Plan plombe : un fantasme sérophobe !

Publié par Fred Lebreton le 17.08.2020
3 763 lectures
Notez l'article : 
4.75
 

VIH-sida : un désir dangereux, dès le titre de cet article, publié le 1er août, dans le journal canadien Le Devoir, le ton est donné. La suite est pire : « On n’en meurt peut-être plus systématiquement comme dans les années 1980, mais le VIH-sida fait encore peur. Du moins, à la plupart des gens. Car il existe dans la communauté gaie une frange marginale, mais réelle, de personnes cherchant activement à contracter le virus… et d’individus séropositifs ne demandant qu’à exaucer leur souhait. Bienvenue dans le monde méconnu et psychologiquement complexe des gift givers et des bug chasers ».

Un article problématique

Soyons clairs, rien ne va dans cette introduction. D’abord les mots « dangereux » et « peur » associés d’emblée au VIH, puis cette phrase : « On n’en meurt peut-être plus » qui semble presque remettre en cause les avancées thérapeutiques phénoménales dans la lutte contre le VIH, ces dernières années. Enfin et c’est peut-être le pire : « Des individus séropositifs ne demandant qu’à exaucer leur souhait ». Une représentation délibérément caricaturale, très stigmatisante (pour ne pas dire sérophobe) de la personne séropositive, réduite à un virus ambulant, à une prétendue irresponsabilité et qui chercherait sciemment à inoculer le VIH à ses partenaires par plaisir pervers et sadique.

Un peu d’histoire…

Prenons un peu de distance avec cet article. Ce sujet est complexe et il mérite un peu de contextualisation. Parfois appelé bug chasing ou gift, littéralement « cadeau », en France, on parle plutôt de « plan plombe », le plomb étant une métaphore tout à fait détestable du VIH. Pour être précis quand on s’intéresse à l’étymologie du terme  « plomber » comme métaphore d’une transmission, on apprend qu’il est antérieur au VIH et était parfois utilisé au 19e siècle pour parler de la transmission de la syphilis.

En France, ce phénomène de « plan plombe »  fut médiatisé en 1996 avec la sortie du livre Dans ma chambre de Guillaume Dustan, dans lequel l’auteur, ouvertement gay et séropositif, racontait de façon quasi chirurgicale sa sexualité dite hard et souvent sans préservatifs. À l’époque, les trithérapies venaient tout juste d’arriver et on ne connaissait pas encore leur effet préventif sur la transmission du VIH (Tasp). Un autre auteur gay et ouvertement séropositif, Erik Rèmes, va, lui aussi, faire scandale en 2003 avec Serial Fucker, un livre mi-témoignage, mi-fiction, qui prône ce qu’on appelle à l’époque le barebacking (pénétration sexuelle sans préservatif).

Dans la communauté gay, ce micro phénomène dit de relapse (abandon volontaire du préservatif) divise et déchaine les passions. Après presque 20 ans d’une épidémie qui a décimé une partie de la communauté, certains séropositifs ont décidé d’abandonner le safe sex (1). Un besoin de transgression, un besoin de liberté, une lassitude du sexe sous latex... Traités « d’assassins » par une partie de l’opinion publique et surtout d’associations de lutte contre le sida, ceux qu’on appelait les « barebackers » étaient surtout des séropositifs qui couchaient entre eux et qui considéraient que la menace de la surcontamination brandie par la communauté scientifique et quelques relais associatifs, était surtout un moyen de les dissuader d’abandonner le préservatif. Cependant, on ne peut pas nier que ce phénomène a existé et que des transmissions ont eu lieu pendant cette période même si cela n’a jamais été documenté, ni quantifié.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

La double révolution Tasp et Prep a fondamentalement changé la donne. Aujourd’hui, on le sait, une personne vivant avec le VIH, dépistée et traitée efficacement, ne transmet pas le VIH. C’est une réalité scientifique encore peu connue de la population générale, mais qui commence à bien circuler dans la communauté gay avec des campagnes ciblées notamment sur les applications de drague. Même chose pour la Prep, accessible en France depuis janvier 2016, plus de 90 % des usagers-ères de la Prep en France sont des HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes).

Étrangement dans ce contexte de prévention diversifiée, le fantasme du « plan plombe » n’a pas disparu. Il a même tendance à revenir sur les applis : « Jeune mec à plomber cherche mec poz only », un profil parmi d’autres qu’on peut voir sur le compte Instagram Séropos vs Grindr qui dénonce et déconstruit la sérophobie sur les applis de rencontres gays. Ici, on est clairement dans une fétichisation sexuelle et sérophobe des personnes vivant avec le VIH ; la personne vivant avec le VIH est réduite à un « outil de transmission » voire à un virus perçu comme une arme nuisible de contamination, sans prendre en considération le fait qu’en France, plus de 90 % des personnes séropositives dépistées sont sous Tasp et ne peuvent pas transmettre le VIH.

