UE : la Cimade fait 10 propositions

28 Janvier 2022
413 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les militants-es de La Cimade accompagnent quotidiennement les personnes en exil qui sont les témoins directs des conséquences des politiques migratoires de l’Union européenne (UE) et de ses États membres. Profitant de la présidence française du Conseil de l’UE pour les six prochains mois (depuis le 1er janvier 2022), la Cimade a choisi de s’adresser au président de la République ainsi qu’aux membres du gouvernement, pour porter « 10 propositions en faveur d’une Europe solidaire et protectrice des droits humains », explique un communiqué de presse. Quel estle contexte ? « Face aux mouvements xénophobes et populistes qui alimentent les peurs, les gouvernements invoquent une « perméabilité du territoire européen » face à un prétendu « risque migratoire » et dissimulent ainsi leur incapacité à œuvrer pour une Europe protectrice et solidaire. Le pacte sur les migrations et l’asile, en cours de négociations au sein des instances de l’UE, s’inscrit dans la continuité des logiques déjà largement éprouvées, fondées sur une approche répressive et sécuritaire au service de l’endiguement des migrations et de l’encouragement des expulsions, solutions qui ont prouvé leur inefficacité, et surtout qui coutent des vies humaines », explique la Cimade. Et l’ONG de préciser : « Les conditions d’accueil et les procédures d’asile sont toujours très différentes d’un pays européen à l’autre, malgré un cadre législatif européen commun. L’échec du règlement Dublin mine le principe de solidarité entre États membres et viole les droits des personnes demanderesses d’asile. Depuis vingt-cinq ans, ce système provoque une « migrerrance » des personnes en quête de protection. En France, plus de 30 000 personnes anciennement « dublinées » ont finalement pu enregistrer leur demande d’asile, après avoir attendu entre 9 et 24 mois dans les limbes de cette procédure injuste et inefficace ». « Il est temps que les institutions européennes et les États membres de l’UE élaborent une politique d’asile à la hauteur des enjeux, basée sur les choix des personnes concernées, sur la solidarité entre Etats et le respect inconditionnel des droits fondamentaux, en harmonisant par le haut les procédures et les conditions d’accueil des demandeurs et demandeuses d’asile en Europe. » Fanélie Carrey Conte, secrétaire générale de La Cimade.