Dessins exceptionnel de Federico Garcia LORCA

Publié par jl06 le 15.11.2022
128 lectures

Opération BIC: c'est ainsi que le départ d'Espagne de 13 dessins et d'un poème manuscrit du poète Federico García Lorca a été stoppéAprès que le propriétaire ait reçu une offre pour exposer les pièces "exceptionnelles" lors d'une foire d'art à New York, Culture a interdit l'exportation et Madrid a fini par les déclarer d'intérêt culturel cette année JEAN-JOSEPH MATTHIEUMadrid-14 NOVEMBRE 2022 04:00 UTC 

Carmen de Piniés-Hassel monte dans sa voiture et se dirige vers l'un des quais de la rivière Hudson comme si c'était n'importe quel autre jour de sa vie à New York. Mais ce n'est pas le cas. Il transporte trois dessins de Federico García Lorca qu'il possède pour que la galerie Max Estrella les expose au salon The Armory Show2019. Les concessionnaires lui ont demandé de les leur prêter après avoir essuyé un revers. D'autres pièces devaient être accrochées aux murs de leur stand, 13 dessins et un manuscrit du poète qu'ils ont localisé en Espagne. Pendant de longues journées, ils ont négocié avec leur propriétaire pour les vendre, ou du moins les exposer aux États-Unis. Et au dernier moment, l'opération a explosé, leur laissant le vide qu'ils combleront grâce à elle. La raison? Ni le propriétaire du lot qui se trouve en Espagne ne veut finalement vendre ou prêter, ni l'État ne permet que les dessins "exceptionnels" ou le manuscrit "de grande valeur" soient sortis du pays pour comprendre le processus de création de l'un des sommet de la littérature ( Poema del Cante Jondo ), selon les experts.

Acaba de comenzar un largo proceso administrativo que culmina tres años después, en abril de 2022, cuando la Comunidad de Madrid declara Bien de Interés Cultural (BIC) un conjunto en el que destaca un retrato de Salvador Dalí, y que ya no podrá venderse fuera d'Espagne.

"Nous, si nous pouvons vendre, nous vendons, mais dans ce cas, il n'y a jamais eu la possibilité de le faire", explique Alberto de Juan, de la galerie Max Estrella, qui a demandé à Culture une autorisation d'exportation et de vente éventuelle de la marchandise. , selon les détails officiels du ministère. « Quelque chose comme ces dessins, dont il n'y en a presque pas, est toujours attrayant. Et s'il peut être vendu, tant mieux… mais la propriétaire n'était pas sûre, et finalement elle n'a pas été tentée », ajoute-t-elle. "Comme ils ne voulaient pas vendre, la proposition est devenue de les exposer", poursuit-il. "Nous avons géré l'autorisation car cette information est précieuse pour chaque propriétaire : selon qu'elle est exportable ou non, la valeur est très différente, car si elle ne peut pas sortir d'Espagne, la valeur est bien inférieure", explique-t-il. Et soulignez, pour qu'il n'y ait aucun doute:

Combien valent ces feuilles de papier dessinées à l'encre de Chine sur papier vergé ? Quel prix ce Paon ou Saint Sébastien, dessiné par García Lorca influencé par Dalí, atteindrait-il aux enchères, selon les experts ? Et que dire de ce manuscrit à deux barrés qui réécrit le poème Lamentación de la muerte et révèle le processus créatif du génie assassiné en 1936 ?