De plus, ce fantasme entretient cette vieille légende urbaine du « méchant séropo gay » qui roderait dans les backrooms et sur les applis de drague pour chercher à transmettre sciemment le VIH à de « pauvres victimes innocentes ». Bien sûr, pour cela, il aurait délibérément arrêté de prendre son traitement, sans aucune considération pour son état de santé, afin d’obtenir une charge virale suffisamment élevée pour redevenir transmissible. Il ferait ainsi payer à d’autres… ce qu’il a lui-même connu : la contamination. On est clairement dans le fantasme et l’irrationnel !

Fétichisme et légende urbaine

Dans un article publié par le site The Conversation en octobre 2018, le sociologue Jaime Garcia-Iglesias partage les conclusions d’une enquête qu’il a menée sur ce phénomène. Il explique que la plupart des personnes qui chercheraient à contracter le VIH volontairement seraient des fétichistes qui se contentent de se masturber derrière un écran. Il cite, entre autres, un Anglais qui possède plusieurs faux comptes sur les applis qui font état de son désir de se faire infecter par le VIH. Quand on lui demande s’il est prêt à passer à l’acte, il répond « non ce n’est pas réel, c’est du divertissement et souvent à la fin je finis par me masturber ». Le sociologue explique aussi que les rares hommes qui se mettent en danger volontairement sont souvent pris de remords le lendemain et courent aux urgences pour demander un traitement post exposition (TPE).

Même son de cloche du côté de Dr Réjean Thomas, président-fondateur de la clinique L’Actuel spécialisée dans le traitement des personnes vivant avec le VIH, à Montréal. Cité dans l’article du Devoir, il se montre sceptique. « J’entends parler de ça depuis 40 ans, depuis avant la trithérapie. Et je n’ai jamais vu ça. Les gens ne sont pas obligés de tout nous dire non plus, mais pour moi, c’est une légende urbaine. Quand j’ai vu des cas se rapprochant de cela, c’étaient des gens qui avaient des problèmes de santé mentale et de dépression. » En réalité, ce fantasme joue sur la peur des personnes vivant avec le VIH et fait fi des réalités scientifiques.

En France, en 2020, un diagnostic VIH n’est plus, et ce depuis longtemps, un diagnostic de maladie mortelle. Les traitements sont accessibles. En quelques mois (quelques semaines parfois), la charge virale devient indétectable et le virus devient une infection chronique contrôlée avec une espérance de vie normale pour les personnes nouvellement diagnostiquées.

Transmission et criminalisation

Le plus difficile aujourd’hui pour les personnes qui vivent avec le VIH et qui ont accès aux traitements reste le stigmate social. Qu’elle soit frontale sur une application de drague ou plus insidieuse dans un article comme celui du journal Le Devoir, la sérophobie est réelle et son impact sur les personnes vivant avec le VIH est souvent néfaste. D’ailleurs l’article se conclue sur la criminalisation de l’exposition au VIH. En faisant ce parallèle entre criminalisation et transmission, l’article alimente cette idée insidieuse que la responsabilité d’une infection au VIH ne reposerait que sur le partenaire séropositif et justifie en quelque sorte la criminalisation de la transmission, y compris involontaire. Quid de la responsabilité partagée dans un rapport sexuel entre adultes consentants-es ?

Rappelons qu’au plan mondial, 92 pays continuent de criminaliser l’exposition au VIH, sa transmission et le fait de ne pas le dire à un-e partenaire (même si on se protège et qu’on bénéficie de l’effet préventif du Tasp). L’Onusida rappelle qu’il s’agit de violations des droits des personnes vivant avec le VIH et qu’une des conséquences est « d’entraver les efforts pour contrôler l’épidémie », mais le problème demeure. Il faut le rappeler encore et encore, mais la crainte de poursuites peut dissuader des personnes vivant avec le VIH ou celles plus exposées au risque de le contracter de prendre ouvertement la décision de se faire dépister ou traiter.

Espérons qu’à l’avenir, si ce sujet complexe est de nouveau traité par les médias, il le sera sous un angle qui ne fasse pas passer les personnes vivant avec le VIH pour des virus sur pattes, prêtes à tout pour transmettre le VIH à leurs partenaires. Il est regrettable que l’article, qui a inspiré cette Turbulence, ne fasse pas référence au Tasp, ce qui décrédibiliserait la sémantique anxiogène et scientifiquement dépassée autour de ce sujet.

(1) : Le safe sex ou sexe sans risque (SSR) est un mode de prévention qui vise à réduire les risques de contracter une infection sexuellement transmissible (en particulier le VIH) en prônant l'utilisation du préservatif de façon systématique à chaque rapport sexuel.

Commentaires

Portrait de Lowie

Vague impression : le VIH est pratiquement toujours associé à l'homosexualité masculine.

