Covid-19 et canicule ne font pas bon ménage

15 Août 2020
184 lectures
Notez l'article : 
0
 

Covid-19 et canicule qui peuvent toucher les mêmes personnes vulnérables (personnes âgées, mal-logées, diabétiques, insuffisantes cardiaques, etc.) peuvent entraîner des ordres « contradictoires »: par conséquent la prévention des deux risques « doit être adaptée ». C’est ce que rappelle une synthèse de l'agence sanitaire Santé publique France dont Seronet a rendu compte, mi-juillet. « En période d'épidémie de la Covid-19, il est encore plus essentiel de limiter l'impact sanitaire de l'exposition à la chaleur pour réduire notamment le fardeau du recours aux services d'urgence hospitalière ou médicale », souligne Santé publique France dans cette « synthèse rapide » des connaissances. En l'absence de vaccin, l'adoption de gestes individuels (lavage fréquent des mains, distanciation physique de plus d'un mètre, port du masque, etc.) est le principal rempart à la contamination par le Sars-CoV-2, le virus qui cause la Covdi-19, souligne l'agence sanitaire. Mais que sont les ordres ou recommandations « contradictoires » qui supposent de s’adapter. Un exemple : en période de canicule, outre les conseils d'hydratation, on recommande de fermer fenêtres et volets le jour et pour la Covid d'aérer le plus possible en ouvrant portes et fenêtres. Pour éviter les risques liés à la canicule, on préconise de renforcer le lien social et pour la Covid la distanciation physique et lorsqu’on a un facteur de risque élevé de voir le moins de personnes possibles. Et même d'aller quelques heures dans des endroits frais (magasins, bibliothèques, cinémas, etc.). Ce qui est possible avec le masque et en respectant les gestes de prévention, mais c’est un peu contradictoire. De même un ventilateur dans une pièce où on est seul, c’est bien, mais pas dans une pièce où l’on est plusieurs. Tout sera alors question de vigilance pour adapter son choix au mieux du risque encouru. L'épidémie de Covid-19, avec plus de 30 000 morts, a déjà tué en France plus que la tristement célèbre canicule de l'été 2003 qui avait fait 15 000 morts.