Lorça 1 Ébauche manuscrite du poème Lamentación de la muerte , qui fait partie des Vignettes Flamencas del Poema del Cante Jondo . Il existe de petites variations entre ce texte et celui finalement publié, détaillent les experts de la Communauté de Madrid. Au début du poème, le mot "Lamentaciones" apparaît barré, suivi du titre Lamentación de Juan Brevas , qui est censé avoir changé plus tard en Lamentación de la muerte , bien qu'il n'apparaisse pas dans le poème.VOIR LA TRANSCRIPTION DU TEXTELorça 1 Venus1927-1928Il représente une Vénus sans bras, brisée, ou comme dans son poème Vénus de la même année, morte. Lorca trace avec confiance la ligne ondulante du corps.Lorça 1 torero sévillan1927Dessin basé sur des lignes ondulées qui montre l'image du torero avec un port droit et une montera basée sur de multiples rayures.Lorça 1 Sérénade1927-1928Encre de Chine sur papier vergé découpé. Dessin très schématique dans lequel Lorca guide deux flèches qui se croisent et se terminent à des points opposés, plaçant une autre flèche plus courte au centre, dans une allusion émotionnelle et musicale.Lorça 1 Saint Sébastien1927La figure de Saint Sébastien est essentiellement réduite à quelques lignes abstraites avec des taches d'encre à une extrémité, symbolisant les flèches qui blessent le saint. Les lignes stylisées sont des éléments fondamentaux de la forme et de l'émotion. Le seul œil représenté avec un sourcil noir marqué est interprété comme une image de douleur, tout comme le dessin Ecce Homo.Lorça 1 poème crochet1927Constitué à partir de plans et de lignes ; sans atteindre l'abstraction, il inclut des références aux poissons.Lorça 1 Chanson1927-1928Encore une fois les lignes ondulées qui entourent un visage qui se déplie en un autre visage aux yeux fermés comme s'il rêvait.Lorça 1 Paon1927Lorca dessine des éléments essentiels, recourant à une ligne ondulée avec un simple trait continu comme métaphore du paon et des cercles de différentes tailles avec un centre noir, rappelant les ocelles. Une ligne droite divise l'image en deux plans.Lorça 1 mélodie de violon1927-1928García Lorca dessine le violon en forme de huit avec une ligne pointillée continue et la volute du violon au centre, ainsi qu'un autre élément du boîtier.Lorça 1 Voici l'homme1927-1928Les taches noires et l'œil unique avec des larmes reflètent la douleur d'Ecce Homo. Le poète utilise peu d'éléments pour saisir la souffrance. Les lignes configurent les plans et l'espace en créant une certaine profondeur.Lorça 1 Danse macabre1927-1928Lorca dessine l'une des rares figures en pied. Le squelette dansant y est parfaitement identifié, réalisé avec les lignes ondulantes qui préfigurent les bras et les jambes tandis que les trois bandes noires rappellent le corps.Lorça 1 brise marine1927-1928Construit sur la base de lignes droites qui se croisent et divisent les plans; quelques petites franges à l'aspect d'air en mouvement, peuvent faire référence à la brise.Lorça 1 arlequin noyé1927-1928Lorca fragmente le visage et le démultiplie en le dépliant, provoquant le mouvement et rappelant les vagues de l'eau. Lorca recourt aux vibrations, aux plans, aux orbites, aux facettes multiples comme un miroir brisé, aux lèvres collées, aux yeux ouverts et fermés et aux lignes qui se croisent, comme une figure sur le point de disparaître. La répétition de profils successifs ne défigure pas le visage et Lorca reste sur un plan réel. Ce sont des éléments qui rappellent le Vibrationnisme et le Futurisme de Barradas, auxquels le poète recourt dans d'autres dessins.Lorça 1 Amour intellectuel1927-1928C'est l'un des portraits qu'il a réalisés de Salvador Dalí, considéré par certains auteurs (Plaza Chillón, 2014) comme le plus intéressant en raison de son abstraction, puisque l'auteur recourt à des traits très essentiels. Dans la composition, il utilise des plans opposés qui divisent le visage mais ne le fragmentent pas, comme il le fait dans Drowned Harlequin. Le pointillé dans certains plans et les yeux ressortent, l'un ouvert avec une pupille noire marquée et l'autre fermé ou avec une orbite vide, comme on le verra sur d'autres dessins. Dans Amor Intelectualis, Lorca s'éloigne d'une géométrie marquée d'influence cubiste.

Bien qu'une première expertise valorise chacune des pièces tirées à 10 000 euros, selon une documentation consultée par EL PAÍS en application de la loi transparence, aucun des experts consultés par ce journal n'ose donner de chiffre, et tous s'accordent sur ce point. ce serait plus élevé.

"Il y a très peu de dessins, et très peu ont été vendus", explique Laura García Lorca, nièce du poète et visage visible de la fondation qui rassemble l'essentiel de son héritage. "Nos appréciations des dessins que nous avons sont plus élevées, et il n'y a pas beaucoup de différence entre eux et ceux du manuscrit", poursuit-il à propos de certains travaux d'évaluation avec la firme, entre autres, de la maison Durán. "La dernière chose qui a été mise aux enchères par García Lorca a été The Romance of the Moon Moon ", conclut-il.

Ce manuscrit a été vendu à Paris pour 48 000 euros en 2021. Puis, Patricia de Fougerolle, commissaire de la vente chez Sotheby's, a résumé à l'Efe que la rareté de l'œuvre de l'auteur à vendre l'amène à se revaloriser de façon exponentielle, provoquant ce qu'elle a défini comme une « duel de collectionneurs ».