Depuis que je m'interresse au dossier VIH je connais tout sur les pratiques sexuelles à risques entre hommes . Je connaissais ce phantasme du désir d'être contaminé ou de contaminé chez une certaine marge de la communauté gay .

Y a-t-il  pour l'hétérosexualité des étude aussi détaillées quant aux pratiques à risques , criminelles. Les phantasmes relatifs à la transmission ou acquisition du VIH sont-ils transposables à cette sexualité ? Le fait de ne voir et lire que des articles , littératures , associant VIH-homosexualité masculine, n'encourage-t-il pas la croyance que le VIH est homosexuel ( homme) ?

Portrait de avenger

perso allant  sur certains site de cul ,j'ai affaire parfois a ce genre de demande.

alors sans contioner ces demandes et /ou acte 2 choses:

1= celui qui demande a "plomber un aute individu et ce dans le sens sans doute " me suis fais avoir pas de raisons que les autres ne soit pas contaminer"

2=et puis il y a çeux qui sont demandeur pour etre contaminer, et la ayant beaucoup de mal a comprendre ce genre de démarche, j'en avait discuter avec une psychologue ,qui ma repondu qu'il sagissait sans doute de personnes désirant faire partie d'une " comunaité",en tous cas il sagis surement de personnes atteind psychologiquement,car ont ne se leve pas le matin en se disant " je veus etre seropositif ou bien avoir un cancer, ou bien encore une sclérose  en plaques ", ,j'ai essayer de discuter prudement avec ces personnes qui  voulant se faire contaminer et cela est tres difficile car quand ont les pousses doucement dans leurs retranchements ,tres souvent il ne repondent plus et prennent la fuite,ce qui n'es pas le cas souvent de çeux qui "veulent contaminer"souvent eux sont bien souvent dans la " vengance" sans forcement le dire ouvertement alors mithos,phantasmes... je sais pas .

En tous cas ,je le re dis ,quand ont voix le niveaux d'infos sur le vih et autres mst c'est une catastrophe pour le vih souvent ils possedent des "ilots de connaissances pas forcement relier entre eux et tres souvent datant parfois de 15 ans de retard.

Quand au traitement d'urgence post exposition et la prep alors la ont atteind le sumum de la non information voir de l'inculture !!!c'est bien pour ça que je dis qu il faut reprendre les campagnes d'informations et d'arreter de se focaliser sur le dépistege ont en voix les résultats aujourhui erreurs sur toute la ligne!!! et pour tous le monde ,pas de cases "homo;heteros,bi,il sagit bien de mettre l'infos sur les "pratiques et non pas sur l'orientation sexuel il faut que cela parle a tous le monde j'ai l'impression de faire un bon en arriere d'au moins 25 ans sur l'info,la connaissance,et ce de maniere generale et meme chez certains seropositif ignore que d'etre sous traitement avec cv indetectable il ny a plus de risques de contaminations ! .donc une bonne majoritée psychote sur le vih mais fond peus de cas des autres mst toutes aussi dangeureuse si non pris en charge médicalement.

Alors phantasmes,mythos ect... je sais plus trop et la situation chez certains heteros et bi ai encore pire j'en ai bien peur,les associations  ont pratiquement laisser tomber ce travail, alors qu'il faut tout reprendre a zéro!!et je le redis sans " comunautarisme" mais pour tous il sagit de parler " pratiques" et pas d"orientations sexuelles.

cordialement.

av..

Portrait de Lowie

Il n'est pas dans ma nature d'esquiver les sujets épineux ou qui fâchent . Tous les sujets m'interressent . Tous ne me concernent pas mais peuvent concerner quelqu'un de mon entourage .Les sujets concernant quelqu'un de mon entourage me concernent . Tous les sujets me concernent .

Merci avenger de ton intervention. J'ai visionné le reportage sur la pédophilie , une grave et criminelle perversion qui malheureusement est souvent excusée sous le prétexte que certain(e)s protagonistes la faisant subir appartiennent à la "caste intouchâble" de l'art . Que les intouchâbles m'interpellent .

Appartenir à une communauté est une démarche universelle . Elle n'est pas spécifique à l'homme mais concerne la quasi totalité du monde du vivant . Cette démarche n'est nullement répréhensible ni celle de certain(e)s qui consiste à s'isoler pour atteindre une perfection mentale et spirituelle . Dans la nature le suicide communautaire des lemmings m'interroge . Le suicide collectif sectaire aussi , les exemples ne manquent pas. Appartenir à une communauté ? Dans quelles optiques ? J'ai appartenu à la communauté des témoins de Jéhovah , je n'en fais plus parti . J'ai réféchi sérieusement sur ce que devrait être l'esprit communautaire . Me priver , par une démarche volontaire de ma part , de mes facultés intellectuelles , morales ou physiques , en appartenant de façon là aussi volontaire , relève d'une incapacité personnelle à m"auto-suffire , gérer . Raisonnablement ai-je besoin d'un " gourou " le plus souvent animé de mauvaises intentions inavouées  ou ai-je des alternatives ? L'alternative existe . La solidarité en est une .Elle n'a pas pour vocation le formatage de l'individu dans une vision unique d'un " leader " mais de permettre à chaque individu d'atteindre l'épanouissement en se débarrassant des éceuils matériels qui entravent cette réalisation. La communauté S+ a  , dans l'idée que je me fais d'elle , cette vocation . Je suis peiné et en colère que certain(e)s pour la rejoindre pensent qu'en se faisant contaminer ou en contaminant ils participent à l'expansion de celle-ci . Je ne suis pas psychiatre mais là ils ont du " taff " pour longtemps.

