Réforme de l'hébergement d'urgence

7 Septembre 2021
676 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le gouvernement a annoncé (6 septembre) une nouvelle réforme de la politique d'hébergement d'urgence en France. Le projet entend mettre un terme définitif à la gestion « au coup par coup » en instaurant une programmation pluriannuelle en fonction des besoins des territoires.  Depuis plusieurs années, l'Etat crée des places d'hébergement d'urgence chaque hiver pour les personnes les plus précaires avant de les refermer le printemps venu avec la fin de la trêve hivernale, alors que les besoins vont bien au-delà de cette seule période. Crise de la Covid-19 oblige, le gouvernement avait annoncé le 21 mai dernier qu'il gardait les 43 000 places d'hébergement d'urgence créées depuis le premier confinement (mars 2020) ouvertes jusqu'à fin mars 2022, au moins. Au total, plus de 200 000 personnes sans domicile fixe sont actuellement hébergées dans des centres d'hébergement ou des hôtels. La ministre du Logement Emmanuelle Wargon a estimé dans un communiqué (6 septembre) « nécessaire de mettre définitivement fin à la gestion dans l'urgence et de construire une politique structurelle, avec une visibilité sur le long terme, en lien avec les associations ».  Parmi elles, la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS, représentant 80 % des gestionnaires de centres d'hébergement d'urgence), réclame une loi de programmation pluriannuelle intégrant l'hébergement d'urgence et le programme « Logement d'abord ».  Selon le ministère, du 1er janvier 2018 au 30 juin 2021, ce programme a permis à 280 000 personnes sans domicile fixe, voire à la rue ou en centre d'hébergement d'accéder au logement.  La future programmation instaurée par la nouvelle loi « permettra d'avoir une visibilité sur le nombre de places sur cinq ans, et de prévoir, programmer, anticiper et transformer les places en fonction des besoins des territoires et des publics », détaille la ministre dans son communiqué. La ministre a chargé la Délégation interministérielle à l'hébergement et l'accès au logement (Dihal) de poser les bases de cette programmation avec la FAS et les acteurs du secteur, pour un rendu des groupes de travail au premier trimestre 2022.