Les préjugés sont tenaces

6 Avril 2022
1 151 lectures
Notez l'article : 
0
 

Dans une interview accordée au média LGBT+ Komitid, Camille Spire, la Présidente de AIDES revient sur l’absence de la lutte contre le VIH/sida dans le programme des candidats-es à l’élection présidentielle : « Les sujets de santé ne font pas partie des grands thèmes abordés dans cette campagne, à l’inverse des débats sécuritaires ou sur l’immigration. À quelle fréquence entendez-vous parler des moyens pour l’hôpital public, de la qualité des soins, du coût des médicaments ou encore de la question de l’accès aux traitements ? » interroge la militante qui explique qu’aujourd’hui « une personne vivant avec le VIH qui a accès à un traitement a une espérance de vie similaire à celle d’une personne séronégative. Elle peut vivre, fonder une famille, faire des rencontres, travailler et vieillir avec le virus, sans le transmettre ». Mais les avancées thérapeutiques ne font pas tout : « Les préjugés sont tenaces. On sait qu’un français sur quatre serait gêné à l’idée de travailler avec une personne séropositive. Dans le domaine médical, la sérophobie est encore bien présente : plus de 30 % des personnes séropositives ont déjà fait face à un refus de soin chez le dentiste. Des discriminations qui s’ajoutent souvent à celles déjà subies par les populations les plus exposées au VIH (racisme, putophobie, homophobie…) » souligne la Présidente de AIDES. La militante déplore que les candidats-es aux élections présidentielles, pas plus que les médias généralistes lors de ces moments politiques importants, ne se préoccupent du VIH/sida. « En réalité, une seule voix se fait entendre sur ces sujets lors des campagnes politiques : la nôtre ». Et Camille Spire de conclure : « Il est temps que les militants-es, personnes concernées, personnes vulnérables et alliés-es de nos luttes cessent de se battre seuls-es. D’autant plus que le ou la futur-e Président-e de la République devra relever un défi crucial : contribuer à mettre fin à l’épidémie de VIH/sida en France d’ici 2030 ».