Média citoyen : pourquoi j’y crois !

Publié par Mathieu Brancourt le 10.11.2014
4 939 lectures
Notez l'article : 
5
 

Début septembre, le magazine "Altermondes", pour lequel je travaille également, s’est lancé en kiosques. A cette occasion, la revue a publié une tribune sur le sens de l’engagement d’une presse participative, qui inclut davantage les organisations non gouvernementales, mais aussi le citoyen dans l’élaboration de l’information. Cette initiative a, selon moi, du sens, et cela pour plusieurs raisons.

En tant que journaliste, je crois à une information qui donne la parole aux acteurs de la société civile. Celles et ceux qui se mobilisent et s’engagent pour défendre des principes pour un monde plus juste. Une presse de convictions, fondée sur des constats de terrain, n’est pas une presse torchon. Le journalisme ne doit pas faire l’économie d’un traitement "populaire", au sens où ce sont les premiers concernés qui parlent le mieux de ce qu’ils vivent au quotidien. Je crois également qu’une presse qui implique ses lecteurs dans les choix éditoriaux participe d’une société plus démocratique, ouverte et respectueuse sur l’autre. Le journaliste ne doit pas craindre celles et ceux qui le lisent, car c’est avec eux et pour eux qu’il pose son regard sur le monde.

En tant que militant, je pense que les associations ou organisations sont trop souvent victimes d’un procès en partialité. Trop souvent, la parole de ces activistes est minorée ou cantonnée au rôle de "râleur public". Au contraire, l’expertise de terrain et la documentation dépassent souvent largement, en qualité comme en pertinence, les analyses des "experts" désignés, souvent loin des réalités dont ils palabrent. Je pense aussi que c’est de la contestation publique que naissent les plus grandes victoires politiques. Le progrès vers un monde meilleur ne s’attend pas, il se conquiert.

En tant que citoyen, j’ai envie que la presse s’empare davantage des enjeux de vie des personnes les plus vulnérables, précaires, ici ou là-bas. En ce sens, Seronet (pour sa partie éditoriale) ou "Altermondes", de façon différente, ont toute leur place dans cette redéfinition d’une presse à l’écoute et indépendante. Certains commencent à le faire, preuve que ces objectifs ne sont pas inconciliables.

Journaliste, militant, citoyen : c’est ce que je suis. C’est parce que ces trois statuts ne sont pas paradoxaux et qu’ils se nourrissent l’un l’autre que j’y crois. Pour moi, pour tous.

Commentaires

Portrait de bernardescudier

Quelle belle profession de foi.

Ainsi si la passion peut parfois gouverner nos engagements, la raison permet de garder une certaine distance vis a vis de soi, vis a vis des autres. Entre les discours et la realite, il y a des imperatifs categoriques.

L'habit ne fait pas le moine, la capuche le Franciscain et le bicorne le gendarme.

Toute la question du journalisme ... et de la verite de l'engagement "citoyen", c'est la question du conflit d'interets entre vie privee et vie publique. Entre ce que l'on dit et ce que l'on fait.

Bon courage.

Portrait de IMIM

comprends tes doutes Bernard (un grand cc tt particulier !!Kiss)

Mais je veux rester "idéaliste voir utopique" mm si le contexte prêterait plutôt au pessimisme, au repli sur soi et à l'anonymat

J'approuve la démarche de Mathieu.

En espérant que la "carrière" ne prenne pas le pas sur le citoyen militant et ses bonnes et réelles intentions de départ, que je ne mets pas en doute

 Plein d'énergie et de tenacité

Il y aura des murs à franchir ou vs en aurez besoin


Bonne chance


Ps jpe pas avoir une place pour la diffusion de Vivant à Paris lol mdr!!!!!!!( jla paye)

Portrait de dusores.c

hier encore j'avais vain tant ...

Merci pour eux, pour nous.