« Janvier sans alcool »… sans l’État !

15 Décembre 2019
505 lectures
Notez l'article : 
0
 

« Dry January » (mois sans alcool) : l’opération de promotion d’une pause de la consommation d’alcool sera faite par un collectif d’organisations (1), malgré le retrait du gouvernement, là-dessus. « Malgré les efforts du lobby alcoolier, malgré l’annulation sous pression de l’Élysée de l’opération « Mois sans alcool » initialement prévue par Santé Publique France, il y aura bien une campagne de « Dry January » en France. » Sans soutien de l’État, mais avec celui du collectif fondateur, Alcool Change UK, à l’origine du concept de Dry January depuis 2013.  « Les associations d’entraide alcool, les professionnels de la prise en charge des addictions, les sociétés savantes, les associations intervenant dans le champ des solidarités et dans la promotion de la santé ont décidé de s’unir pour promouvoir cette campagne inédite », rappellent-elles dans un communiqué du 3 décembre. « Le Défi de janvier » est une pause pendant un mois pour donner du répit à l’organisme, mais aussi l’occasion de faire le point sur la place qu’occupe l’alcool dans son quotidien. Et comme le rappelle le collectif, « Les bénéfices sont prouvés : perte de poids, meilleur sommeil, regain d’énergie, meilleure concentration et, à terme, une consommation d’alcool mieux maîtrisée. » Une communauté s’est créée notamment sur les réseaux sociaux afin de se soutenir durant tout le mois de janvier et s’entraider à la réussite d’autres objectifs personnels.

(1) : Principales organisations investies : Adixio, Aides, Anpaa (Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie) Fage, Fédération des Amis de la Santé, Fédération des Acteurs de la Solidarité, Fédération Addiction, Fonds Actions Addictions, FFA (Fédération Française d’Addictologie), France Assos Santé, FPEA (France Patients Experts), La Ligue Contre le Cancer, SFA (Société Française d’Alcoologie), Société française de Santé publique, Uniopss.