Revenu de base pour les départements

10 Décembre 2020
2 660 lectures
Notez l'article : 
0
 

Vingt-quatre départements, dirigés par le PS, ont demandé (5 décembre), dans une lettre ouverte aux parlementaires, une « généralisation dès aujourd'hui » du revenu de base alors que l'Assemblée nationale s'est prononcée jeudi 3 décembre pour ouvrir un débat sur un mécanisme de revenu minimum universel. « Nous pourrions dès aujourd'hui envisager une généralisation afin de répondre à la crise inédite que nous traversons, plutôt que d'engager un débat national », écrivent les signataires, sous l'égide du président (PS) de la Gironde Jean-Luc Gleyze. Le 3 décembre, les députés-es ont adopté par 106 voix contre 11 une résolution qui « invite le gouvernement à ouvrir un débat national et citoyen sur la création, l'expérimentation, le financement, la mise en œuvre et l'évaluation » d'un tel mécanisme. « Deux ans pour que la majorité parlementaire de l'Assemblée nationale, qui refusait tout débat sur un revenu de base, se décide enfin à ouvrir la réflexion que nous demandions », dénoncent les signataires qui rappellent que le projet avait été initié en 2016 par la Gironde suivie de dix-huit départements volontaires. « Ces deux ans écoulés nous auraient permis d'évaluer les effets d'un revenu de base sur les publics visés et de l'ajuster au mieux à leurs besoins. Rattrapons ce temps perdu ! », ajoutent-ils-elles. La lettre ouverte est signée des présidentes et présidents de départements des Alpes-de-Haute-Provence, d'Ardèche, d'Ariège, de l'Aude, de Dordogne, du Finistère, de Haute-Garonne, du Gers, de Gironde, de l'Hérault, d'Ille-et-Vilaine, des Landes, de Loire-Atlantique, du Lot, du Lot-et- Garonne, de Lozère, de Meurthe-et-Moselle, de la Nièvre, du Pas-de-Calais, des Pyrénées- Orientales, du Tarn, de Haute-Vienne, de Seine-Saint-Denis et de Guadeloupe.