Beaucoup d’hommes séropos non diagnostiqués

5 Février 2022
711 lectures
Notez l'article : 
0
 

Il existe au niveau mondial des objectifs de dépistage du VIH et d’accès aux traitements anti-VIH pour les femmes et les hommes ; certains avaient été fixés pour 2020. Le 24 janvier dernier, l’Onusida a fait le point sur ce qui se passait pour les femmes et les hommes sur ces sujets. Dans le monde, les objectifs (dépistage et traitement) pour 2020 ont quasiment été atteints chez les femmes adultes (15 ans et plus) vivant avec le VIH. Les résultats sont moins bons pour les hommes : dépistage comme traitement du VIH. Ainsi, par rapport aux femmes vivant avec le VIH, ils sont 740 000 en plus à vivre avec le VIH sans connaître leur statut sérologique, 1,3 million en plus à ne pas être sous traitement et 920 000 en plus dont la charge virale reste détectable. Comment expliquer cette différence, constant, entre ces deux groupes ? L’Onusida avance un élément clef : les services de soins de santé primaires en Afrique orientale et australe mettent énormément l’accent sur les femmes en âge de procréer. Les services de santé de la reproduction, mais aussi ceux pour la mère et l’enfant offrent des points d’entrée parfaits pour les services anti-VIH. Des points d’entrée similaires (santé sexuelle) pour les hommes sont plus rares. Des experts-es internationaux-les estiment que davantage d’interventions sur le lieu de travail et une utilisation accrue des approches d’autodépistage pourraient compenser, pour partie, ce retard.