VIH, hépatites et IST

11 Octobre 2023
1 162 lectures
Notez l'article : 
0
 

Initiative. Le constat est sans appel : « Alors que les données issues de la surveillance épidémiologique sont essentielles pour la compréhension des dynamiques du VIH, des hépatites virales et des IST, cette surveillance fait l’objet d’un désinvestissement apparent depuis plusieurs années ». Et le TRT-5 CHV, dont AIDES est membre, d’enfoncer le clou : « L’amenuisement des données exploitables à des fins de surveillance épidémiologique atteint aujourd’hui un stade critique ». Cette dégradation est constatée par des organismes officiels comme Santé publique France ou l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Cette situation a conduit le collectif a publié, fin septembre, un document de position qui rappelle « l’intérêt fondamental des données de surveillance et de recherche en matière de VIH, d’hépatites virales et d’IST pour la conception des stratégies de lutte contre les épidémies et l’élaboration de politiques publiques cohérentes ». Le TRT-5 CHV y revient dans le détail sur ses constats et fait un ensemble de onze préconisations pour « guider » les nécessaires réformes dont la surveillance épidémiologique en France a besoin. Il s’agit, entre autres, « d’améliorer l’organisation du système de déclaration obligatoire sans que cela ne passe par la révision des critères à renseigner » ou « d’intégrer les données produites par les associations en tant qu’actrices de la surveillance et de la recherche publique » ou encore que « les données issues des actes et consultations de ville soient recueillies et exploitées ».