L’homophobie tue ; la lesbophobie, la biphobie et la transphobie aussi. Egalité !

Publié par jfl-seronet le 08.04.2013
8 213 lectures
Notez l'article : 
3.666665
 
0
Droit et socialhomophobietransphobielesbophobiebiphobieagressionrassemblementcommuniquéparis

A la suite de deux violentes agressions homophobes ce week-end et de nombreux actes anti-LGBT ces dernières semaines, Act Up-Paris, le Collectif Oui Oui Oui et plusieurs autres associations LGBT ou friendly  (dont AIDES, OUTRans, SOS Homophobie, le SNEG, etc.) appellent à manifester contre l’homophobie et pour l’égalité mercredi 10 avril à 20 heures dans le Marais. Voici le texte de leur appel.

Les associations dénoncent un climat homophobe de plus en plus inquétant, avec des agressions et des dégradations de lieux indentifiés LGBT. Un contexte haineux vraisemblablement ravivé par les opposants de la "Manif pour tous" et du "Printemps Français"

"Nous appelons à un rassemblement d'urgence contre l'homophobie, la lesbophobie, la transphobie, pour l'égalité des droits, mercredi 10 avril à 20 heures dans le Marais (rue des Archives), pour dénoncer la haine déversée depuis des mois contre les LGBT par les opposant-es au projet de loi, haine qui s'est intensifiée ces dernières semaines ;

Pour dire que cette haine n'a aucune légitimité dans un débat démocratique, et que celles et ceux qui, croyant bien faire, ont traité les partisans de la haine comme des interlocuteur-rices légitimes n'ont fait que renforcer leur violence ;

Pour rappeler que cette haine est alimentée par les inégalités et les discriminations légales qui touchent les LGBT et leurs familles et qu'il est urgent d'y mettre fin ;

Pour soutenir les familles homoparentales, notamment les enfants, particulièrement exposé-es à la haine des opposant-es au mariage ; pour rappeler aux homosexuels, lesbiennes, bi et trans isolé-es, sans contact associatif, qu'ils et elles ne sont pas seuls et peuvent compter sur nous face à la haine ;

Pour témoigner des conséquences de cette haine : taux de suicide plus important chez les jeunes homos, lesbiennes ou trans, prévention du VIH empêchée, prises de risque liées à une moindre estime de soi, persistance de l'épidémie de sida et d'hépatites virales ;

Pour réclamer l'égalité des droits dans tous les domaines pour les LGBT : mariage, adoption, procréation médicalement assistée (PMA), changement d'état civil facilité pour les trans, etc ;

Pour dénoncer les menaces et les violences contre les associations LGBT, leurs membres ou les élu-es qui défendent l'égalité – menaces qui témoignent de l'absence d'arguments dont disposent les homophobes ;

Pour ne pas laisser la rue, lieu d'expression démocratique, aux ennemi-es de la démocratie qui la monopolisent depuis des mois et qui prennent les homos, les lesbiennes, les bi-es et les trans comme première cible de leurs combats ;

Pour appeler, face à l'union des droites et des extrêmes-droites contre la démocratie, à une solidarité avec les minorités persécutées.

Les premiers signataires sont :
Act Up-Paris, Act Up-Sud Ouest, Acceptess-T, AIDES, Collectif contre l'homophobie Montpellier, Collectif Sous les Shorts des Filles, Collectif 8 mars pour toutes, les efFRONTé-e-s, Gouine comme un camion, le Mouvement Français pour le Planning Familial, le Syndicat du travail sexuel (STRASS), Pink Bloc Paris, le collectif Oui Oui Oui, le collectif 16, Ex Aequo (Bruxelles), Barbieturix, Le Refuge, Le Mariage pour tous, Gais Lurons, Fédération Total Respect/Tjenbé Rèd, Fédération internationale des Gay Games, Le Coq Musclé, le SNEG (Syndicat national des entreprises gaies), SOS Homophobie, OUTRans, Txy, G.A.R.ç.E.S, R.O.S.A, PopinGays.