Chine : des chiffres en hausse, un dirigeant cynique

20 Décembre 2012
1 834 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le ministère chinois de la Santé a annoncé (29 novembre) que le taux d'infection au VIH était en hausse parmi les personnes âgées de 15 à 24 ans et de plus de 50 ans. Entre janvier et octobre 2012, 16 131 nouveaux cas d'infection au VIH ont été signalés au sein de la population âgée de plus de 50 ans, soit une hausse de 20,2 % en base annuelle, indique le site d’informations Xinhua. Le ministère a également dénombré 9 514 nouveaux cas d'infection au VIH parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, en augmentation de 12,8 % sur un an.  Evidemment, les autorités ont appelé à davantage d'efforts pour combattre la pandémie. C’est le cas de l'actuel vice-Premier ministre et futur chef du gouvernement, Li Keqiang, qui vient d'être promu à la deuxième place de la hiérarchie communiste le 15 novembre dernier à l'issue du 18e congrès du parti communiste chinois (PCC). Cette sortie a été dénoncée par des militants chinois de soutien aux victimes du sida qui se souviennent, eux, que Li Keqiang était gouverneur puis secrétaire du PCC du Henan de 1999 à 2004, lorsqu'un énorme scandale du sang contaminé par le VIH y éclaté au grand jour. Comme le rappelle l’AFP, des milliers de paysans et les habitants de villages entiers de cette province du centre du pays ont contracté le virus du sida durant les années 1990 dans le cadre d'une campagne de collecte de sang mise en place par les autorités provinciales. Au lieu de soutenir les personnes atteintes et les militants venus de Pékin pour les aider, le gouvernement du Henan dirigé par Li Keqiang a répondu par la répression aux villageois malades ou séropositifs qui demandaient des compensations financières et des soins. Evidemment, pas difficile de dénoncer dans ce cas-là, "l’hypocrisie" de ce dirigeant. D’autant que ce dernier en rajoute. "La société civile joue un rôle indispensable dans la lutte nationale contre le VIH/sida", a-t-il ainsi déclaré au quotidien chinois "China Daily". "Le gouvernement devrait les soutenir en les reconnaissant officiellement et en les soutenant financièrement afin de renforcer leur capacité" d'agir, a-t-il même osé… lui qui a toujours, selon les militants chinois, fait le contraire.