous feriez mieux de vous barrer. Parce que, je vais vous tuer. Je vous balancerai tous dans la baie de Manille, et j'y gaverai les poissons". On en est là, maintenant qui fait quoi contre ces "crimes de guerre"… à la drogue.

PS : L’International network of people who use drugs (Inpud) a lancé le 10 octobre 2016 une campagne d'actions soutenues visant le président et le gouvernement des Philippines. Cette campagne comporte des manifestations autour des représentations diplomatiques philippines dans le monde.

Commentaires

Portrait de hellow

    

    R.D président des salles de shoot "à bout portant" !

Portrait de hellow

Le 30 septembre, Rodrigo Duterte, fait un parallèle entre la "guerre meurtrière" qu’il livre à la drogue et l’extermination des Juifs par Adolf Hitler, affirmant publiquement qu’il serait "heureux de massacrer" des millions d’usagers de drogues."Hitler a massacré trois millions de Juifs. Bon, il y a trois millions de drogués aux Philippines. Je serais heureux de les massacrer"


R.D ne fait pas qu'un parallèle, il "évolue" (comme nombre d'entre nous) dans une dimension parallèle submergée d'illusions, de fausses croyances : le "savoir"

R.D , A.H , C.L (c'est mon moi), ne sommes qu'un amas de noms, de mots, d'images, etc.. dépendants complètement de cette dimension afin de pouvoir paraître exister


" X a massacré trois millions de Y." cette phrase occulte la réalité et de fait conforte la perpétuation de ces massacres 

c'est ça le véritable négationnisme, un déni d'humanité au profit de l'être illusoirement supérieur/inférieur.......c'est encore notre instinct primitif animal dominant/dominé


Qui serait responsable du massacre de millions de bébés phoques, du réchauffement climatique, etc ?

Qui serait l'ingénieux créateur de la bombe atomique, etc ?




Portrait de hellow

perpétration/perpétuation