Le VIH affecte-t-il la santé du cerveau ?

Publié par Diana Salazar le 26.08.2014
12 357 lectures
Notez l'article : 
4
 
Initiativetroubles neurocognitifs

Marc est un homme dynamique et jeune d’esprit qui porte bien ses 59 ans. Il vit avec le VIH depuis vingt-cinq ans. Grâce à un traitement efficace, il est toujours en pleine forme ; CD4 à 800, charge virale indétectable. Cependant, depuis quelques années, Marc éprouve des difficultés de concentration et des pertes de mémoire. Dernièrement, il a remarqué qu’il commençait à oublier des numéros de téléphone, ses rendez-vous médicaux, le nom de personnes qu’il venait de rencontrer ou parfois même de prendre ses médicaments. Il se demande si ces oublis sont uniquement dus au vieillissement ou si le VIH pourrait aussi en être responsable. Mais surtout, il se demande s’il peut faire quelque chose pour les contrer.

A long terme, il est reconnu que l’infection par le VIH peut affecter les fonctions cognitives, causant des problèmes de mémoire ou une diminution de la capacité à résoudre des problèmes. Certaines recherches démontrent que malgré un bon contrôle de l’infection, 30 à 50 % des personnes vivant avec le VIH peuvent éprouver plus de difficultés cognitives que des personnes séronégatives du même âge. Ces difficultés résultent-elles de lésions cérébrales provoquées par le VIH ? D’un vieillissement accéléré ? Des effets toxiques des médicaments ou du stress de vivre avec une maladie chronique sérieuse ? La réponse pourrait bien être "toutes ces réponses".

Vous vous demandez peut-être ce que sont les fonctions cognitives ? Les fonctions cognitives sont la capacité d’une personne à penser, comprendre, planifier. Elles regroupent des processus spécifiques tels que la mémoire, la concentration, la résolution de problèmes et la capacité à acquérir de nouvelles informations. Lorsque l’un de ces processus est affecté, il y a ce qu’on appelle un déclin cognitif. Afin de nous permettre d’en connaître plus sur les changements cognitifs en lien avec l’infection par le VIH, l’étude "Pour un cerveau en santé" a été mise en place par un groupe de chercheurs de l’Université McGill et leurs collaborateurs d’autres régions du Canada et de l’Australie.

Ces chercheurs désirent mieux reconnaitre et comprendre les changements cognitifs et trouver des moyens pour améliorer ou préserver la santé du cerveau chez les personnes vivant avec le VIH. Cette étude qui a débuté en août 2013 durera cinq ans. Elle compte sur la participation de 900 personnes vivant avec le VIH qui auront un suivi dans l’une des cinq cliniques affiliées : la clinique de maladies virales chroniques de l’Institut Thoracique de Montréal, la clinique médicale l’Actuel de Montréal, la clinique spécialisée en immunologie de Hamilton, la clinique d'immunodéficience John Ruedy de l’Hôpital Saint-Paul de Vancouver et la Clinique Maple Leaf de Toronto. L’équipe multidisciplinaire de "Pour un cerveau en santé" est composée de médecins spécialisés en VIH, psychiatres, neurologues, neuropsychologues et épidémiologistes qui croient qu’une moins bonne santé du cerveau en présence du VIH serait due à plusieurs facteurs et c’est ce qu’elle cherche à identifier.

Si comme Marc, vous avez des pertes de mémoire ou des difficultés à vous concentrer, vous pouvez nous aider à identifier les facteurs qui entrainent un déclin cognitif en présence du VIH. De plus, vous nous aiderez à développer des outils et des interventions qui viseront à améliorer la cognition. Notamment, des outils mesurant les capacités cognitives et des interventions spécifiques qui pourront mesurer l’impact cognitif d’un programme structuré d’exercices physiques, d’un programme informatisé d’autogestion de la santé du cerveau et d’amélioration du sommeil et d’un entrainement cognitif par ordinateur. Parlez-en à votre médecin ou communiquez avec l’équipe de recherche.

Commentaires

Portrait de maya

je n'ai que 50 ans (30 ans de vih) et deja j'ai la mémoire qui flanche jme souviens plus très bien...de rien

d'immédiat un  code est oublié au bout de 3 mn, telephone pareil,ma mémoire est un carnet ,  j'oublie même des taches tres importantes,

je me rends le lendemain d'un rv important à la banque (cette semaine) j'suis paumée dans les dates...

ou je fais 2 fois la  même chose de peur de l'avoir oublié (boite aux letttres)

fait ? pas fait obligée de tout noter...

ca mfout les jetons, ma tête qui part en lambeaux

je n'oublie jamais mes cachets.

Portrait de carotte

je note tout et encore j oubli ...j en ai parlé a mon doc qui ma dit que c etait parce que j etais tete en l air ....peut etre aussi mais je vois bien une difference ....c est pas facile mais heureusement que je pense a noter !!!!

Portrait de Paradixman

Je dirais même que ça devient un véritable handicape dans la vie de tout les jours surtout quand on a des responsabilités à prendre.

Oui effectivement prendre des notes c'est bien encore faut-il y penser!

J'en ai touché deux mots à mon infectiologue qui a pris soin de le noter à mon dossier médicale dont j'en saurai plus à ma prochaine visite.

Que faire! si on commence à perdre la cervelle nous voilà bien.

Heureusement pour toi Maya que t'oublie pas de prendre tes médocs.

Bises

 

Portrait de bob02

seropo depuis 1998 et sous traitement depuis cette date j'ai diminué mon traitement depuis debut novembre 2013  suite a de tres grosse fatigue a ce jour tout va bien 4 jours de traitement par semaine

Portrait de unepersonne

je m'inscrit au club moi aussi, presque 30 ans de VIH et autant de ttt en tout genre depuis

j'ai le cerveau comme un gruyere par moment, il m'arrive des trucs qu'il ne m'etait jamais arrivé avant, je me trompe de sortie de metro, j'oubli un 06 d'une piece à l'autre, je ne me souviens plus de l'ecriture d'un mot simple, dernierement je me suis pointé un jour apres à mon RDV chez l'infectio, ...

j'espere que je me souviendrais toujours de mon nom et de mon adresse :-)

est ce que ces alterations sont dues au virus lui meme ou aux traitements ? une etude serait en cours

l'autre probleme que je rencontre avec mon infectio est que depuis l'an dernier la cause de tous mes maux sont liés à mon grand age ( 49 ) selon elle, est ce une excuse lorsqu'elle ne sait pas mettre un nom , une raison sur l'origine d'un malaise/douleur, je ne sais pas mais comme d'habitude j'en prends, j'en laisse car je sais qu'eux aussi ne savent pas tout sur le virus, sinon on serait gueri

Portrait de campagne

oui comme les autres intervenants sur cette question jai un gros pb de mémoire, surtout immédiate (ne pas savoir ou l'on a posé quelque chose qques secondes avant, ne pas pouvoir mémoriser nouvelles données etc)

certes l'âge doit jouer un rôle mais à ce point là à 58 ans?

que faire? c'est angoissant!

Portrait de TiTanium

je pense que c'est moins le ttt que le lexomil ou une déprime,

à ma grande surprise je peux

x m'en passer et m'arranger avec 4 h de sommeil

lire ceci

http://www.psychologies.com/Bien-etre/Sante/Alzheimer/Articles-et-Dossie...