Je partage ton avis sur " comment" est faites  et véhiculée l'information sur le VIH avant qu'il ne devienne SIDA.Quand dans les années 80-90 le SIDA a fait son apparition l'information mondiale publique a été une mascarade grotesque . Etait-elle à dessein ? Je vous laisse y réfléchir et a y donner la ou les réponses qui vous satisferont . Suite à cette information mensongère en a découlé de gros problèmes sur le "vivre ensemble" qui n'était déjà pas en bonne santé . Actuellement il agonise sérieusement . Y'a-t-il un docteur dans la salle ? Par la suite voir simultanément c'est le milieu associatif qui a pris la relève . De bonnes intentions mais pavé d' "égos" qui perdurent. Dois-je en exposer les raisons ? Je vous laisse toujours y réfléchir personnellement , je ne suis pas un "influenceur" et je n'aspire pas a être jugé. Je me préserve mais reste vigilant quant à une attaque possible . Lorsque le côté associatif a pris la relève la véritable information a été comme privatisée . Son accés difficile . Toujours l'amalgame : orientation sexuelle et virus . Franchir la porte de certaines associations , à l'heure actuelle encore , te cataloguait comme homo , drogué(e)s ou marginal .De la "privatisation" nous sommes à la "visibilité" . Un bon point . Etait-ce suffisant ?

Tu mets , cher avenger , le doigt sur deux préoccupations qui me demandent réflexion et j'y réfléchis. La non-contamination  du fait qu'un(e) S+ maîtrisant son VIH artificiellement n'est plus contaminant et la Prep qui protège de la contamination au VIH .D'autres Prep existent pour d'autres pathologies . Ce n'est pas une spécifité liée au VIH . J'ai consulté les statistiques et dans l'ensemble une augmentation des IST est quantifiable . Les analistes de ces statistiques ne sont pas tous d'accord quant à(aux) l'origine(s) de cette augmentation . Personnellement je pencherais vers l'option d'un certain " laisser-aller " . Les deux informations ci-dessus laissent supposer que le VIH est maîtrisé . Utilisant l'une d'elle et m'informant sur le statut du partenaire pas de risque . Les contaminations au VIH sont actuellement stables . Stable ne signifie pas en régression . Le problème " VIH " reste d'actualité et en plus s'ajoute l'augmentation des IST . Où est le " hic " ?  Pour moi il est clair que ces progrés qui sont de plus en plus connus publiquement demandent des explications sérieuses quant à leurs limites . J'ai posé la question à l'association d'AIDES d'Agen . L'explication que j'ai eu me satisfait ; lors de la proposition de la Prep en situation de prise de risques potentiels ils stipulent bien quelle ne protège pas des autres maladies sexuelles .Un bon point . Le " hic " persiste malgré tout .

Je pourrais écrire quelques lignes sur les TROD . Je résume en un mot : " gadget " .

Bien à vous . Lohic .

 

Portrait de avenger

coucou lowie,

Bien ils semblerais que l'on soit a peu pres d'accord sur le sujet et si l'ont etait pas ,rien de grave)  "plombe, mais comme je l'ai dis et cela n'est que ma vison de la chose et le vécu sur ces sites de cul, perso j'ai vu ces demandes,ainsi que les demande m'adresser personellement.

la prep:

Ah ce sujet le constat que j'ai pus faire ,comme je l'ai deja dis c'est la qua sy non information voir l'inculture sur ce traitement, qui bien sur ne protege pas des autres mst, comme deja dis, ces ist dites " classiques " pour certaines peuvent s'averer  aussi dangeureuses que le viih mais bon il font une fixete sur le vih visiblement pour eux les autres mst etant " secondaire"

le trod

Alors la c'est le désert d'informations totale ,allez qu sy totale autant faire de la prevention en chinois,de plus aux dire de mon infectiologue et de mon pharmacien ces tests ne se vendent pas sont asser chers et si il s'avere s+ il doit etre confirmer par un dépistage classique et gratuit donc ce test en gros ne sert a rien !!!( certain vont hurler ) de toutes facons peu de gens allant sur ces site ne sont pas au courant

indetectabilité:

Ben idem ma bonne dame une grande majoritée ne sont pas au courant voir meme chez pas mal se s+( meme chez certain personel hospitalier, mais je m'égare lol) la nous arrivons a un retour d'au moins 25 a30 ans en arriere si ont cumule le tout ça fais peur quand meme !!

