Baisse des infections VIH chez les enfants en Afrique et en Inde

29 Juin 2016
613 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’Onusida et le Plan présidentiel américain d’aide d’urgence à la lutte contre le sida (Pepfar) ont annoncé dans un communiqué commun, le 8 juin, la baisse de 60 % du nombre de nouvelles infections à VIH chez les enfants depuis 2009 dans les 21 pays d’Afrique subsaharienne qui sont le plus touchés par l’épidémie. "Les nouvelles infections à VIH chez les enfants dans ces vingt-et-un pays sont passées de 270 000 en 2009 à 110 000 en 2015", indiquent-ils. "En 2005, moins d’un enfant sur dix avait accès au traitement antirétroviral ; cet écart est aujourd’hui passé à un sur deux. Au cours des seules cinq dernières années, l’accès au traitement pour les enfants a été multiplié par deux. En conséquence, les décès liés au sida chez les enfants ont été réduits de 44 %". Ces résultats ont fait l’objet d’un nouveau rapport intitulé "Accélérer vers une génération sans sida", présenté à l’occasion de l’ouverture de la réunion de haut niveau de l’assemblée générale des Nations Unies sur la fin du sida, le 8 juin à New York. Ce rapport montre les progrès accomplis. Il indique que sept pays ont réduit les nouvelles infections à VIH chez les enfants de plus de 70 % depuis 2009 (année de référence du Plan mondial), à savoir : l’Ouganda de 86 % ; l’Afrique du Sud et le Burundi de 84 % ; le Swaziland de 80 % ; la Namibie de 79 % ; le Mozambique de 75 % et le Malawi de 71 %. En revanche, au Nigéria, la baisse a été bien moindre, à seulement 21 %. En Inde, seul pays du Plan mondial situé hors de l’Afrique subsaharienne, les nouvelles infections à VIH chez les enfants ont chuté de 44 % et la couverture des services aux femmes enceintes est passée de moins de 4 % en 2010 à 31 % en 2015. Cette année-là, plus de 80 % des femmes enceintes, vivant avec le VIH dans les 21 pays d’Afrique subsaharienne les plus touchés, ont eu accès aux médicaments permettant de prévenir la transmission du virus à leur enfant, contre seulement 36 % en 2009 (exception faite de la névirapine monodose moins efficace).