VIH : les nouvelles recommandations

13 Décembre 2019
1 087 lectures
Notez l'article : 
0
 

C’est à l’occasion de la 17e conférence EACS qui s’est tenue, début novembre, à Bâle qu’une nouvelle version des recommandations européennes concernant la prise en charge thérapeutique des adultes vivant avec le VIH en Europe a été publiée. Des changements ont été apportés concernant le traitement antirétroviral de démarrage (donc chez des personnes n’ayant jamais pris de médicaments anti-VIH). Les recommandations suggèrent un examen précis de différents critères comme le projet ou la conduite d’une grossesse, le fait de présenter une infection opportuniste ; d’avoir contracté la tuberculose, le fait de présenter des comorbidités « pouvant potentiellement limiter le traitement » ; de prendre d’autres médicaments, d’avoir des difficultés à déglutir. Les nouvelles recommandations mettent « l’accent sur les comorbidités ». Les tableaux concernant les traitements ont été mis à jour pour y ajouter le bictégravir (anti-intégrase, qu’on trouve dans Biktarvy) et la doravirine (Pifeltro). S’il y a des entrées, il y a également des sorties de médicaments antirétroviraux anciens, comme la DDI (Videx) et la stavudine (Zerit), qui ne sont plus prescrits ou alors dans des cas très rares. Les recommandations européennes sont assez larges et ne se limitent pas aux seuls antirétroviraux. Elles portent sur des sujets aussi variés que l’utilisation des cigarettes électroniques, le dépistage d’éventuelles maladies rénales, l’hypertension, etc. Une section concerne la santé sexuelle. Une autre porte sur l’impact de la dépression sur le bien-être général. Une section porte sur les recommandations relatives à la cognition (compréhension, mémoire, etc.).  À noter aussi l’ajout d’une nouvelle section concernant la fragilité et le vieillissement.