C'est bien pour cela que je dis qu il faut tout reprendre a zéro ,ne pas mettre les gens dans les cases 'messages pour homos ou heteros ect) !!non il s'agit de parler de" pratiques"et non d'orientation sexuelles!!!( si on parle office d'orientations il y aura toujours 3 ou 4 abrutis pour nous sortir "suis pas homo" ) voila !!!

lowie: merçi pour avoir apprécier les documents  sur la pédophilie tain la aussi il y a un sacrée taf a fair et comme pour beaucoup de choses ,arreter avec "la cool attitude" ,car souvent ce genre d'attitude a force entraine" l'imcomprehension,la haine,la décridibilisation de la police,justice,et des politiques!! ( il est vrais qu ils le sont depuis longtemps déja lol !!)

lowie merçi:

av:

Portrait de Lowie

Nous sommes à l'époque de " La culture de l'inculture " savamment orchestrée et acceptée par une grande majorité . Parfois je m'y fais prendre .

Une discussion importante va avoir lieu sur " Trod VHB: 4 années d'attente et rien " initiée par sophie-seronet dans les actualités. J'y participe pour des raisons précises et j'attend des réponses précises . Je ne sais pas du tout la tournure qu'elle va prendre mais je crains le pire . Elle tourne autour du questionnement que nous avons en ce moment . Notre constat quant à l'information faites sur le VIH est sans appel  et demanderait d'être revue sérieusement. 

Inefficace , discriminante et peut-être sous influence . Je pense et celà depuis que je suis S+ que les mieux placé(e)s pour défendre ma cause sont des S+. Pour défendre les travailleur(se)s du sexe idem et pour toutes les minorités. Nous ne sommes pas suffisamment associés ni consultés . Au regard de l'histoire de l'humanité quand une minorité sortait du silence  pour revendiquer , le ou les leaders appartenaient à cette minorité . Pour nous défendre , l'empathie est inutile et nuisible. C'est le sentiment que j'ai , les personnes nous représentant ou supposéés nous représenter ont de l'empathie . Ne me mettez jamais la main sur l'épaule en me disant avec votre triste mine oh mon pauvre ami en parlant de mon statut sérologique. 

Le mlieu associatif lié au VIH a évolué . Dans le bon sens ?

Bien à toi . Lohic .

Portrait de Centvin

Bonjour,

J'aimerais apporter mes témoignages relatifs au "plan plombe"...

La sérophobie concernant les plans plombes étaient plus praignantes de mon point de vue avant les trithérapies comme cla a été bien expliqué dans l'article.

J'ai eu l'occasion par le passé d'êtr contacté par un petit nombre de gays désirant se faire plomber parce que j'avais indiqué que j'étais séropsitif sous traitement et qu'à l'époque je n'étais pas encore en charge virale indetectable .

Donc ces contacts étaient des gays séronégatifs,qui désiraient de prime abord des rapports sexuels non protégés,et quand je fouillais un peu dans la conversation ceux-ci m'avouaient qu'ils seraient trés excité d recevoir ma plombe ,car cette perspectives les amenaient a désirer recevoir mon sperme soit par la fellation reçue ou ma pénétration active.

Ces contacts là se sont toujours défilés quand à la rencontre réelles et de fait étaient des fantasmeurs yotalement virtuels.

Les plans plombes réels que je les ai pratiquer dans des saunas gays ou des backrooms de bars gays,ou les partenaires me demandaient clairement avant le rapport sexuel "si je baisais sans capote",ce qui induisait chez eyx que je devais être séropo pour l'accepter.Parfois il m'arrivait d'entrer en bareback sans parler,et de pratiquer directement et la il y avait consentement mutuel.

Je suis en charge virale indetectable depuis une quinzaine d'années,et en passant des petites annonces de rencontres sur les sites gays,en annonçant ma sérpositivité à des seronégatifs dans 99% des cas j'ai été rejeter de toutes les façons.

Donc a un moment donné j'ai cherché des seropositifs pratiquant le BBK ne plus avoir a souffrir des rejets des seronégatifs, et aussi pour avoir des pratiques sexuelles conformes à mes désirs sexuels( rapports sexuels classiques sans protection).Le fait de faire l'amour à un seropositif m'excite par principe même si je sais qu'il est charge virale indetectable,mais aussi me rassure quelque part.

J'ai eu avec certains amants seropos ( en charge virale indetectable)des rapports BBK,et j'avoue que cela nous mettaient dans une trés grande excitation de braver "l'interdit".Malhureusement pour moi,je n'en rencontre pas assez.

Dans mes échanges avec ces derniers, on se dit cairement "que l'on veut se remplir de la plombe du partenaire",et que "l'on veut recevoir sa plombe."Il n'y a qu'avec certains séropositifs que j'ai pu assumer cela, et donc passer du fantasme à la réalisation.

