Limiter la flambée du VHC après une greffe du foie

7 Octobre 2009
3 337 lectures
Notez l'article : 
0
 
foie2_v.png

 Le foie, après une greffe, qui est nécessaire pour certaines personnes dont l'organe était gravement atteint, se trouve réinfecté par le virus de l'hépatite C. La récidive d'hépatite (avec cirrhose et perte du nouveau foie) est donc le problème numéro 1 après celui de la réussite de la greffe elle-même. Et ce d'autant plus que les traitements pour faciliter la greffe (utilisation d'immunosuppresseurs) "endorment" justement le système immunitaire pour que la greffe "prenne", mais limitent aussi du même coup le contrôle du virus par l'organisme. Ils peuvent même favoriser le cancer du foie. Des scientifiques japonais de l'université d'Hiroshima, ont mis au point un procédé pour retarder la récidive sur le foie greffé, en injectant un certain type de globules blancs, des lymphocytes appelés NK ou "natural killers", extraits du nouveau foie et activés par l'interleukine-2  et l’OKT3. C'est une étude sur quelques personnes seulement (14 en tout dont 7 bénéficiant de cette immunothérapie nouvelle), mais elle a pu montrer que l’action des NK a permis d’augmenter la réponse anti-VHC chez les personnes greffées. Ces résultats ont été complétés par des investigations de laboratoire (expériences in vitro) et sur la souris. Les conséquences cliniques, dans la vie réelle,  ne sont pas encore totalement connues, mais les chercheurs travaillent à améliorer encore la réponse anti-VHC pour pouvoir l'étendre à toutes les personnes séropositives au VHC greffées. A suivre...

 

Commentaires

Portrait de Kaaphar

salut, Ah ! ben j'ai quelques potes (sur d'autres bistrots hépatants) que ça pourrait intéresser ! Est-ce que vous avez un peu plus d'infos ? et/ou la source ? est-ce qu'il y avait des coinfs vih parmi les 14 nippons ? merci Kaaphar