La loi bioéthique au Parlement fin septembre

28 Juin 2019
367 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le projet de loi relatif à la bioéthique qui, entre autres mesures, « autorise le recours à la procréation médicale assistée pour toutes les femmes », est prêt, a annoncé le Premier ministre Édouard Philippe lors de déclaration de politique générale le 12 juin dernier. Le projet de loi sera présenté et adopté en Conseil des ministres fin juillet. Le quotidien La Croix indique la date du 26 juillet. Le texte sera débattu à l'Assemblée nationale fin septembre, a précisé le Premier ministre devant les députés-es. « Je suis persuadé que nous pouvons atteindre une forme de débat serein, profond, sérieux, à la hauteur des exigences de notre pays. C'est mon ambition en tout cas », a poursuivi Édouard Philippe. Comme le pointe Le Quotidien du Médecin (13 juin), le Premier ministre a précisé que le gouvernement avait retenu, sur certaines questions ouvertes comme l'accès aux origines ou la filiation en cas de PMA avec un tiers donneur, les options les plus à même de permettre « un débat apaisé ». Par ailleurs, la transcription automatique des enfants nés par GPA à l'étranger ne devrait pas figurer dans la loi. C’est ce qu’indique le site d’infos Têtu. Question débat apaisé, on ne semble pas en prendre le chemin. La manif pour tous est déjà sur le mode menaces, coups de menton et arguments bidon. Récemment, Le Monde (11 juin) est revenu sur la manipulation en cours à la Manif pour tous qui vise à expliquer qu’Emmanuel Macron a été ambigu sur cette promesse pendant sa campagne présidentielle. Ce mouvement (très largement homophobe) s’est ainsi efforcé d’expliquer que « la « PMA sans père » n’était pas dans le programme envoyé aux Français ». Le Monde a vérifié et cette information est fausse. De fait, sur le site de campagne du candidat Macron, on pouvait y lire ceci : « Nous sommes favorables à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes. » Ce qui est rassurant, en revanche, c’est que les Français-es sont bel et bien de plus en plus favorables à l’ouverture de la Procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. C’est ce qu’indique un sondage Ifop publié le 11 juin dernier réalisé pour l’Association des familles homoparentales (ADFH). Au total, 64 % des Français-es sont pour l’ouverture de la PMA pour les couples de femmes, et 66 % pour les femmes célibataires. Surtout, 60 % des Français-es sont favorables à ce que les frais engagés par les femmes seules et les couples de femmes lors d’une PMA soient pris en charge par l’Assurance maladie dans des conditions identiques à celles qui prévalent aujourd’hui pour les couples hétérosexuels. L’autre surprise de ce sondage, c’est l’avis des Français-es sur la gestation pour autrui (GPA). Ce sont pas moins de 68 % des Français-es qui ont une bonne image d’une femme qui, dans un cadre réglementé, choisirait de porter l’enfant d’un couple en incapacité de procréer, sachant qu’elle ne porterait pas son propre embryon (GPA).