Ma recherche d'un compagnon durable,ces derniéres années m'a éviter de faire une fixation obsessionnelle là-dessus.

Je m'excuse pour le côté directe de mon témoignage,et j'espére ne pas avoir choqué...

Cordialement,

Centvin.

Portrait de Butterfly

Salut,

ET ben non ça m'a pas choqué ton témoignage ou les dits des autres - Je ne pensais pas que ça pouvait exister ce fantasme mais bon a chacun sa vie - 

Je suis femme hétéro ayant le vih depuis les années 80 soit en 85 bref .. Et moi mon doc même si CV indetectable depuis des années , de prendre quand même préservatif me disant que la personne n'est pas censé me dire qu'elle a et peut avoir un sida plus puissant que le mien donc surcontamination Bah j'exécute pour avoir la conscience tranquille car avec le COVID qui me fait + peur Je continue a me battre a rester en vie quoi mais bon chacun son truc - 

C'est clair que l'on vit une époque de FOU .. 

Et bien j'aurai appris en venant sur ce sujet et ct sympa - moi j'ai du l'avoir avec des Bi dans les années 80 .. y avait des toxico aussi Bah .. je suis une personne fragile de santé donc la chopper .. Ma vie de femme c'est arrêté en 85 d'ailleurs donc aucune envie a cette époque d'avoir un enfant même dans les années 90 ct mon choix et je n'aurais supporter un enfant qui aurait été condamné a venir me soutenir lors de tout mes RDV hosto ou hospitalisation et fatigue bref CT aussi mon choix - De toutes manière même si en manque d'affection ceci est depuis l'enfance donc a jamais fait vie a 2 ou une fois mais il était jamais là Travailler pour médecin du monde savait ma séropo et bachta moi passionné par le travail je l'ai viré donc une grande solitaire sans amour mais que des connaissances intimes ou pas , je m'entretiens quoi mdr .. 

Oui un ptit choc de cette nouvelle génération qui n'a pas peur de la mort Pourtant nombreux meurt du DAS encore aujourd'hui ma bon si c'est leurs fantasmes .. 

Bon ben Bonne route ct sympa cette conversation pas entière car le virtuel m'empêche de causer longtemps mdr 

BYe :) 

Portrait de Lowie

L'article n'émane pas de sophie-seronet mais de jfl-seronet ( Trod VHB : 4 années d'attente et rien .)

Je n'ai à ce jour pas de réponse . Ce qui me permets de rebondir sur un autre sujet de blog relatif à la fréquentation de seronet . Je suis un seronaute lamda ayant des questions et je les pose sur un site qui pourrait me donner des réponses . Je n'ai pas de réponse , je n'ai plus de question . Je pars ailleurs tout en jetant un oeil au cas ou . J'agrave le manque de participation . Est-ce grave ? Enfant , posant des questions dérangeantes aux adultes je n'avais comme réponse que leur silence . Adulte , posant des questions aussi dérangeantes à des adultes je n'ai comme réponse qu'un silence . Situation déjà rencontrée et solutionnée de mon côté je vais appliquer ma solution d'antan et répondre personnellement à mon questionnement . Seraient-ce les bonnes réponses ? La bonne solution ? 

J'ai envisageais le suicide à la découverte de ma S+ en 1995 avec le virus puiqu'il était mortel ou du moins considérait en temps que tel . La sexualité homosexuelle ( HSH ) ne m'ayant pas convaincu de la profondeur et grandeur de ses sentiments , m'ayant réduit plutôt à un objet de convoitise qu'à un être sentimental . Ma contamination par mon propre partenaire a été le couronnement de ma déception de cette sexualité . J'ai laissé tombé la poursuite de l'Amour  pour le stupre . Je cherche autour de moi , ne serait-ce qu'un couple , pour me convaincre de reprendre la recherche de l'Amour mais n'en trouve pas . 

PEUR du VIH ; toujours les même mots en 2020 . J'ai réféchi à utiliser " Légion " comme instrument de suicide en multipliant les situations à risques ( no kpote ) mais l'on ne savait pas encore qu'un traitement et une indétectabilité en 1996 était une protection . J'ai dû croiser un mutant en 97 puisque le SIDA a fait éruption dans ma vie d'homo désabusé . Le BBK n'a jamais été personnellement un outil de vengeance mais une pratique responsable et prise à deux . Pas neccessaire de décliner son statut sérologique , je sais que tu me mentiras et je n'avouerais pas le mien . Les risques sont connus . Je te les expose s'il faut et on " baise " ou pas . J'ai refusé une fois la féllation à un type qui était " mort de trouille " . Son désir n'avait pas peur . Sexual killer ? Pas tout à fait mais pratiques possiblement dangereuses . Pas de jouissance dans mon anus ni dans le tien . J'avale ton sperme , tu fais comme tu veux avec le mien . Le sperme étant un ingrédient à risque dans la sexualité explorons les autres pratiques procurant le plaisir . Open your mind .

