Un ministre roumain estime que la lutte antisida reçoit trop d'argent

23 Décembre 2013
1 908 lectures
Notez l'article : 
4
 

Le ministre roumain de la Culture Daniel Barbu a suscité de vives critiques (9 décembre) après avoir déclaré que le budget alloué à la lutte contre le sida était trop important, alors que les services de santé souffrent d'un manque chronique de fonds. "Lors des débats sur le budget 2014, j'ai été choqué, sans vouloir paraître cynique, de découvrir que le budget alloué au programme de lutte contre le sida représente la moitié de l'ensemble des fonds destinés aux programmes du ministère de la Culture", a déclaré Daniel Barbu lors d'un débat à Craiova (sud). "J'ai été choqué en pensant combien de festivals Shakespeare on pourrait réaliser si le programme n'existait pas ou si son budget était réduit de moitié", a-t-il ajouté. Le ministre a affirmé "ne pas comprendre" pourquoi ce programme bénéficiait d'autant d'argent "dès lors que la Roumanie n'est pas l'Afrique du sud et ne compte pas des millions de personnes touchées par cet hideux fléau de notre époque". Dénonçant une "énorme offense" à l'adresse des personnes contaminées par le VIH et des professionnels qui luttent pour sauver les vies des malades, l'Union des associations des personnes touchées par le VIH/sida (UNOPA) a exigé des excuses publiques et une réaction officielle du gouvernement. "Le ministre rend les malades responsables de l'absence de festivals tandis que son opinion sur un abandon du programme antisida équivaut à une condamnation de ces personnes, dont la plupart ont été contaminées par le système de santé dans la période 1988-1990" par des transfusions de sang non testées ou des seringues non stérilisées, a indiqué l'UNOPA, citée par l’AFP. Le budget alloué au traitement des quelques 12 000 personnes vivant avec le VIH en Roumanie est passé d'environ 52 millions d'euros en 2012 à 45 millions en 2013, "très en-deçà des besoins réels", a déclaré à l'AFP le président de l'UNOPA, Iulian Petre. Selon lui, nombre de malades vivant dans les campagnes renoncent à aller chercher régulièrement leur traitement dans les grands centres hospitaliers, car trop pauvres ou trop faibles, ce qui permet au ministère de la Santé de faire des économies. Le système roumain de santé souffre d'un manque dramatique de fonds, les hôpitaux y compris à Bucarest devant faire face à une pénurie systématique de médicaments de base.

Commentaires

Portrait de eris

Quand l'Europe n'est pas capable de faire des politiques communes face aux maladies, et à l'injustice sociale en général, alors qu'elle le fait très bien pour le système économique ultra libéral aujourd'hui, on peut se demander si encore de nos jours, l'Europe est un modèle pour le monde, comme certains politiques l'affirment ! Undecided

Portrait de Mumbly

l'Europe... qui continue cependant à allouer des dotations pour secourir et former les populations Rom... en Roumanie précisément, et qui n'en voient pas le quart!

Ce, sans aucun commentaire ou communiqué lors d'assemblées européennes. Effectivement, le gouvernement Roumain ainsi que la majorité de la population invite ces Roms à emigrer là où ils seront mieux... ailleurs, dont la France. Ce qui nous vaut des menaces d'une commissaire européenne lorsque certains au gouvernement français s'insurgent de la non coopération des autorités roumaines pour arreter ces déplacements de population. Menaces assorties de possibles sanctions financières bien sûr...

 

On nous prend partout pour des veaux, des vaches à traire, des moutons... Cela c'est favoriser l'anti démocratie et donc le totalitarisme. Et c'est effectif partout, dans le législatif, le social , les assoces, les sociétés privées...  Il y en a encore qui vont être surpris quand l'extrême droite sera élue au parlement européen puis aux municipales et aux législatives? 

Portrait de fp

Je suis assez d'accord avec Daniel Barbu. Son idée n'est pas de limiter l'accès aux soins des persoones touchées par le vih. C'est de faire en sorte que l'argent collecté concerne d'abord ces personnes et non des oligarques qui n'en n'ont rien à faire du vih si ce n'est pour s'enrichir personnellement.