Décès de Luc Montagnier

11 Février 2022
1 121 lectures
Notez l'article : 
0
 

La nouvelle est tombée mercredi 9 février sur le site d’infos France Soir, mais il a fallu attendre près de 24 heures avant qu’elle soit confirmée. Le professeur Luc Montagnier, codécouvreur du VIH et Prix Nobel de médecine 2008, est mort, mardi 8 février, à Neuilly-sur-Seine à l’âge de 89 ans, a confirmé la mairie à plusieurs médias, dont Libération. Biologiste et virologue français, Luc Montagnier entre au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1960, dont il deviendra plus tard directeur émérite de recherche. De 1972 à 2000, il dirige l’unité d’oncologie virale à l’Institut Pasteur. Il est également membre de l'Académie des sciences et de l'Académie nationale de médecine. En 2008, il reçoit avec Françoise Barré-Sinoussi et Harald zur Hausen, le Prix Nobel de physiologie ou médecine, pour la co-découverte, en 1983, du virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Son rôle dans la découverte de ce rétrovirus est cependant discuté. Depuis la fin des années 2000, Luc Montagnier multiplie les prises de positions polémiques et dépourvues de tout fondement scientifique. Il défend notamment les théories de la « mémoire de l'eau » de Jacques Benveniste, de la téléportation de l'ADN. En 2010, il annonce qu'il fuit le « climat de terreur intellectuelle » en France pour prendre la direction d'un nouvel institut de recherche en Chine à l'Université Jiao-tong de Shanghai, afin de poursuivre ses recherches sur la formation dans l'eau de « nanostructures » induites par l'ADN. En avril 2020, sur le plateau de Cnews, Montagnier affirme que la Covid 19 serait un « virus manipulé par l’homme avec une trace de VIH » tout en précisant : « Je travaille, mais pas forcément en labo. On travaille sur ordinateur avec un collègue. On n’a pas d’expérience ». Quelques mois plus tard, dans le documentaire complotiste Hold-up, le virologue affirme que « c’est la vaccination qui a créé les variants » alors que des variants étaient apparus avant le début des campagnes de vaccination. Ses déclarations contre les vaccins lui valent une popularité grandissante parmi les mouvements antivax, notamment d’extrême droite. Au lendemain de sa mort plusieurs personnalités politiques d’extrême droite lui ont rendu hommage sur Twitter comme Nicolas Dupont-Aignan ou Florian Philippot. Le très controversé professeur Didier Raoult a également tenu à lui rendre hommage : « On perd un homme dont l'originalité, l'indépendance et les découvertes sur l'ARN ont permis la création du laboratoire qui a isolé et identifié le virus du sida. Ceci lui a valu la gloire, le prix Nobel, et l'hostilité inouïe de ses collègues. L'attention portée à ses dernières hypothèses était disproportionnée ». De son côté, Éric Fleutelot, ancien Directeur général adjoint international de Sidaction, a commenté « Luc Montagnier est mort. J'ai un carton entier rempli d'une documentation sur les naufrages scientifiques ou pseudoscientifiques ; un jour, j'aurai peut-être le courage d'en faire un livre ». Autre réaction, celle d’Hugues Charbonneau (ex Act Up-Paris, Sidaction) qui a tweeté : « Nous pouvons retenir de Luc Montagnier qu’il fut en 1957 trésorier du Comité Audin, ce qui était juste et courageux en pleine guerre d’Algérie. Pour le reste, les combattants du sida ont chacun un avis, le mien ne glorifie pas le biologiste ».

Commentaires

Portrait de Aradia

Stupéfiant silence médiatique, il s'est toujours battu pour une science libre.

Un homme d'honneur est parti dans la dignité, paix à son âme et merci Professeur Montagnier.

Portrait de Spooky

Gloirifié grâce à ses découvertes mais honte à ses prises de position antivax. C'est comme le gourou marseillais, plus ils ont le cerveau truffé de diplômes plus l'âge avancé leur fait dire des ânneries. J'espère que mourrai avant que mon cerveau ne débitte autant d'inepties.