« Depuis les années 1980, nous n'avons de preuves que d'une douzaine de manuscrits et de lettres de Lorca qui ont été vendus aux enchères », résume De Fougerolle.

Il y a donc peu d'exemples récents. Le ministère de la Culture a dépensé 31 000 € pour acquérir en 2007 le manuscrit du poème Crucifixion , qui a été vendu aux enchères à Londres. Cette même année, une lettre de García Lorca adressée à Melchor Fernández Almagro, dans laquelle il parle de sa mission poétique et de son ami Dalí, est vendue environ 28 400 euros lors d'une vente aux enchères organisée par Christie's. Et en 2011, l'État a acquis pour 100 000 euros 10 costumes que le poète a confectionnés pour La Zapatera Prodigiosa , créée par Margarita Xirgu au théâtre espagnol de Madrid en 1930.

Cependant, des sources familières avec la qualité du lot protégé par l'Espagne avertissent que les choses ont changé. Premièrement, parce que ces chiffres d'il y a dix ans sont devenus obsolètes avec le temps. Et deuxièmement, parce que la valeur des pièces ne fait pas qu'augmenter avec l'âge : le premier centenaire de la Génération de 27, à laquelle appartenait García Lorca, apparaît déjà à l'horizon, qui sur le marché de l'art est Prends-le comme un présage qu'il y aura une augmentation drastique des prix. Et aussi, potentiellement, des problèmes.

"Ces types de dessins de Lorca sont sur des pages de tailles différentes qui tiennent dans un livre que l'on porte sous le bras dans un avion", précise une source familière avec l'œuvre picturale du poète, avertissant ainsi de la fragilité du maillage de sécurité avec que l'Administration essaie d'empêcher le départ de ce type de marchandises du pays.

Les raisons artistiques et historiques pour lesquelles l'exportation du manuscrit, préparé en 1921, et des 13 dessins, peints entre 1927 et 1928, ont été empêchés, sont rapportées dans le dossier administratif correspondant.

"La majeure partie de l'œuvre plastique de García Lorca est conservée dans la Fondation qui porte son nom, le reste étant mis sur le marché en de rares occasions, et presque jamais dans des ensembles de cette entité", lit-on dans le document. « C'est un ensemble exceptionnel de 13 dessins, pas du tout fréquent dans la production de Lorca (…). On voit rarement un ensemble d'une telle entité », insiste-t-il. Et il est souligné : « C'est un ensemble d'un intérêt exceptionnel pour le patrimoine historique espagnol (…). L'artiste démontre sa connexion et sa connaissance des mouvements d'avant-garde contemporains, avec de nombreuses références au cubisme, Miró et Dalí ».

Sur le manuscrit, un brouillon du poème Lamentación de la muerte écrit de la main de l'auteur, est souligné : « Il constitue un héritage très précieux. Il a été écrit par l'auteur dans le cadre d'un ensemble, le Poema del Cante Jondo. La singularité de ce manuscrit est élevée car il s'agit d'un document original et c'est, sans aucun doute, une source primaire essentielle pour connaître l'œuvre de l'écrivain. C'est le brouillon d'un poème qui présente quelques différences avec le texte finalement publié et donc éventuellement inédit. Il a un très grand intérêt du point de vue historique et littéraire (...) et est essentiel pour l'étude du Poema del Cante Jondo, ainsi que pour l'ensemble de l'œuvre de Federico García Lorca ».

EL PAÍS a contacté le propriétaire des 13 dessins et du manuscrit, qui a obtenu le lot par héritage familial. Cependant, elle a affirmé ne pas être nommée ou identifiée dans cet article.

D'autres impliqués dans l'opération détaillent plusieurs rencontres avec la galerie d'art qui n'ont pas abouti, et qui auraient inclus l'idée d'offrir le manuscrit à la New York Public Library. Cet extrême a été démenti tant par la galerie que par l'institution américaine.

"Le fait qu'il n'y ait pas eu d'accord nous a laissé un vide non seulement spatial, mais aussi intellectuel, dans l'exposition", déplore De Juan à propos de son stand à la foire de New York. "Là, il nous manquait le travail de Lorca", ajoute-t-il à propos du fiasco dans la tentative de faire sortir les 13 dessins et le manuscrit d'Espagne.

Y así, una mañana de 2019, Carmen de Piniés-Hassel, residente en Nueva York y descendiente de una pareja a la que Lorca le regaló otros seis dibujos en 1929, se subió en su coche para prestar los tres que conserva durante unos días para l'exposition. Trois ans plus tard, dit-il depuis les États-Unis, ils sont toujours entre ses mains.