Homophobie : l’UMP frappe encore

8 Juillet 2011
1 206 lectures
Notez l'article : 
0
 
benisti.jpg

Des propos injurieux pour les homos… une fois de plus… on les doit à un député UMP. Cette fois, c’est le député du Val de Marne Jacques-Alain Bénisti qui s’est lâché… sur la chaine parlementaire LCP.  Cette sortie a suscité de nombreuses réactions dont celle de Tjenbé Rèd, une association LGBT, membre du RAAC-Sida. Comme l’explique YAGG (23  juin), le député du Val-de-Marne est l’invité de l’émission "Politique Matin". Interrogé sur la proposition de loi socialiste sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, il se lance. Et voilà, ce que cela donne : "Ma position, elle est simple. Quelle société veut-on donner pour nos nouvelles générations, pour les jeunes d’aujourd’hui ? Est-ce qu’on veut laisser cette société [aller vers ce à quoi] le Parti socialiste tend un petit peu à nous entraîner... dans une société d’impunité, liberticide, une société du laisser-aller... Un petit peu... Alors on a vu... Après le mariage homosexuel, bientôt l’adoption ! Après l’autorisation du piratage, des vols de DVD ! Après la demande d’arrêt des contrôles de vitesse, après la dépénalisation de la prostitution, après la non-incarcération des délinquants mineurs ! Je dirais, à la limite, à quand la dépénalisation du viol ? Ou la légalisation du viol ?" Bref, c’est du lourd. Comme on l’imagine, cette sortie suscite la colère de pas mal de monde. C’est le cas de l’association Tjenbé Rèd qui saisit (28 juin) le conseil d’harmonisation et d’arbitrage de la chaine parlementaire. L’association interpelle également les présidents (UMP) de l’Assemblée Nationale et du Sénat. "L’article 15 de la loi (…) relative à la liberté de communication permet au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) de sanctionner un "service de communication audiovisuelle" qui mettrait à disposition du public une "incitation à la haine ou à la violence pour des raisons de race, de sexe, de mœurs, de religion ou de nationalité. Les propos précités constituent à l’évidence une telle incitation, de caractère homophobe", avance Tjenbé Rèd d’où la saisie de la commission ad hoc de la chaîne. L’association a, par ailleurs, saisi (1er juillet), sur les mêmes faits, le bureau de l’Assemblée Nationale. L’association lui demande, en cas de refus du Conseil d’harmonisation et d’arbitrage, de sanctionner la société de programme LCP-AN (La Chaîne parlementaire - Assemblée nationale) pour manquement à son obligation de maîtrise de l’antenne".