La « plaisanterie »

Publié par jfl-seronet le 19.03.2019
439 lectures
Notez l'article : 
0
 

Annegret Kramp-Karrenbauer (appelée AKK par facilité) est la nouvelle présidente du parti démocrate-chrétien et dauphine d’Angela Merkel. C’est dire si elle est promise à un grand destin politique… en Allemagne.

Enfin, il faudrait, entre autres, qu’elle évite les mauvaises blagues surtout si elles ont leur poids de discriminations. Tout récemment, AKK s’est attirée une volée (largement méritée) de critiques, en particulier des partenaires sociaux-démocrates, après une blague sur le troisième genre… qui est reconnu en Allemagne. La « plaisanterie » (du moins, c’est ce que AKK est persuadée d’avoir fait) date de la fin février, rappelle l’AFP. Elle était passée relativement inaperçue jusqu’à ce que des vidéos soient abondamment relayées au cours du premier week-end de mars. En pleine saison des carnavals, qui sont très populaires en Allemagne, Annegret Kramp-Karrenbauer, déguisée, a participé à un sketch à Stockach (land du Bade-Wurtemberg). Elle s’y est moquée des hommes à Berlin qui ne boiraient que du « Latte macchiato » (euh, ce n’est pas celle-ci qui pose problème) avant de se moquer des toilettes réservées au troisième sexe… « C’est pour les hommes qui ne savent pas encore s’ils doivent uriner debout ou assis », a-t-elle laché. On a du rire dans la salle, mais pas ailleurs, tant la « plaisanterie » est consternante et d’une crasse bêtise.

Évidemment, cette sortie a suscité des réactions, notamment du parti social-démocrate SPD, partenaire de la CDU au sein de la coalition dirigée par la Chancelière Angela Merkel. Le vice-président du SPD, Ralf Stegner, a ainsi regretté auprès du quotidien Bild une « blague ratée », qu’il ne « trouve pas particulièrement drôle ». L’élue de la Sarre s’est attirée une volée de critiques de la part de la gauche. « C’est vraiment une tragédie. La présidente du plus grand parti du Bundestag trouve amusant de dénoncer, au ras des pâquerettes, les personnes qui ne respectent pas la norme machiste actuelle », s’est emporté sur Twitter Klaus Lederer (Die Linke). « Je pense que Mme Kramp-Karrenbauer a franchi une ligne rouge. C’était une blague stupide et elle devrait peut-être s’en excuser », a lancé le vice-président du groupe des Libéraux (FDP) au Bundestag, Christian Dürr. Cette « plaisanterie » est d’autant plus consternante que l’Allemagne est un des rares pays à reconnaître le troisième genre depuis le vote d’une loi au Bundestag fin 2018 : les catégories « masculin », « féminin » et « divers » figurent sur les documents administratifs. Cette mesure vise la reconnaissance des personnes intersexes, rappellent les agences de presse.

Alors faut-il n’y voir qu’une blague dégueu de fin de banquet ou cela traduit-il autre chose ? Annegret Kramp-Karrenbauer est notoirement connue pour son conservatisme en matière sociétale. La journaliste Pascale Hugues, correspondante du Point à Berlin, a consacré un article à cette affaire. Elle y rappelle que « ce n'est pas la première fois qu'Annegret Kramp-Karrenbauer, opposée à l'avortement et au mariage gay, défraie ainsi la chronique. À l'époque où elle était encore ministre-présidente de la Sarre, la très conservatrice AKK avait déjà choqué en comparant le mariage pour tous à l'inceste ». C’est certain que c’est du meilleur effet de s’en prendre aux personnes intersexes… la société leur facilite tellement la vie et ne se moque jamais d’elles, c’est bien connu. Un message, sous couvert de blague, ouvertement transphobe, dont Le Point nous dit qu’il a été « retransmis à la télévision allemande régionale en direct ». C’est évidemment du meilleur effet et très rassurant que c’est elle qui pourrait succéder à l’actuelle chancelière.