La seule façon d'utiliser " Légion " serait que je renonce aux ARV totalement . Je suis en bonne voie par mon allègement progréssif . Légion est toujours présent mais ne se manifeste pas . Je ne l'affaibli pas . Je lui laisse comprendre que je ne lui veux aucun mal et que nous pourrions nous passer de ces médicaments et vivre ensemble en acceptant et respectant notre instinct de survie mutuel . Je comprends je dépasse votre compréhension mais ce n'est pas un problème . 

Avec l'affaire Morat(2014) , relative à la criminilisation de la transmission du VIH , j'ai parié sur une co-responsabilité . Je ne me sents pas un criminel du fait de ma S+ et de mon activité sexuelle . Je suis plus à l'aise avec ma pathologie et l'avoue lors de mes rencontres . Même s'il y a un refus de la part de mon ( mes ) éventuel(s) partenaire(s) j'ai transmis une information se voulant réconciliante avec le VIH .

Le VIH est malheureusement toujours accompagné de termes à charge en tout genre . Le considérer seulement comme un virus n'est pas encore d'actualité . Il faut qu'il soit orienté sexuellement , honteux , précaire , source de fantasme , effrayant , phobique . Pour moi il n'est qu'un virus parmi tant autres .

Bien à vous . Lohic .

Portrait de jl06

Rien de nouveau ,le BBK se porte trés bien ,  par contre avec la covid , les saunas gays sont en  mode pose !

du coup les plans natures exploses ..;

j'ai du avoir du bol jusqu'a present jamais besoins de me justifié en rien .....mise à par un con qui se trouve ici et qui ma rejoint sur un site pour me balancé ......comme les mecs parlent + que les femmes ....de la vielle histoire .!

Portrait de Lowie

En temps de guerre  nous sollicitons les plus bas instincts de l'homme , il ne manque pas de volontaires .

Il y a du monde autour du petit lac naturiste que je fréquente . La nature inspire au Q . JM la nature , JM L Q .

Bien à Toi JL . Lohic .

Portrait de Centvin

Hello,

Pour information il est possible d'aller de nouveau dans les saunas,puisque j'y suis allé vers le 20 juin 2020 aux Sauna "Les Bains d'Odessa" rue d'Odessa.J'avais téléphoné avant pour savoir comment il faisait avec les Coronavirus? Prise de température à la caisse d'entrée.Port du masque pour payer son entrée,et aussi aux vestiaires, pour se déshabiller,et au départ pour se rhabiller.Dans le sauna chacun prenait ses responsabilités,et donc la majorité des clients étaient sans masques à l'exception d'un nombre trés minoritaire qui draguait avec le masque.Renseignez-vous auprés de vos saunas pour savoir dans quels conditions,ils ont ouvert ou pas aprés le déconfinement du Covid 19 de mai 2020.

Bonnes rencontres à toutes et tous,

Centvin.

Portrait de jl06

 Tu fait un trou dans le masque pour un 69 ...? au bal masqué ...Sealed

ben pour moi se sera au naturel dans l herbe au milieu des pâquerettes (plus la saisons).... j,en ai assez vue des saunas  !

je dit pas que en passent j'y mette plus un doigt de pieds ... non !

mais pour l'heure les choses sont assez grave pour évité encore une connerie ...

bonne soirée JL

Portrait de avenger

je ne suis pas sur de cas de serophbie oui sans doute pour ceux qui veulent contaminer.

Pour ceux qui veulent ce faire contaminer je pense plutot qu'il sagit de cas qui doivent etre suivit par un psychologue ou un psychaitre.

AV;

Portrait de Butterfly

Bonjour, 

Mdr je le pense aussi mais ptete qu'ils se font suivre lol .. bah c'est un truc de fou .. c'est sur que rechercher de l'adrénaline en se faisant inoculer le virus c'est comme les boites de SM quoi bah .. c'est triste alors que nous nous combattons pour ne pas se faire surcontaminer car y a plusieurs type de virus sida quoi .. même si CV indétectable ou T4 haut .. Je pense que c'est un besoin d'appartenir a quelqu'un en fait c'est comme la prostitution , certains on besoin d'un protecteur même si ils ou elles se fait tabasser .. effectivement c'est du domaine de la psycho ça doit remonter a leurs enfance a certains le manque de ne pas avoir exister assez .. et ça y a des millions de gens ainsi et faut pas tomber dans le masogisme dans toutes ses formes .. porno etc .. 

Cdt

 

Portrait de Lowie

Réalisable ? C'est plutôt compliqué à mon avis . J'ai du mal à imaginer les questions que tu poses à ton partenaire . S'il y avait un site de rencontre pour S+ contaminants , le fermer relève de la santé publique et de la mise en danger d'autrui . 

