Données de santé divulguées

29 Septembre 2022
387 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les pirates informatiques auteurs de l'attaque contre l'hôpital de Corbeil-Essonnes en août dernier ont mis à exécution leurs menaces en divulguant les informations de santé volées, faisant planer un risque de chantage ou d'extorsion sur les personnes concernées, indique l’AFP. « Je condamne avec la plus grande fermeté la divulgation inqualifiable de données piratées issues du centre hospitalier de Corbeil-Essonnes » a commenté le ministre de la Santé et de la Prévention François Braun dans un tweet dimanche 25 septembre. « Nous ne céderons pas face à ces criminels. L'ensemble des services de l'État sont mobilisés » au côté de l'hôpital, a-t-il ajouté. Selon les informations fournies dimanche 25 septembre par l'hôpital, les informations divulguées par les pirates via le « dark web » (les sites internet non référencés par les navigateurs classiques) « semblent concerner nos usagers, notre personnel ainsi que nos partenaires ». Parmi elles figurent « certaines données administratives », dont le numéro de sécurité sociale, et « certaines données santé telles que des comptes rendus d'examen et en particulier des dossiers externes d'anatomocytopathologie [examen des organes, tissus ou cellules, pour repérer et analyser des anomalies liées à une maladie, ndlr], de radiologie, laboratoires d'analyse, médecins », a poursuivi le centre hospitalier. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris et confiée aux gendarmes du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N). L'hôpital, situé dans l'Essonne, au sud de Paris, assure la couverture sanitaire de près de 700 000 habitants-es de la grande couronne. Il avait été victime le 21 août d'une cyberattaque avec demande de rançon de 10 millions de dollars, ramenée ensuite à un ou deux millions de dollars, selon les sources. Les établissements publics ne paient jamais les rançons, la loi le leur interdisant.