J'ai lu cette littérature ( Rémez et Dustan ) , bandant c'est tout . Phantasme de mort n'est plus synonyme de VIH actuellement il me semble sauf si on refuse les ARV . Là , il y a une vraie prise de risque . Je ne connais personne qui désire " agoniser " en développant le SIDA . Je suis SM dans ma sexualité hédonique . J'aime maltraiter mon corps sexuel . Je ne relève pas de la psychiatrie . La violence sexuelle que l'autre pourrait m'infliger doit être sous contrôle mais j'ai des limites assez grandes . Sa violence envers moi n'est pas un acte de soumission ni d'appartenance , il reste le moyen par lequel je m'auto-flagelle pour obtenir l'orgasme . L'orgasme atteint il n'existe plus . Je suis sadique envers moi et pourtant trés calin envers l'autre . Je relève de la psychiatrie par certains côtés .

Portrait de jl06

SEINE-MARITIME: UN HOMME CONDAMNÉ À SIX ANS DE PRISON POUR AVOIR TRANSMIS LE VIH À SA COMPAGNEHugo Septier avec AFP - Le 09/10/2020 à 14:42 

La balance de la justice - Image d'illustration

La balance de la justice - Image d'illustration Philippe HUGUEN © 2019 AFP

Le prévenu "avait déjà 22 condamnations à son casier judiciaire", a précisé le procureur de la République de Dieppe. 

Le tribunal correctionnel de Dieppe en Seine-Maritime a tranché. Un homme de 37 ans a été condamné à six ans de prison ferme pour avoir transmis le virus du sida à son ancienne compagne, a indiqué vendredi le parquet à l'AFP.

Le trentenaire, qui n'était pas présent à l'audience, a été condamné pour "administration d'une substance nuisible". Le tribunal a délivré un mandat d'arrêt à son encontre. Le parquet avait requis une peine de sept ans de prison ferme.

"Sans empathie, doté d'un sentiment de toute puissance"

Le prévenu "avait déjà 22 condamnations à son casier judiciaire", a précisé Étienne Thieffry, procureur de la République de Dieppe.

D'après le quotidien régional Paris-Normandie, le prévenu a avoué à son ancienne compagne qu'elle était la troisième personne qu'il contaminait.

Consommateur d'héroïne, il a été décrit à l'audience de mardi "comme un homme sans empathie, doté d'un sentiment de toute puissance", selon le quotidien régional.

 

Portrait de Butterfly

Hello 

 

ce devait pas être simple le tribunal .. vu que c'est une ex il aurait pu dire que ça vient pas de lui bref .. histoire bizard .. le con alala

il aurait mieux fait de prendre du cannabis ça rend moins agressifs et dangereux aussi ! 

Portrait de jl06

je par( en ) fumée en Italie  ,aucun probléme ,.....Cool

Portrait de Butterfly

Mdr bON VOYAGE AMIGO HASTA LUEGO BIZOUS AUX ITALIENS DE MA PART ET VIRTUEL MDR BAH .... c mieux que rien que de le dire 

Portrait de jl06

 Franky Gogo débarque avec un clip puissant qui finit en partouze dans les bois 

  L'artiste electro ouvertement trans débarque avec Fast and Too Much, un clip coup de poing qui finit en partouze gay dans les bois.

C'est une gifle. Un uppercut délivré en plein plexus. Franky Gogo débarque avec Fast and Too Much, premier extrait d'un EP du même nom annoncé pour le 27 novembre prochain.

Soniquement, ce premier single sonne comme un accouplement sauvage entre Peaches et Aphex Twin. Visuellement, l'artiste ouvertement trans ose le malaise dans un clip qui fera grincer quelques mâchoires mais qui finit en touze gay dans les bois.

 "Corps mutant"

Bien connu de la scène queer et de l'univers de la danse, Franky Gogo a déjà fait parler d'iel avec ses projets précédents comme Fiodor Dream Dog, auprès de chorégraphes comme Thierry Thieu Niang, Clara Cornil, ou Régine Chopinot, ou encore en tant que de batteur de Bertrand Belin, John Parish ou The Aikiu. Cette fois, iel propose une musique plus personnelle et radicale où les thématiques de la transidentité et "du corps mutant" (selon le communiqué de presse) sont au centre de son oeuvre.

L'artiste sera sur la scène de La Boule Noire pour deux concerts parisiens dès le 14 octobre prochain.

Fast and Too Much, l'EP de Franky Gogo, le 27 novembre prochain chez PIAS.

Crédits photos : PIAS

Portrait de Lowie

N'avoues jamais , jamais , jamais. Chère payé ???

Je ne connais pas l'artiste que tu me proposes JL mais j'aime sa provoc et son affirmation .

Portrait de jl06

 S'il ne provoque pas l'artiste je doute qu'il soit un Artiste  ....(un affairiste oui)